Souriez,vous êtes in dependant ! (Par Ndèye Nogaye Babel SOW)

Tels des lunatiques atteints de schizophrénie, nous chantons un hymne au nom de l’INDEPENDANCE DU SENEGAL.

 

 

Nous continuons à commémorer cette césarienne forcée de 1884 par Bismarck coupant à la lame nos cordons sans précision aucune,

La plus ancienne de toutes les colonies françaises d’Afrique noire réaffirme ainsi en ce jour son intime dépendance de la métropole,

Avec nos mouchoirs Belle France à Dakar près des rues Felix Faure, Jules ferry, Peytavin, De Gaulle, nous sourions à l’exploitation de Demba par Dupont,

Vers la place de France de Thiès, nous dansons pour l’Elysée,

Et cette danse se fait à Saint Louis à la place principale en passant par le pont avec assurément De Gaulle,

Au son de nos trompettes, nous demandons sénégalaisement aux autres de combattre sans nous, oui allez vous plaindre et pincez vos Koras, frappez vos balafons autre part,

A nos frères de lutte et de race, de douleur et de couleur nous imposons un laisser-passer et s’ils tardent à se soumettre au néocolonialisme nous les faisons passer par Gorée,

Le maitre content dira «Bon chien chien, va ramener pétrole et zircon»,

Le lion bleu blanc a surement besoin de son serviteur rouge pour rugir

Et ce dernier, de son Pold à sa Saleté, l’aidera à dompter la brousse et à bondir sur tous ceux qui veulent le détrôner,

Nos costumes bien copiés, à peine collables nous nous défilerons de notre culture,

Nos esprits toujours enchainé, notre sourire tellement forcé nous prétexterons une indépendance,

Notre soumission exemplaire, notre lutte censurée nous nous glorifions des félicitations du maitre appréciant le déroulement de la fête dans sa plantation,

Restant fidèle à la case Senghorienne dans la grande maison familiale du maitre, nous restons fidèles à cette communauté française d’Afrique en Franc et en Bases,

Insultant la mémoire de nos ancêtres, tout fier du cadeau de De Gaulle nous trahissons le combat de nos aïeux,

En ce jour, interdiction est faite de parler de Lat Dior, Cheikh Ahmadou Bamba, Cheikh Anta Diop, Aline Sitoé Diatta, Mamadou Dia encore moins Blondin Diop, vous les trouverez dans l’encyclopédie de l’oublie ;

Aucune histoire, aucun honneur juste nos forces de l’ordre en train de faire du mannequinat,

Dans cette même logique d’apprentissage au maître nous nous glorifions de notre Agrégation en Grammaire, de notre RETOUR en Normandie en 1981 à notre secrétariat général de la Francophonie dès 2003 et durant 11 ans.

Puis de notre trahison à Benghazi avec l’alternance à nos courbettes et révérences des plus ignobles devant la métropole depuis l’émergence nous restons toujours sur une base juridique de la 5éme République française,

Dans cette honteuse perspective nous continuons à fêter notre dépendance, dans la pauvreté et la lâcheté au rythme de Koras et de Balafons des autres ;

Ainsi, fièrement nous concluront par une hypocrite note comme nous savons le faire, nous prétendons être dans une logique d’unir les mers et les sources, d’unir la steppe et la forêt afin de saluer cette Afrique Mère que nous renions, contre qui nous luttons.

Si nous ne nous organisons pas contre ce système de traitrise, le message restera le même pour nos enfants,

Souriez, vous êtes dans la dépendance !

 

Par Ndèye Nogaye Babel SOW

Africaine du Sénégal.

 

 

Source : http://www.senenews.com

 

Senenews (Sénégal)

 

 

A lire aussi:

 

SENEGAL – Karim Wade : « Le programme que je vais proposer aux élections de 2019 »

 

GOUVERNANCE ET PROCESSUS DE SORTIE DE CRISE : Le Mali victime d’un complot de géopolitique internationale ?

 

GUINEE – Décision d’exploiter les forêts classées de Diécké et Ziama : la grosse colère de Marie-Madeleine Dioubaté

 

Trump : la merde retourne à la merde

Commentaires