Le soutien d’Emmanuel MACRON à la candidature rwandaise au poste de Secrétaire général de l’OIF : La fin de la Francophonie

Tout le monde souhaitait le départ de Michaëlle Jean pour sa gestion catastrophique sur les plans politique, financier et symbolique de l’OIF. Moi aussi je le souhaitais. Et plus encore depuis qu’elle a limogé abusivement le Professeur Kako Nubukpo pour « manquement à l’obligation de réserve », ce qui en fait dissimulait très mal un limogeage pour « délit d’opinion ». Elle n’avait pas eu le flair nécessaire pour comprendre que les sorties médiatiques de ce dernier épousaient très largement les aspirations profondes de cette jeunesse de l’Afrique francophone qu’elle était pourtant censée, en partie, de par ses fonctions, faire rêver.

Pour autant, la remplacer par une candidate rwandaise, c’est vider la Francophonie de sa substance, non seulement en reniant toutes les valeurs communes qui structurent les relations entre la France et les pays francophones depuis 1990, à savoir la démocratie et la langue française en partage (I) mais aussi en donnant aux pays africains francophones une raison supplémentaire de quitter la zone CFA (II).

 

I / La dictature plutôt que la démocratie

 

Les relations franco-africaines sont marquées, depuis bientôt trente ans, par des valeurs démocratiques communes. En Juin 1990, à la désormais historique conférence de la Baule, le Président François Mitterrand avait solennellement posé ce qu’il convient d’appeler la « conditionnalité démocratique » qui consiste à lier l’aide française aux efforts de démocratisation. Ce fut dur et tout le monde le savait. Face aux plaidoyers pathétiques de certains Africains, il y a eu la Conférence de Chaillot qui a légèrement desserré l’étau : « la conditionnalité démocratique », oui « mais chacun à son rythme ».

 

Depuis lors, le long et difficile apprentissage démocratique des pays africains francophones suit son cours avec plus ou moins de réussite. Ce long et difficile apprentissage a connu son apogée avec la Déclaration de Bamako du 3 Novembre 2000. Tout le monde sait aujourd’hui que la démocratie est la règle et la dictature, fut-elle éclairée ou de développement, l’exception.

C’est au tout début de ce long et difficile apprentissage (Avril-Juillet 1994) que survint le génocide rwandais qui a fait le lit de la dictature de Paul Kagamé devenue aujourd’hui, apparemment aussi pour la France d’Emmanuel MACRON, un modèle alternatif à promouvoir.

Et pourtant, c’est un modèle singulier que l’on ne peut et l’on ne doit, pour rien au monde, promouvoir. Car le modèle rwandais, c’est d’abord un génocide pour lequel on tient la France pour partiellement responsable et coupable, même si in fine ce sont les Rwandais eux-mêmes qui, dans un élan de bestialité, se sont entre-tués ; c’est ensuite remplacer le français par l’anglais dans l’éducation nationale et en faire une langue officielle ; c’est enfin, instaurer une dictature.

 

Il faut appeler un chat, un chat. Le Rwanda n’est rien d’autre qu’une dictature avec quelques réussites économiques que beaucoup d’autres pays démocratiques aussi connaissent qu’il s’agisse du Botswana, du Ghana, du Sénégal, de la Côte-d’Ivoire et de beaucoup d’autres encore. C’est vrai, qu’une partie très intéressée de la doctrine s’évertue à faire accroire, sans trop convaincre, l’idée qu’il y aurait une démocratie formelle et une démocratie substantielle et que la deuxième serait en toute chose préférable à la première.

Et toujours selon cette partie très intéressée de la doctrine, la première serait en œuvre dans les pays africains francophones et la seconde serait en œuvre au Rwanda. La Chine qui est une réussite économique ne demande à personne à être appelée « démocratie substantielle » ; elle assume son statut de pays dictatorial.

Dès lors, choisir Louise Mushikiwabo, c’est enterrer trente ans de long et difficile apprentissage démocratique, c’est promouvoir le contre-modèle. Et si en définitive, pour établir des relations équilibrées avec la France jupitérienne d’Emmanuel MACRON et obtenir d’elle un poste aussi symbolique et politique que celui du Secrétariat général de l’OIF il faut suivre le modèle rwandais, alors les pays africains francophones savent à quoi s’en tenir.

