Libre circulation dans l’espace CEDEAO : le député-maire de Toubacouta confirme le ministre gambien

Après la sortie au vitriol du ministre gambien de la Culture Hamath Ba, c’est au tour du député maire de Toubacouta et président du regroupement des transporteurs et chauffeurs de Karang, Pape Ndianko, de taper du poing sur la table pour sensibiliser les autorités sénégalaises sur les tracasseries routières entre Dakar et Banjul.

 

 

« Faire 3h de temps sur une distance de 86 km, entre Karang et Kaolack, c’est pas cet état de fait qu’on peut qualifier d’intégration et de libre circulation des biens et personnes, tel que stipulé par la CEDEAO », s’est indigné la tête de file des acteurs du transport de Karang Pape Ndianko.

 

Par ailleurs, il a aussi fustigé le pléthore de postes de contrôle des douanes et de la gendarmerie sur la Transgambienne. « De Karang au pont Serigne Bassirou Mbacké de Kaolack, il y’a plus de 6 postes de contrôle. Après la déclaration et les formules administratives effectuées à la frontière, on ne peut pas comprendre que des agents de sécurité ou des civils puissent avoir l’audace de raquetter les voyageurs, en leur demandant des sommes qui varient entre 1000 à 3000 francs CFA par personne. C’est inadmissible, on appelle l’État à réagir pour mettre fin à cette situation. », a-t-il laissé entendre.

 

Rappelons que le député maire de Toubacouta Pape Seydou Ndianko s’exprimait lors de la première journée de la libre circulation des biens et des personnes, tenue à Karang devant les autorités sénégalo-gambiennes.

 

 

Source : http://www.senenews.com

 

Senenews (Sénégal)

 

 

 

A lire aussi:

 

SENEGAL – Oubli des travailleurs informels de Dakar : Wiego s’engage dans le combat

 

SENEGAL – L’opposition « marche » sur le Macky !

 

SENEGAL – Idrissa Seck: « Ce régime se glorifie de chiffres que les Sénégalais ne voient pas »

Commentaires