CÔTE D’IVOIRE – 3ème mandat : qui fera enfin craquer Ouattara ( Décryptage Cnews)

Le mardi 13 décembre 2017, le chef de l’État ivoirien a été interrogé sur la chaîne française CNews par Jean Pierre Elkabbach.

 

 

Jean Pierre Elkabbach est un journaliste expérimenté, qui avait en face de lui, un Président rompu à l’art de l’interview.  Le journaliste intervieweur guettait la petite phrase, le petit mot qui ferait le tour, la grande annonce qui deviendrait virale rapidement, surtout sur la question du moment : le Président ivoirien sera-t-il à nouveau candidat en 2020?  Après France 24 et Rfi dont les journalistes étaient tout aussi expérimentés, Elkabbach n’a pas réussi à faire craquer Alassane Ouattara. Le chef de l’État n’a pas lâché le morceau attendu pour mettre fin au débat : oui je serai candidat, ou bien non je ne serai pas candidat.

 

Même lorsque le journaliste a insisté sur l’effet Macron, avec la jeunesse au pouvoir comme pour suggérer une alternance, une transition, une nécessité de passer la main, il n’a pas réussi à prendre à défaut son interlocuteur, qui a plutôt insisté sur la sécurité et la stabilité, et a profité pour évoquer le sens d’anticipation des dirigeants ivoiriens avec la nouvelle constitution qui permet d’être candidat à la présidentielle à partir de 35 ans. Autrefois c’était 40 ans l’âge minimum, ce qui n’aurait jamais permis à un ivoirien d’être Macron. D’ailleurs c’est encore le cas dans beaucoup de pays africains, a dit le Président Ouattara pour dire que son pays n’a pas attendu que Macron soit élu pour penser aux jeunes et à leur implication dans la gestion des affaires de la Nation. La question a été posée et reposée sous différents angles, même avec malice et ruse par Elkabbach,  mais Alassane Ouattara n’a pas craqué, et est resté droit dans ses bottes : sa réponse sera connue en 2020. Qui parviendra à le faire craquer, à lui faire lâcher le morceau, et à l’inciter à mettre fin au suspens qui taraude l’esprit de certains prétendants ?

 

C’est la question que tout le monde se pose ! Apparemment demain n’est pas là veille si on note que depuis peu, la perspective d’un autre mandat du Président Ouattara, a fait disparaître les spéculations sur l’alternance en 2020, et sur sa succession. On ne cherche plus à savoir qui va lui succéder en 2020, on ne se demande pas si ce successeur sera issu du Pdci, mais on se cherche plutôt à savoir si Alassane Ouattara sera lui-même à nouveau candidat. C’est clair que tout le monde reste à l’affût pour décoder et décrypter le moindre petit mot, le moindre petit geste. Et on se demande si le chef de l’État tiendra jusqu’au jour du dernier délai de dépôt des candidatures, pour laisser savoir s’il a été candidat, ou s’il ne l’a pas été, étant entendu s’il n’était pas finalement à nouveau candidat , qu’il faut quand même préparer d’une manière ou d’une autre, et plusieurs mois à l’avance, celui qui va lui succéder trois à quatre mois plus tard. Une préparation qui implique de donner des signaux bien visibles et bien clairs à partir d’une certaine période.

 

Wakili Alafé

 

 

Source : http://www.afrikipresse.fr

 

Afriki Presse

 

 

 

A lire aussi:

 

CÔTE D’IVOIRE – FPI : des jeunes à genoux pour demander à Affi et Sangaré de faire la paix

 

UA-UE : restons dorénavant tournés vers le bien-être de nos populations (Alpha Condé)

 

CÔTE D’IVOIRE – UA-UE: le président de la commission de l’UA sur la Libye «il y’a péril en la demeure»

Commentaires