Les importations d’Haïti : la Chine, remplacera-t-elle la République Dominicaine?

 

 

 Que disent les chiffres?

 

Lorsque la question du commerce extérieur est abordée en Haïti, il est fort difficile que le nom de la République Dominicaine ne soit pas mentionné. Il semble y avoir dans le pays le sentiment d’une invasion du marché haïtien par les produits dominicains. Au-delà d’un simple sentiment, des chiffres appuient souvent les affirmations relatives à une importante importation de produits dominicains contre une faible exportation des produits haïtiens vers la République Dominicaine. Quoique justifié, ce sentiment d’invasion ne devrait pas focaliser l’attention uniquement sur la république voisine.

 

La figure 1 montre que des cinq plus importants fournisseurs de produits à l’économie haïtienne, la première place est discutée par la République Dominicaine et les Etats-Unis d’Amérique. Il n’y a donc pas que la République Dominicaine à redouter. Ce qui gêne un peu, en Haïti, concernant l’importation des produits dominicains, c’est probablement le fait qu’il s’agit en grande partie de produits alimentaires dont beaucoup proviennent directement de l’agriculture et de l’agro-industrie. Au marché, à la cuisine ou à table, en Haïti, l’importation de produits dominicains est visible. Toutefois, les Etats-Unis est aussi un important pays fournisseur pour Haïti. Les relations commerciales avec ces deux économies méritent l’attention des responsables de politiques publiques.

 

Les trois autres importants fournisseurs d’Haïti sont la Chine, l’Indonésie et l’Inde. L’écart entre le montant des importations en provenance des deux économies mentionnées dans le précédent paragraphe et ces trois dernières économies est important. Cependant, le montant des importations en provenance de la Chine tend à croître et à se rapprocher des deux premiers, notamment de celui de la République Dominicaine. Ne s’agirait-il pas d’une progression de la Chine vers le contrôle du marché haïtien?

 

En fait, la courbe des importations de produits en provenance de la Chine tend à croître tandis que celle de la République Dominicaine tend à diminuer depuis quelques années. Est-ce que la Chine dépassera la République Dominicaine? En économie, il n’est pas aisé de prévoir ce qui arrivera dans les prochaines périodes. Cependant, les économistes font des prévisions, en se basant sur les données des périodes passées, à partir de certaines techniques qui peuvent être très complexes certaines fois. En ce qui concerne les importations en provenance des Etats-Unis, de la République Dominicaine et de la Chine, je calcule (une méthode simpliste) la moyenne des dernières valeurs de chacune de ses variables et les ajoute et reprends le calcul incluant la dernière valeur ajoutée, afin d’ajouter une autre valeur, et ainsi de suite. En faisant ainsi, j’obtiens, pour chacune des trois variables une droite qui indique la tendance des trimestres à venir.

 

La figure 2 révèle que si les importations des trois pays considérés suivent la tendance linéaire projetée, les importations d’Haïti de produits en provenance de la Chine finiront par dépasser ceux achetés en République Dominicaine (voir les trois droites de la partie hachurée de la figure 2). Mais, en réalité, les importations ne varient pas de manière linéaire. Pour être plus réaliste, je me suis demandé qu’est-ce qui arriverait si les importations de produits en provenance de chacun des trois pays considérés croissaient au même rythme qu’elles ont crû aux cours des vingt derniers trimestres (5 dernières années).

 

Je calcule les valeurs futures des importations, suivant le pays d’origine, en fonction des taux de croissances des 20 derniers trimestres. Je suppose donc que les taux de croissances des périodes passées se reproduiront au cours des prochains trimestres. Les valeurs obtenues sont représentées dans la partie hachurée de la figure 3. Cette dernière montre que si les importations d’Haïti de produits en provenance des trois pays considérés croissent suivant le même rythme et dans le même sens que les cinq dernières années, la Chine finira par devenir le second fournisseur d’Haïti, notamment à partir du dernier trimestre de l’année 2019.

 

Les deux méthodes utilisées montrent que la Chine pourrait devenir, avant 2020, le second pays fournisseur d’Haïti. Evidemment, il s’agit de méthodes très simples, devant être accessibles aux lecteurs. Elles révèlent néanmoins la nécessité de se focaliser non seulement sur la République Dominicaine, mais aussi sur la Chine qui est un pays très dynamique, je dirais même agressif, dans le commerce international.

 

 

Dr. Raulin L. Cadet

cadetraulin@gmail.com

 

 

Source : lenouvelliste.com

 

Le Nouvelliste (Haïti)

 

 

A lire aussi:

 

HAÏTI – Dr Gretta Lataillade Roy, une vie historique

 

Une nouvelle façon d’investir en Haïti

 

HAÏTI – Le jeune président Moïse rend visite à la centenaire Odette Roy Fombrun

Commentaires