MALI – Présidentielle du 29 juillet 2018 : IBK pourra-t-il sauver son bilan avec son programme d’urgences sociales ?

Si les quatre premières années du mandat du président de la République sont plutôt décevantes pour la majorité de ses compatriotes, l’on se demande si son programme présidentiel d’urgences sociales va pouvoir inverser sa cote de popularité et le faire réélire à Koulouba.

 

Ibrahim Boubacar Keïta, Président de la République du Mali

 

Le 1er tour de l’élection présidentielle de cette année 2018, a assuré le week-end passé, le Premier ministre Soumeylou Boubèye Maïga, aura lieu le dimanche 29 juillet. Et le chef du Gouvernement de jurer quasiment que malgré les conditions sécuritaires qui se dégradent, les Maliens iront aux urnes à cette date. Et le but souhaité de cette élection, pour le Premier ministre, est de faire réélire le président sortant, Ibrahim Boubacar Kéita. Le locataire actuel du palais de Koulouba pourra-t-il tenir ce pari difficile ? Nul ne saurait répondre, tant la donne politique est changeante.

 

Ce qui est sûr, c’est que le chef de l’Etat vient de lancer la grande offensive pour la réalisation de ce programme présidentiel d’urgences sociales à coût de plusieurs milliards de nos francs. A titre d’exemple, IBK va poser la première pierre d’un hôpital ultra-moderne à Koutiala le jeudi 15 février prochain.

 

Ce programme présidentiel d’urgences sociales se poursuit et s’intensifie sur toute l’étendue du territoire nationale et en particulier en troisième région. C’est dans ce sens que, durant cette semaine, du 15 et 16 février, le président de la République se rendra, avec une forte délégation à Koutiala pour la pose de la première pierre de la construction d’un hôpital ultra-moderne. Il procédera également à l’inauguration de plusieurs infrastructures de base.

 

Le Mali est toujours en chantier sous le leadership du président IBK, assure les cadres de la présidence de la République, qui précisent que le locataire du palais de Koulouba ne lésinera sur aucun moyen pour l’atteinte du mieux-être de ses concitoyens. Ce sera dans le cadre de la « mise en œuvre diligente du programme présidentiel d’urgences sociales (PPUS) ».

 

C’est aussi dans ce cadre que le ministre du Développement local, Zoumana Mory Coulibaly, dont l’axe principal de la feuille de route est de veiller à la concrétisation de ce programme présidentiel ,a pris langue, la semaine dernière, avec ses services pour la création de plusieurs emplois dans la zone Office du Niger.

 

Le ministre du Développement local a eu une rencontre d’échanges et de travail le jeudi 8 février dans la Salle de conférence de la direction générale de l’Office du Niger entre les membres des ministères de l’Agriculture et celui du Développement Local.

 

Dans son discours, Zoumana Mory Coulibaly, a indiqué que l’objectif visé par cette rencontre qui est de développer une synergie d’actions dans la réalisation des missions et d’échanger avec les premiers responsables et cadres des services de la région sur leurs plans de travail annuel afin de dégager de manière concertée, les actions prioritaires qui concourent à la mise en œuvre du programme présidentiel d’urgences sociales.

 

Cette rencontre d’échanges et de réflexions s’inscrit donc dans le cadre d’une prise de contact concertée avec les services basés dans la région de Ségou, qui relèvent du département du Développement local pour emplois. Il s’agit de l’ADR de Ségou, AGETIER, l’Office du Niger, l’Office Riz Ségou, Office Riz Mopti, Office de Développement du Moyen-Bani ainsi que le Conseil régional de Ségou.

Aux termes de leur première séance de travail, tous les participants ont convenus de la nécessité de conduire des missions conjointes sur le terrain pour une synergie d’actions dans la réalisation de leurs missions respectives.

 

Il faut préciser que ces rencontres se tiennent aussi dans la perspective de la prochaine visite du chef de l’Etat à Ségou, toujours pour intensifier la mise en œuvre du PPUS.

 

Les réalisations de ce programme peuvent-elles effacer la déception déjà enregistrée par la majorité des Maliens ? Rien n’est moins sûr. Le chef de l’Etat et son gouvernement doivent, en plus de ce programme alléchant, soigner davantage la gouvernance et faire des efforts supplémentaires sur le plan sécuritaire pour espérer en tirer un profit au sein de l’électorat. Mais, les joutes électorales seront aussi et surtout liées à la stratégie de campagne de Koulouba et des adversaires du candidat IBK. L’on ne peut souhaiter que le meilleur des candidats l’emporte pour le bien-être des Maliens.

 

Boubou SIDIBE

 

 

Maliweb.net (Mali)

 

 

A lire aussi:

 

MALI – Election présidentielle 2018 : Soumaïla Cissé exclut la possibilité d’une victoire d’IBK

 

MALI – Le CNID-FYT a-t-il les moyens de sa politique pour lorgner Koulouba ?

 

MALI – Moussa Sinko Coulibaly : « le calvaire des Maliens prendra fin au mois de septembre prochain »

Commentaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *