BENIN – Le BMP dans son dernier soupir avant les législatives

L’univers politique béninois s’anime de plus en plus depuis quelques temps. A l’approche du scrutin législatif de 2019, les tractations se font déjà constatées dans les états-majors de ces formations politiques. Mais du côté du Bloc de la majorité parlementaire soutenant les actions du régime en place, difficile de frayer le bon chemin pour un résultat qualitatif et quantitatif au soir de ce scrutin législatif.

 

Ph: Amical Talon

 

Les députés, membres du Bloc de la majorité parlementaire (Bmp) n’iront pas au prochain scrutin législatif en rang serré. Tel est l’essentiel du message à retenir des dernières sorties de certains membres de cette coalition soutenant fortement les actions du régime Talon. Composé des formations politiques, pour la plupart ayant soutenu le régime Yayi, le Bmp qui est qualifié du bras droit de l’exécutif ou son appendice au Palais des gouverneurs ne compte pas vivre les mêmes expériences de 2011 où une coalition avait porté la candidature unique d’un homme qui avait lamentablement échoué.

Contrairement donc à ce qui s’annonçait dans le camp de ces députés, le Chef de l’Etat, Patrice Talon serait en désaccord avec toute idée d’une liste unique regroupant toutes les sensibilités politiques qui composent ce bloc.

 

 

Et pour éviter une catastrophe dans les urnes au soir du scrutin, Patrice Talon a expressément demandé aux différents responsables de ces formations politiques de composer leur liste et d’aller au charbon dans l’esprit de conquérir ou de reconquérir leur électorat. 

 

Mais cette mesure qui vise à éviter toute surprise désagréable semble ne pas être du goût de certains membres qui espéraient profiter de ce bloc qui a aujourd’hui le vent en poupe, pour se faire soit réélire ou disposer d’autres compagnons de luttes politiques à leurs côtés à la prochaine législature. Des manœuvres ont ainsi démarré et chacun y va avec ses méthodes, rien que pour plaire au Chef ou à l’électorat de sa circonscription électorale.

Une telle disposition a désormais obligé certains à envahir le terrain politique, à se précipiter vers les électeurs de sa zone pour des actions à la gloire de l’homme au pouvoir. Des sources proches de ce Bmp confient qu’il y a depuis peu, une certaine débandade au sein de l’équipe.

 

 

« Chacun se défend, non pas seulement pour le scrutin législatif de 2019, mais pour plaire autant au Chef de l’Etat qui saura leur démontrer sa complaisance dans la lutte contre la corruption et l’impunité que ce dernier a entamée », révèle la source.

 

Il est de notoriété de tout citoyen que nombre de ces acteurs composant le Bloc de la majorité parlementaire (Bmp) sont directement ou indirectement impliqués dans des dossiers de malversation, de corruption ou de détournement de deniers publics à une époque de leur vie au moment où ils étaient aux affaires d’une manière ou d’une autre. Et pour éviter d’être épinglé et rattrapé par les affaires « louches » d’antan, il vaut mieux s’agripper fortement au parapluie du nouveau départ.

La sortie ce mardi 27 février 2018 de ce bloc à travers certains qui le composent prouve qu’il faille que les acteurs se justifient, montrent leur dévouement au Chef de l’Etat et surtout démontrent leur capacité à répliquer aux adversaires politiques du régime en place.

Ils se sont donc évertués à défendre, au cours de leur sortie, certains dossiers sur lesquels le gouvernement Talon est fortement critiqué dans l’opinion publique. Des actions qui semblent être les derniers soupirs d’un bloc au bord de l’éclatement.

 

 

 

Source: http://beninwebtv.com

 

Benin Web TV (Bénin)

 

 

A lire aussi:

 

BENIN – Promotion du tourisme: le gouvernement institue un spécial visa touriste

 

BENIN – 2ème congrès des FCBE: la fin des faims?

 

BENIN – Philippe Noudjènoumè : « le peuple n’a pas de réels représentants à l’Assemblée nationale »

Commentaires