CONGO – Procès Jean Marie Michel Mokoko : L’avocat Eric Dupont-Moretti va défendre l’Etat congolais

L’avocat français, Eric Dupont-Moretti a accepté de défendre l’Etat congolais contre le principal opposant du président congolais, le général à la retraite Jean Marie Michel Mokoko accusé « d’atteinte à la sureté de l’Etat » et placé au gnouf à Brazzaville depuis juin 2016.

 

 

Maintes fois reporté, le procès de Jean Marie Michel Mokoko, candidat malheureux à la présidentielle du 20 mars 2016, devrait se tenir au premier trimestre de cette année.

Cette annonce a été faite par le président congolais, Denis Sassou Nguesso le 30 décembre dernier devant le parlement réuni en congrès à Brazzaville.

 

«J’émets le vœu en tant que garant des institutions, que s’ouvre courant premier trimestre de l’année 2018, le procès des citoyens actuellement en garde à vue prolongée accusés d’avoir troublé l’ordre public ou porté atteinte à la sûreté de l’Etat lors des scrutins référendaire et présidentiel de 2016 », a déclaré le président Denis Sassou Nguesso.

On rappelle que le général à la retraite a été inculpé le 16 juin pour « atteinte à la sûreté intérieure de l’État et détention illégale d’armes et munitions de guerre et incitation aux troubles à l’ordre public ».

 

M. Mokoko est mis en cause dans une vidéo tournée en 2007 le montrant discutant d’un plan visant à renverser le président Denis Sassou Nguesso de son trône avec un homme dont on ne voit pas le visage et se présentant comme appartenant au service de renseignement extérieur de la République française (la DGSE).

En mars dernier, dans un entretien à l’AFP, le général Mokoko avait indiqué qu’il s’était fait « piéger » dans cette affaire de vidéo, ajoutant que la question avait été « réglée » avec le président congolais, Denis Sassou Nguesso.

Pour son principal avocat Yvon-Eric Ibouanga, « le dossier est vide ».

 

Germaine Mapanga

 

 

Source: http://lesechos-congobrazza.com

 

Les Echos du Congo-Brazzaville (Congo)

 

 

A lire aussi:

 

CONGO : l’ONU prête à soutenir l’opération relative à la réinsertion des ex-combattants du pasteur Ntoumi

 

CONGO – Justice : La « jurisprudence Ntoumi » induirait-elle d’élargir Jean Marie Michel Mokoko et Okombi Salissa ?

 

CONGO : Les enquêtes parlementaires sont censurées et étouffées, selon Pascal Tsaty Mabiala

 

Commentaires