RD CONGO – Présidentielle 2018-Palu : Gizenga donne raison à Muzito

Entre le Palu (Parti lumumbiste unifié) et la Majorité présidentielle, l’heure est au décryptage d’une alliance qui subsiste depuis 2006. Le Palu, qui tient à son deal avec le camp du chef de l’Etat, attend à ce que la MP lui apporte tout son soutien à la présidentielle de décembre 2018. Entre les deux camps, il y a encore de malentendus à dissiper. Visionnaire, Adolphe Muzito avait précédé les évènements en amenant le Palu à requalifier son alliance, en explorant éventuellement d’autres pistes. Il n’a pas été compris en son temps. Les faits lui ont finalement donné raison. Aujourd’hui, le Palu est à la recherche d’une nouvelle identité. A tout prendre, c’est Muzito qui en sort gagnant – pour avoir tout prédit.

 

 

C’est à peine croyable ce que le porte-parole du Palu a déclaré, samedi dernier, après la visite d’Antoine Gizenga auprès du président de la République, Joseph Kabila. D’emblée, Wolf Kimasa prend soin de planter le décor en remontant à 2006 avec d’amples détails sur le symbolique. Puis il lâche : «la réciprocité symétrique nous oblige de rappeler au chef de la MP que le Palu attend que la MP accepte de soutenir le candidat du Palu à la présidentielle de 2018».


Dans son rappel historique, Wolf Kimasa a démontré qu’en 2006, c’est le président Kabila qui avait effectué le déplacement pour solliciter l’appui du Palu. Il se fait qu’aujourd’hui, comme la réciprocité est «
quérable», le patriarche Gizenga est allé à la rencontre du président de la République et autorité morale de la MP pour solliciter son appui.Sur le fond, Antoine Gizenga a fini par donner raison à Muzito, mettant en mal ceux qui n’ont vu que leurs intérêts personnels pensant que la fin de l’alliance avec la MP mettrait fin aux privilèges au sein des institutions, alors que les mandats ont déjà pris fin depuis décembre 2016.

 

« Le Palu veut être au sommet de l’Etat », a martelé M. Wolf Kimasa. « C’est la raison unique de la visite du grand camarade Gizenga auprès du président Joseph Kabila », a insisté Wolf Kimasa, comme si, convaincre son auditoire ne suffisait plus.

Ce message était destiné à une opinion qui est ainsi prise à témoin que la MP doit rendre l’ascenseur, après deux mandats de soutien sans réserve du Palu. C’est un accord tacite dans les pratiques et traditions républicaines que de rendre l’ascenseur à un partenaire qui vous avait apporté son soutien.

 

Différence d’approche

 

Ce qui différencie la démarche de Gizenga de celle de Muzito est le contenu des alliances. Adolphe Muzito, qui a travaillé directement avec la MP pendant près de quatre ans, et ayant observé les politiques publiques pratiquées entre 2011 et 2015, le PALU a vu l’urgence de les changer. Et comme on ne fait pas du vin nouveau avec des vielles calebasses, il fallait, selon lui, explorer d’autres voies susceptibles de permettre au parti de fédérer suffisamment autour de ses idéaux et visions.

 

C’est le sens à donner aux discussions et négociations entamées avec le MLC et l’UNC. Il s’agissait, pensait-il, d’inviter ces partis à comprendre la nouvelle dynamique voulue par la présidentielle de 2018, en conformité avec la soif d’alternance qui habite tous les Congolais, particulièrement la base du Palu.

 

Le Palu se souvient encore de sa déroute électorale de 2011. Les militants de ce parti cinquantenaire, composé des compagnons et disciples de Patrice Emery Lumumba, avaient sévèrement sanctionné le Palu en 2011, en ne lui accordant pas des voix comme en 2006. De 34 députés, le Palu n’a pu faire élire que 17 députés nationaux parce qu’aucun candidat n’avait brigué le sommet de l’Etat.

Faudrait-il continuer sur cette même lancée et subir un autre revers électoral ? C’est là toute la question. Il est apparu aussi clairement que le Palu soupçonne son partenaire de nourrir des projets qui ne vont pas dans le sens de construire une démocratie dans le pays et de respecter réellement la Constitution en organisant les élections. De l’avis de Muzito, il était du devoir du parti d’explorer d’autres pistes.

