LIVRE – VIENT DE PARAÎTRE : KOUTAMMAKOU Lieux sacrés

Les Editions Jacques Hesse viennent de mettre sur le marché du livre un nouveau titre sur le KOUTAMMAKOU. Une région située aux confins nord du Bénin et du Togo, célèbre pour ses châteaux forts traditionnels classés au Patrimoine mondial de l’UNESCO et dénommés Takyenta ou plus couramment et improprement « Tata Somba ». Dans ce nouveau livre, les auteurs évoquent le pays et ses gens à travers le KOUTAMMAKOU et ses Lieux sacrés. Présentation.

 

Tels des explorateurs, BANTÉÉ N’KOUÉ et BAKOUKALÉBÉ KPAKOU, Togolais originaires du Koutammakou, situé au nord du Togo et du Bénin, sont partis à la découverte des lieux sacrés de leur territoire investis par une force souterraine, appelée dibo : bosquets, sources, cascades portant la trace des défunts devenus jadis leurs alliés.

 

À une époque où nous prenons conscience des ravages irréversibles infligés à la nature, le Koutammakou apparaît comme un exemple de respect dû à la Terre, dont les habitants, les Batammariba, se considèrent comme les simples gestionnaires. Ces lieux préservés, qui lui confèrent par endroits l’aspect d’un monde originel, lui ont valu d’être inscrit au patrimoine mondial de l’Unesco en tant que « paysage culturel vivant ».

 

Pour cet ouvrage, tous deux ont été accompagnés – de loin – par Dominique Sewane, anthropologue, accueillie au Koutammakou depuis les années 1980, auteur d’ouvrages de référence sur la vie cérémonielle des Batammariba.

 

« Dans ce livre sur la pensée millénaire qui anime le Koutammakou, et dans le sillage de deux Batammariba en quête des lieux sacrés de leur territoire, lieux protégés depuis des siècles, nous découvrons la valeur d’une éthique transmise au cours des générations, dans laquelle prédomine le respect que doivent les humains aux forces de la nature afin de préserver l’intégrité de la Terre. »

 

Jean Malaurie (préface)

 

« Durant plusieurs mois, Bantéé et Bakoukalébé ont parcouru vallées et collines des trois cantons : Warengo, Nadoba, Koutougou. Longues marches sous une chaleur accablante, sur un sol détrempé par les pluies ou pierreux à flanc de montagne, rien n’a pu affaiblir l’élan des deux explorateurs partis à la découverte de lieux investis par un esprit souterrain appelé dibo : sources, cascades, arbres, termitières, roches, entourés de leurs « amis », des arbres formant des bosquets touffus, sortes de petites forêts interdites d’accès en dehors des cérémonies. »

 

Dominique Sewane

 

Au Koutammakou, les lieux sacrés sont d’autant plus élevés symboliquement qu’ils constituent les piliers soutenant le ciel et la terre… Bref, ces lieux symboliquement et hautement sacrés représentent les fondements de la nécessaire harmonie qui devrait exister entre l’homme et son univers afin de maintenir le perpétuel équilibre des choses et des êtres. Il s’agit en effet, tels que les Batammariba conçoivent leur vision du monde, d’un équilibre. S’il venait à se rompre, la survie humaine serait compromise.

 

Marcus Boni Teiga (postface)

 

 

La roche « Porte-moi je vais voir »

 

La roche de Kouyakougou ou « Porte-moi je vais voir », se trouve dans une forêt sacrée, au pied de la montagne,où sont conduits les garçons lors du difwani, le rituel initiatique des jeunes garçons. On ne peut s’en approcher que le matin. On dirait qu’elle est posée en équilibre sur une pierre. L’une et l’autre sont aussi sombres que les pierres de la rivière. Quand on l’aperçoit pour la première fois, on est effrayé par ses dimensions. Elle est gigantesque : au moins huit mètres de long ! Large et plate d’un côté, elle s’amincit comme la pointe d’une flèche.

 

Les anciens rapportent l’histoire que voici : deux frères cheminaient dans la forêt. Le plus petit dit à l’aîné : « Porte-moi sur ton épaule, je vais voir la vallée. » Perché sur l’épaule de son frère, il voit combien la vallée est belle et refuse de redescendre. Plus tard, ils sont changés en pierres. De fait, l’endroit où la pierre du bas se relie celle du haut ressemble à un pied, comme si on l’avait soulevée du côté sud pour qu’elle se tende vers le nord. Lorsqu’on reste à côté de la roche, il ne faut pas s’exprimer dans une autre langue que le ditammari, sinon elle se mettrait à trembler et jetterait un mauvais sort à l’imprudent.

 

LES AUTEURS

 

BANTÉÉ N’KOUÉ, habitant du canton de Warengo (Koutammakou, Togo), est un Otammari par excellence, spécialiste de la construction des takyenta, habitat traditionnel des Batammariba. Dès 1980, il fut le traducteur interprète de Dominique Sewane pendant ses diverses missions.

 

BAKOUKALÉBÉ KPAKOU, habitant du canton de Nadoba (Koutammakou, Togo), est historien, diplômé de l’université de Kara, auteur d’un remarquable mémoire de maîtrise retraçant l’histoire de Koutougou, l’un des trois cantons du Koutammakou au Togo.

 

DOMINIQUE SEWANE (texte préliminaire de présentation), anthropologue, accueillie chez les Batammariba dès 1980, dont elle a étudié la vie cérémonielle, a contribué en 2008 au programme favorisant la transmission de leurs savoirs. Elle est titulaire de la chaire Unesco « Rayonnement de la pensée africaine – Préservation du patrimoine culturel africain ».

 

JEAN MALAURIE (préface), géomorphologue et ethnohistorien de renommée internationale, spécialiste du Grand Nord inuit et sibérien, est – entre autre – Ambassadeur de Bonne Volonté à l’Unesco pour les régions arctiques. Il est fondateur de la prestigieuse collection Terre Humaine aux éditions Plon, auteur de nombreux ouvrages de référence sur les Inuit du nord du Groenland, président d’honneur de l’Académie des peuples autochtones à Saint-Pétersbourg.

 

MARCUS BONI TEIGA (postface), originaire de Tanguiéta, dans le nord du Bénin, est journaliste, cofondateur du magazine panafricain en ligne Courrier des Afriques, écrivain, et historien spécialiste de la Nubie.

 

JACQUES HESSE, éditeur, a découvert le Koutammakou en 2011 et rencontré fortuitement Bantéé N’Koué à Warengo en 2013, rencontre qui a donné naissance à cet ouvrage. Les Éditions Hesse ont publié Koutammarikou – Portraits somba – Nord Bénin de Marie et Philippe Huet (2012).

 

© Editions Jacques Hesse

 

Titre: KOUTAMMAKOU Lieux sacrés (15 mars 2018)

Relié: 125 pages

Editeur : Editions Hesse (15 mars 2018)

Langue : Français

ISBN-10: 2357060417

ISBN-13: 978-2357060418

Prix: EUR 24,00

 

 

A lire aussi:

 

LIVRE A PARAÎTRE : Si le Noir n’est pas capable de tenir debout, laissez-le tomber

 

Le Jamaïcain Kei Miller remporte le Prix Carbet de la Caraïbe et du tout monde pour son roman “By the rivers of Babylon”

 

LIVRE – Le vivre ensemble aujourd’hui

 

LIVRE – Lille-Conakry, un voyage littéraire des plus réussis

Commentaires