HAÏTI – L’opposition pour une « Conférence nationale haïtienne souveraine » au lieu des « états généraux sectoriels »

 

 

Le secteur démocratique et populaire rejette le Comité de pilotage des états généraux mis en place par le président de la République le 28 mars dernier. Ce regroupement représenté notamment par les sénateurs Nènel Cassy et Évalière Beauplan, André Michel, l’ancienne ministre Marjorie Michel et Schilet Louidor propose une « conférence nationale haïtienne souveraine ».

 

Le secteur démocratique et populaire dit avoir « d’importantes interrogations et même des inquiétudes sur cette opération lancée par un pouvoir issu des forces conservatrices ». Le but de ces dernières n’est autre que le maintien du statu quo actuel hérité du système néocolonial qui a déjà complètement épuisé son historicité », estiment Nènel Cassy, Évalière Beauplan et consorts. Ils accusent le chef de l’État d’avoir déjà épuisé totalement l’agenda des états généraux sectoriels en soulignant la remobilisation des Forces armées d’Haïti et les démarches visant la mise sur pied du Conseil électoral permanent et l’amendement de la Constitution.

 

Cette initiative aura pour mission, selon eux , de jeter les bases institutionnelles d’un nouvel État non partisan, de débattre de toutes les grandes questions d’intérêt national en vue d’adopter le nouveau projet de société tant attendu par le peuple haïtien tout en tenant compte des aspirations fondamentales de la nation, garantir la sécurité publique et la sécurité de nos frontières, renforcer les institutions de l’État et garantir l’indépendance réelle de la justice. Élément incontournable dans la création des conditions favorables à la réalisation du procès du fonds PetroCaribe, paramètre phare dans la lutte contre la corruption, selon Évalière Beauplan qui avait conduit l’enquête ayant abouti au second rapport sur l’utilisation desdits fonds mais qui n’a pas été sanctionné par ses collègues au Sénat de la République.

 

 

La Conférence nationale haïtienne souveraine aura également pour mission de mettre fin à la crise politique et électorale par une réforme en profondeur du système électoral, de définir les termes d’une réforme en profondeur des secteurs sociaux et culturels entre autres.

 

Danio Darius

 

 

Source : lenouvelliste.com

 

Le Nouvelliste (Haïti)

 

 

A lire aussi:

 

HAÏTI – Dr Gretta Lataillade Roy, une vie historique

 

Une nouvelle façon d’investir en Haïti

 

HAÏTI – Le jeune président Moïse rend visite à la centenaire Odette Roy Fombrun

Commentaires