 

L’alliance de 2006 justifiée par le souci d’éviter le clivage Est/Centre-Ouest a porté un grand préjudice au Palu qui a eu à composer avec tous les bords idéologiques de la MP qui était hétéroclite. Dans l’intérêt du pays, il s’est fait que le Palu en est sorti le plus grand perdant. A cause des manœuvres portées par des responsables de la MP, le Palu a subi des pires humiliations politiques. Avec délectation, des caciques de la MP n’hésitaient pas de justifier cette descente aux enfers par le faible poids politique du Palu, alors que le parti a eu le mérite de faire élire Kabila à l’Ouest.

 

De plusieurs ministères et de la primature, le Palu est réduit à la portion congrue – rien que deux ministères. Parmi les deux ministres, il y en a un qui porte les couleurs du Palu, tout en étant avec corps, bagages et âme dans le camp de la MP. Humiliant pour un parti historique qui porte la vision du tout premier chef du gouvernement de la RDC indépendante.

 

A la MP tout est clair : il n’existe aucun engagement pris en 2006 ou 2011. A ce titre, la MP pense que rien n’oblige le président Kabila à soutenir un candidat Palu à la prochaine présidentielle de 2018.  Au grand dam du respect du principe républicain consistant à rendre l’ascenseur à un partenaire.

 

Comme le G7

 

En réalité, le Palu n’a pas besoin de ce soutien, parce qu’il sait que la MP ne se voit pas diriger par un chef de l’Etat sorti des rangs du Palu. Si tel était la volonté en haut lieu, cette sortie du Palu n’aurait pas eu sa raison d’être. Tout se serait discuté en privé. D’ailleurs, la MP s’organise sans le Palu.

Pour preuve, les alliances nouées avec 15 regroupements de la MP se sont négociées loin du Palu, pourtant membre de la coalition parlementaire et gouvernementale. Ces regroupements ont signé « un protocole pour la loyauté à l’autorité morale avant, pendant et après les élections ».

 

C’est dire que dans la stratégie de la MP tout se fera avec son autorité morale. Ce qui s’écarte fondamentalement de la vision du Palu qui attend un soutien à son candidat.

En réalité, le Palu veut prendre ses distances vis-à-vis de la MP, sous la pression de sa base qui estime que le parti était perdant dans ce mariage de raison. La mauvaise foi du partenaire MP est telle qu’il minimise à souhait le poids politique du Palu malgré sa lutte cinquantenaire et malgré qu’il a fait élire Kabila à l’ouest du pays.

 

Dans sa démarche, le Palu tient à la symbolique. Le Palu ne se serait pas exprimé de cette manière, mieux Antoine Gizenga ne se serait pas déplacé pour solliciter ce soutien. Il y aurait eu des discussions consacrées à ça. Et des arrangements auraient déjà été trouvés avant tout déplacement de Gizenga. Or, en politique, tous savent que de telles questions se négocient en privée, avant que les conclusions ne soient ensuite rendues publiques.

 

Le Palu fait mieux que tous ceux qui, à ce jour, ont claqué la porte de la MP. Il apporte la démonstration par des actes que le président Kabila n’aurait pas encore décidé de quitter définitivement le pouvoir en favorisant une vraie alternance à la tête du pays. Si le G7 a procédé par des déclarations, avant de consacrer son divorce avec le camp présidentiel, le Palu pose des actes qui obligent la MP et surtout son autorité morale Joseph Kabila de sortir de leur gond.

 

La complémentarité entre les actions de révolte d’Adolphe Muzito et la sortie d’Antoine Gizenga est tellement évidente que la sortie de Muzito du secrétaire permanent du parti parait comme une sanction protectrice pour éviter de le livrer à la colère de leur ex-allié la MP.

 

En effet, le Palu sera obligé de se trouver des alliés pour gouverner ensemble en vue de peser sur l’échiquier politique national. Si la question du seuil de représentativité n’inquiète pas ce parti, il reste que pour gouverner, le Palu devra nouer de nouvelles alliances. En réalité, le président Kabila et ses amis ont leurs alliances ailleurs, conclues loin des regards du Palu. Il y va de la survie du Palu.

 

Le Potentiel

 

 

Source : http://www.lepotentielonline.com

 

Le Potentiel (RD Congo)

 

 

A lire aussi:

 

RD CONGO: Ecouter l’Eglise

 

RD CONGO – EVE BAZAÏBA : « 7 jours de marches pour l’alternance démocratique »

 

RD CONGO – MARCHE DU 21 JANVIER : Soutien total au Comité Laïc de Coordination

 

RD CONGO – Le PALU tourne le dos à la Majorité présidentielle

Commentaires