 

Mais en même temps, il est permis de penser qu’ils tiennent-là une occasion rêvée de prendre une vengeance symbolique sur la France en désignant leur propre candidat qu’ils soutiendront tous, jusqu’au bout, comme un seul homme. Même si à titre personnel, je ne les crois pas capable d’une telle prouesse, il me semble que c’est pourtant la seule, solution, pour eux, d’éviter l’inconfortable situation dans laquelle ils risquent de se retrouver de devoir choisir entre Michaëlle Jean et Louise Mushikiwabo. Et il est juste surprenant que ce choix diplomatique intervienne quelques temps seulement après la vive polémique, jamais connue par le passé, sur le CFA et qui a contraint plusieurs officiels (Présidents de la République et Ministres) aussi bien Français qu’Africains à prendre position publiquement.

 

*II / Une raison supplémentaire de quitter la zone CFA*

 

Maintenant que le soutien de la France à cette candidature rwandaise est officiel, elle donne aux pays africains francophones une raison de plus de quitter la zone Franc. En effet, il est juste indécent pour les pays africains francophones de subir ainsi qu’ils le font depuis les indépendances une OPA hostile sur leurs économies à travers l’enfer du CFA pour ensuite se faire refuser les postes diplomatiques qui leur revient. Car après le coup de Michaëlle Jean par François Hollande, et celui de Louise Mushikiwabo par Emmanuel Macron, il y a de quoi désespérer les pays africains francophones !!!

 

Dans ces circonstances la question du CFA revient dans toute sa dimension symbolique. En effet, les pays membres de la zone CFA ne sont pas, du fait de leur monnaie, plus prospères économiquement que le Nigéria, le Ghana, le Rwanda ou l’Afrique du Sud qui ont chacun leur monnaie nationale. Et pourtant, ces pays éprouvent une fierté, justifiée ou injustifiée, à dire qu’ils ont leur monnaie propre.

 

Ils éprouvent un sentiment national à dire qu’ils ont travaillé dur ensemble pour avoir cette monnaie ; qu’ils ont été responsables ensemble. Les nouvelles générations des pays de la zone CFA veulent souffrir ensemble et grandir ensemble ; elles veulent s’assumer et être vertueux et responsables ensemble : c’est tout. Ne pas le comprendre et leur permettre de le vivre, c’est faire preuve de myopie et courir le risque d’éclatement ultérieur de violence incontrôlée. Si la France réussit à faire élire sa candidate Rwandaise au poste de Secrétaire générale de l’OIF, ce serait la fin de la conditionnalité démocratique, de la langue française comme une référence commune et dans ces conditions, il ne restera plus aux pays africains francophones qu’à sortir du CFA et à remplacer le français par l’anglais et pourquoi pas comme le Rwanda adhérer au Commonwealth. Dès lors, ils retrouveront leur pouvoir symbolique de négociation et pourront exiger et obtenir de la France ce qu’elle leur refuse aujourd’hui.

 

Que faudra-t-il à la place du CFA ? Pourquoi pas des monnaies nationales le temps d’une transition avant d’aller vers des monnaies sous-régionales comme par exemple une monnaie commune puis unique pour les pays membres de la CEDEAO ? Il n’y a absolument aucune raison d’avoir peur des monnaies nationales et ceux qui prédisent le « scénario catastrophe » ne sont que des oiseaux de mauvais augure.
En revanche, nous garderons jalousement notre démocratie. Nous ne l’avons pas choisie parce que la France le voulait. Nous nous y sommes engagés par le biais de la conférence nationale de février 1990, soit quatre mois avant la conférence de la Baule de juin de la même année. Et nous l’avons fait parce que nous avons expérimenté un régime dictatorial marxiste-léniniste qui a conduit notre État à la faillite totale. Ce fut un choix consensuel et endogène et, pour cela, nous ne serons prêts à le tronquer contre aucune dictature, ni celle dite abusivement « éclairée » ou de « développement ». C’est tout cela que vient nous rappeler cruellement le soutien d’Emmanuel MACRON à la candidature de Louise Mushikiwabo.

 

Topanou  Victor Prudent
Maître de conférences de Science politique
Ancien Garde des Sceaux du Bénin

 

 

A lire aussi:

 

La chronique du blédard : Le temps des meuniers…

 

La chronique du blédard : Du Qatar, du football et du rôle attendu de l’investisseur du Golfe

 

SENEGAL – LA FIEVRE DE LASSA : Pourquoi n’en parle-t-on pas au Sénégal ?

 

AFRIQUE – TAUX DE NATALITÉ ET JEUNESSE : Prisme sécuritaire et banalisation d’un discours de la peur

Commentaires