RD CONGO – Machine à voter : le non catégorique du CLC

Le Comité laïc de Coordination (CLC) craint un probable déraillement du cycle électoral. Alors que la Céni est l’objet de vives critiques sur l’usage aux prochains scrutins de la machine à voter, le CLC demande vivement à la centrale électorale d’écarter cette option pour lever le doute sur la transparence des élections à venir.

 

 

« Le CLC attire l’attention des partenaires sur le fait que le manque de confiance des électeurs dans l’institution organisatrice des élections demeure un sujet plus que préoccupant qui exige une solution urgente. Il demande à la CENI de retirer immédiatement son projet de machine à voter qui risque de plonger le pays dans un cycle inutile de violences », indique le CLC dans un communiqué publié le week-end.


Le CLC n’épargne pas non plus le gouvernement qu’il juge responsable du pourrissement de la crise politique. A cet effet, le CLC note particulièrement que le gouvernement se distingue par « la non libération des prisonniers politiques et d’opinion et le refus de mettre un terme aux poursuites judiciaires injustifiées mentionnées dans l’Accord; l’interdiction persistante des manifestations publiques, l’absence de libéralisation des espaces d’expression démocratiques et médiatiques, et la persistance des mandats d’amener lancés contre les membres du CLC activement recherchés: tant de mesures qui auraient dû être prises à dater de la publication de la Résolution du Conseil de Sécurité du 27 mars 2018 ».
Le CLC estime que la Céni n’est plus un partenaire crédible pour des élections apaisées. Il prend pour preuve « le non-respect de son propre calendrier des grandes dates à retenir, par l’absence de publication, le 26 mars 2018, de la liste des regroupements des partis politiques devant participer aux élections. A cette date, nous avons assisté au dépôt d’une brochure au Président de la CENI par le ministre de l’Intérieur et non à la publication de la liste comme convenu. Par ailleurs, le refus de la CENI de révéler le contenu de ladite brochure jette un doute sur l’acte posé; l’entêtement à imposer la machine à voter, une technologie décriée sur le plan national et international, acquise de surcroît dans des conditions non transparentes; la marginalisation du collège des experts internationaux qui doit accompagner la démarche de la CENI dans toutes ses étapes ».

 

Dans ces conditions, le CLC craint que le processus électoral ne soit biaisé dès le départ, dans la mesure où tous les acteurs au processus n’ont pas la même chance de concourir.

Le CLC qui n’hésite à nommer le coupable, en l’occurrence la Céni et le gouvernement « attire l’attention des partenaires sur le fait que le manque de confiance des électeurs dans l’institution organisatrice des élections demeure un sujet plus que préoccupant qui exige une solution urgente ».

 

Attaché à sa trêve qui expire le 30 avril prochain, le CLC réitère son interpellation à toutes les parties prenantes à s’organiser pour aboutir avant cette date « à l’assainissement de l’environnement préélectoral pour garantir l’égalité des chances à tous les candidats potentiels dans les compétitions électorales à venir ». « Il y va de l’intérêt de tous », prévient le CLC.

 

Le Potentiel

 

 

Source : http://www.lepotentielonline.com

 

Le Potentiel (RD Congo)

 

 

A lire aussi:

 

RD CONGO – La Majorité Présidentielle se dévoile : avec Kabila jusqu’en 2020

 

RD CONGO: Ecouter l’Eglise

 

RD CONGO – EVE BAZAÏBA : « 7 jours de marches pour l’alternance démocratique »

 

Commentaires