MALI – Retour d’ATT au bercail et présidentielle 2018 : L’ex-président « tiraillé » par Soumaïla Cissé et Modibo Sidibé ?

Se sentant politiquement plus proches de lui, les partis Union pour la République et la Démocratie (URD) et Forces Alternatives pour le Renouveau et l’Emergence (FARE) feront feu de tout bois pour bénéficier d’un éventuel coup de pouce de l’ex-président Amadou Toumani Touré alias ATT dans la perspective de l’élection présidentielle de juillet 2018.

 

 

Même si en politique, aucune certitude n’est établie à cent pour cent, les ennemis d’aujourd’hui pouvant devenir les amis de demain, les leaders de l’URD et des FARE sont persuadés qu’ATT ne pourra pas soutenir IBK à la prochaine présidentielle. Simplement parce qu’ils sont convaincus qu’ATT n’a plus confiance en un IBK qui l’a diabolisé et a quasiment applaudi son renversement par le coup d’Etat de mars 2012.

 

Soumaïla Cissé (URD) et Modibo Sidibé (FARE) vont donc mettre tout en œuvre, chacun de son côté, pour susciter un éventuel soutien sibyllin du soldat de la démocratie. Ayant noté la popularité encore enviable dont jouit l’ex-locataire du palais de Koulouba (mobilisations monstres à Bamako, Mopti, Baandiagara), chacun de ces deux prétendants à la succession d’IBK ne ménagera aucun effort pour que le PDES, le parti des héritiers politiques d’ATT lui apporte son soutien. Djibril Tall, le président intérimaire du PDES et les siens n’ayant pas les reins solides pour se lancer dans la course.

 

Dans cette démarche, le chef de file de l’opposition semble prendre le devant en déclarant cette semaine sur RFI, qu’ATT « n’est pas homme à se laisser instrumentaliser par IBK ». Mais, avant cette sortie, le leader du parti de la poignée de mains s’était rapidement rendu à Dakar, pour la énième fois, afin de soutenir le président Touré, allant jusqu’à prier à ses côtés dans une mosquée de la capitale sénégalaise avant que celui-ci ne regagne le bercail.

 

En plus de cela, Soumaïla Cissé compte au sein de son état-major, au Cabinet du chef de file de l’opposition, l’un des plus fidèles inconditionnels d’ATT. Il s’agit du Chargé de mission/communication du cabinet, Nouhoum Togo, non moins Secrétaire à la communication du PDES. Sans oublier Boubacar Yoro Maïga, assistant personnel de Soumaïla, qui est un ami personnel du couple ATT-Lobbo…

 

L’on raconte aussi que les rapports entre Soumaïla Cissé et ATT sont très solides et expliquent le lobbying que le second a fait en 2004 pour que le premier devienne président de la Commission de l’UEMOA et fasse neuf ans à ce poste. Mais, ces bons rapports ont-ils pu résister à l’usure du temps ? Soumaïla peut-il se prétendre aujourd’hui être  le favori d’ATT? Rien n’est évident, dans la mesure où le leader des FARE claironne aussi à qui veut l’entendre qu’il a été le premier leader politique malien à plaider solennellement le retour d’ATT après son exil forcé à Dakar.

 

Et l’on a remarqué le pied de grue, sous le soleil, de Modibo Sidibé à l’aéroport Modibo Kéita de Sénou pour l’accueil d’ATT le 24 décembre dernier. Même si le président des FARE était logé, à cette occasion, à l’enseigne des anciens Premiers ministres et non de responsable politique, aux côtés d’Ousmane Issoufi Maïga et de Diango Sissoko. Modibo Sidibé a été à coup sûr le chef du gouvernement au plus long séjour primatorial sous la gouvernance ATT (2002 à 2012). Et l’un des plus fidèles lieutenants du leader des FARE, le 1er vice-président, l’ex-ambassadeur Souleymane Koné, est aussi réputé grand ami d’ATT et qui a été dans toutes les manifs pour le retour au pays de l’enfant de Mopti.

 

Comme on le voit, dans les deux camps, la bataille risque d’être rude pour qu’ATT fasse, ne serait-ce qu’un signe du regard en faveur d’une  de ces candidatures à la présidentielle 2018. D’où des velléités de tiraillements qui pourraient s’exercer sur le désormais ex-exilé politique de Dakar. Une chose est sure, les faits et gestes de l’ex-président seront scrutés à la loupe, non seulement par l’URD et les FARE, mais aussi par un certain IBK et le RPM !

 

Boubou SIDIBE

 

 

Maliweb.net (Mali)

 

 

 

A lire aussi:

 

MALI – Dans la perspective de l’élection présidentielle 2018 : Moussa Sinko Coulibaly décapite la classe politique traditionnelle

 

MALI – Gouvernance et sortie de crise : IBK, le président malien le plus fragilisé

 

MALI – Risque de report de la présidentielle 2018 : Des doutes sur la résilience de la démocratie malienne

Commentaires