MADAGASCAR – Défense de la démocratie et de l’État de droit – Les membres élus de la HCDDED s’impatientent

La mise en place de cet organe constitutionnel prend du temps. La grogne des membres commence à se faire entendre.

 

Agacés. Tout comme la Haute cour de Justice (HCJ), la mise en place du Haut conseil pour la défense de la démocratie et de l’État de droit (HCDDED), reste toujours en stand-by. Des indiscrétions indiquent que les membres de cet organe constitutionnel commenceraient à s’impatienter.

Les membres élus du HCDDED auraient profité de la cérémonie de présentation de vœux des corps constitués, à Iavoloha, le
5 janvier, pour demander à Hery Rajaonarimampianina, président de la République, de leur donner une date quant à l’adoption de leur décret de nomination. La loi relative au Haut conseil prévoit que « la désignation et les élections des membres sont constatées par décret du président de la République ».

 

En réponse, le locataire d’Iavoloha aurait déclaré, « je suis le seul à connaître la date ». Sur les neuf membres qui doivent composer le HCDDED, huit sont élus par diverses entités et l’un est désigné par le chef de l’État. Il ne reste plus que ce dernier qui manque encore à l’appel jusqu’ici. Le texte instituant le Haut conseil souligne, toutefois, que « l’absence de désignation de représentant due au défaut de proposition de l’entité source ne saurait constituer un obstacle à sa constitution, son fonctionnement normal et régulier ».

 

Une disposition dont ne semblent pas tenir compte les décideurs. Exaspérés, vraisemblablement, les membres élus du HCDDED songeraient à faire pression sur le président de la République, en portant l’affaire sur la place publique. « Une proposition de communiqué de presse », serait même en gestation. L’intitulé de cette sortie médiatique à laquelle songeraient certains membres élus du HCDDED annonce le ton : « Mieux vaut tard que jamais ».

 

Enjeux

 

Dans cette idée de missive, les membres du Haut conseil souligneraient, notamment, que selon le décret fixant les modalités d’élection des membres « la nomination des membres élus et désignés est constatée par décret du président de la République, lequel doit être pris dans un délai d’un mois à compter de la date de réception du dernier procès-verbal (PV) d’élection ». Le texte indiquerait que le dernier PV d’élection transmis à la présidence de la République date du 2 février 2017.

 

Il s’agit de celui du représentant élu par la Commis­sion nationale indépendante des droits de l’Homme (CNIDH). Ce serait justement, là que le bât blesse. Le choix de la CNIDH passerait mal du côté d’Iavoloha. La proposition de communiqué
du HCDDED rappellerait que, suite à une saisine de Solonandrasana Olivier Mahafaly, Premier ministre, le Conseil d’État a déjà tranché sur cette question. De l’avis de la Cour administrative, la personnalité élue par la CNIDH pour être membre du Haut conseil est éligible et son élection « est régulière ».

 

La proposition de communiqué de presse compterait, par ailleurs, mettre en avant le rôle du HCDDED et les enjeux de sa mise en place. « Le Haut conseil est institué pour se constituer en observatoire et balise aux éventuelles mauvaises pratiques dans l’administration aussi bien dans le domaine public que privé. (…) Il joue un rôle dans l’effectivité des libertés démocratiques, la crédibilité des élections et l’éradication des distorsions entre les prescrits constitutionnels et légaux avec les pratiques politiques, administratives et juridiques », soutiendrait la proposition de missive.

 

Pour convaincre le chef de l’État de mettre en place le Haut conseil, ses membres penseraient, du reste, à faire valoir la portée internationale du geste, mais aussi, dans la lutte contre l’impunité et la défense des droits de l’Homme. Le fait que les représentants du HCDDED soient les seuls qui manquent pour constituer la HCJ y est également, rappelé. « Pour la crédibilité et l’effectivité de la proclamation de l’État de droit, et ainsi permettre à la Haute cour de Justice d’être instaurée (…) il est judicieux que le président de la République, veuille bien mettre en place la HCDDED », serait la conclusion à la proposition de communiqué.

 

Garry Fabrice Ranaivoson

 

 

Source : http://www.lexpressmada.com

 

L’Express de Madagascar (Madagascar)

 

 

 

A lire aussi:

 

MADAGASCAR – CONSTITUTION : Les articles sur les élections à réviser

 

MADAGASCAR – Affaire Razaimamonjy: Le Président s’en remet à la Justice

 

MADAGASCAR – Code de la communication – Le glas sonne pour la presse et la démocratie

Commentaires