BENIN : Une proposition de révision de la constitution bientôt introduite au parlement

 

 

Le gouvernement du régime du “Nouveau Départ” n’a pas dit son dernier mot sur la révision de la constitution. Rejeté le 04 Avril 2017 à trois voix près par une minorité de députés, le projet sera bientôt de retour sur la table des parlementaires.

 

Cette éventualité avait été déjà annoncée en Avril dernier par le ministre de l’économie et des finances, Romuald Wadagni. En effet, dans une interview qu’il avait accordée au magazine “Jeune Afrique”, l’argentier national affirmait: “…Comme l’a confirmé le chef de l’Etat dans son discours annuel devant le parlement, la révision constitutionnelle reste un impératif pour le pays. Elle pourrait donc faire à nouveau objet de discussion dans les tous prochains jours” affirmait – il aux confrères de “Jeune Afrique”.

 

Le débat sur l’impératif de cette révision fait de plus en plus surface, même au sein des organisations de la société civile. “Nous ne pouvons plus nous permettre de perdre le temps et laisser l’horloge de la politique nous dicter sa loi aux dépens des enjeux de développement qui ne sauraient s’accommoder des aléas politiques“, a martelé Martin Assogba lors de la première sortie d’une coalition installée pour la cause et dénommée la coalition “Maintenant la cour des comptes“.

 

Pour faire aboutir son nouveau défi, la coalition “Maintenant la cour des comptes” exige à défaut de réussir la révision de la constitution dont le processus, plusieurs fois lancé, n’a pu aboutir, une révision ciblée des articles 131 et 134 de la loi fondamentale.

Suite à cette sortie des organisations de la société civile, le bureau de l’assemblée nationale a organisé le Jeudi 14 Juin 2018 à Azalaî Hôtel de la Plage de Cotonou un séminaire national sur le nouveau code électoral introduit au parlement. A l’issue des discussions générales, l’impératif d’une révision de la constitution a été également évoqué.

 

En effet, pour l’adoption du nouveau code électoral et la réforme du système partisan, la révision de la constitution s’impose de plus en plus. Déjà, pour le nouveau projet de loi de révision, on parle de l’introduction de nouvelle dispositions comme l’institutionnalisation des cours de compte, l’organisation des élections générales en 2026 et la représentativité des femmes dans les institutions comme le parlement ou le gouvernement et dans les autres instances de décision

 

Un nouveau projet de révision de la constitution bientôt introduit au parlement :

Après l’échec du projet gouvernemental de révision de la constitution de 1990 le 04 Avril 2017, les députés veulent revenir à la charge avec une proposition de révision de la constitution. Selon des informations qui circulent, le débat sur la nouvelle proposition de révision pourrait même être lancé le mois de Juin prochain; c’est à dire dans quelques jours.

 

Cette proposition de révision de la constitution de 1990 sera portée par les députés du bloc de la majorité parlementaire qui estiment que l’heure  a sonné pour qu’on en finisse avec cette révision de la constitution puisque tout le monde est acquis au fait que notre loi fondamentale a besoin de ce toilettage pour intégrer de nouvelles dispositions.

 

Les initiateurs de la nouvelle proposition de loi de révision de la constitution partent du postulat qu’il faut arriver à l’organisation des élections générales en 2026 pour permettre à notre pays de réduire les charges liées à l’organisation permanente d’élection dans le pays. Ils estiment qu’il est nécessaire d’en arriver au couplage des élections afin d’économiser des ressources pour investir dans le développement.

A travers ce processus  de révision qui sera bientôt lancé, les organisations de la société civile trouveront également leur compte car l’institutionnalisation de la cour des comptes sera enfin une réalité.

 

La fièvre de la révision de la constitution risque encore une fois d’embraser le pays les jours à venir avec son cortège de polémiques. Il est a souhaité que ceux qui portent cette proposition de loi de réforme constitutionnelle fassent preuve d’ouverture pour que cette nouvelle tentative ne connaisse pas le même sort que le projet l’ancien projet.

 

 

 

Source: http://beninwebtv.com

 

Benin Web TV (Bénin)

 

 

 

A lire aussi:

 

BENIN – Catastrophe environnementale : une pétition pour empêcher le “déluge” à Logozohè

 

BENIN: Nourou-Dine Saka Saley : « le Code électoral ne favorise pas l’engagement politique des jeunes »

 

BENIN: Léhady Soglo annonce son retour au bercail pour bientôt

 

BENIN – Théodore Holo: “Je n’ai pas besoin de tricher avant de réussir dans ma vie”

Commentaires