RUSSIE 2018/BALLE DE MATCH N°8 – La chronique d’Aldio : On ne lâche pas le morceau

Rien n’est encore joué dans ce groupe H. Deux places pour trois prétendants. Les japonais n’ont rien lâché. Ils ne nous ont pas fait de cadeau. Ils n’en auront jamais l’air. La dernière journée va se jouer à mort pour le Sénégal, le Japon et la Colombie venue à bout des Polonais. Ce mondial Russe-là n’a pas encore révélé tous ses secrets.

 

 

En football aucun match n’est gagné d’office, aucune équipe n’a la faveur des pronostics. Ce Sénégal/Japon était plus qu’un match de football. Les deux équipes n’ont rien voulu lâcher. Chacune tenait à arracher le gain de la partie. Les Japonais teigneux jusqu’au bout des semelles, ont mené une opposition farouche aux grands gabarits sénégalais. Chaque fois que les Sénégalais mènent au score, ils sont revenus à la marque avec la manière. Même si Sadio Mané et sa bande menaient toujours les hostilités, les « Samourais bleus » ont montré du répondant jusqu’à même avoir un léger avantage en possession de balle sur les Lions de la téranga.

 

C’est vrai qu’Aliou Cissé a réaménagé son système tactique face aux nippons, ce qui était normal vu la dimension de l’adversaire et sa façon de jouer, mais le 4-3-3 n’a pas fonctionné parfaitement. Contrairement contre la Pologne en première journée, le milieu de terrain a eu beaucoup de difficultés à organiser le jeu. D’abord Alfred Ndiaye a été très transparent, Pape Aliou Ndiaye perdait beaucoup de ballons et Idrissa le régulateur du milieu a souvent flotté. Même si le joueur d’Everton a récupéré beaucoup de ballons, il a trop couru pour rattraper les nombreuses balles perdues. Sadio était toujours entenaillé et la vivacité des japonais a beaucoup mis en difficultés la défense sénégalaise parfois très passive sur les actions de l’adversaire si ce n’est pas un manque de communication avec le gardien.

 

L’équipe du Sénégal a pourtant bien entamé la partie avec du pressing très haut, mais les poulains d’Aliou Cissé ont un peu relâché après le premier but en reculant dans leur zone. Les japonais en ont profité pour aller à l’assaut des sénégalais et exercer à leur tour une pression sans ambages sur le jeu des Lions. Ainsi, ils contrôlent la bataille du milieu avec un Takashi Inui intenable et remuant sur le côté droit. L’ancien joueur d’Eibar en liga, futur sociétaire du Betis de Séville a souvent empêché Sabaly de monter et d’être dangereux même si le joueur de Bordeaux a réussi quelques échappées solitaires sur son flanc gauche. Les montées de Sakai très en verve, ont permis aux japonais de se montrer dangereux presque sur toutes les actions asiatiques. Le joueur de Marseille a tout le temps amorcé les contre-attaques avec son capitaine Makoto qui joue toujours sur Osako très percutant sur le front de l’attaque.
Il a fallu l’entrée de Cheikhou Kouyate pour apaiser un peu la souffrance des sénégalais dans le milieu. Ce qui a donné l’avantage à l’équipe de Cissé. Mais l’entrée en jeu de l’expérimenté Honda a encore changé le cours du jeu. L’ancien joueur de Milan a accéléré le jeu à sa façon en provoquant la défense sénégalaise qui a réussi à repousser les assauts, mais souvent se précipiter à la fois jusqu’à créer une cacophonie dans sa propre moitié de terrain.

 

Le front de l’attaque sénégalaise a bien joué sa partition mais le marquage des japonais a été impeccable. Mbaye Niang a tenté de belles choses mais il est toujours stoppé par un japonais. Ismael Sarr a beau accélérer le jeu sur son coté, mais l’entraineur du Japon a bien muri son plan anti jeu sur les attaquants sénégalais. La qualification du Sénégal aux 1/8éme de finale sera différé jusqu’en dernière journée, mais sera âprement disputée face aux colombiens qui ne lâcheront pas le morceau non plus, pour vouloir composter leur ticket du second tour face à Aliou Cissé après sa belle victoire sur la Pologne. Les Sénégalais vendront chèrement leur peau le 29 juin pour rester en vie dans ce tournoi. Les chances restent intactes pour les Lions. L’essentiel c’est d’y croire et ne surtout pas lâcher le morceau car une éventuelle élimination des serait très cruelle pour les sénégalais. Pourvu qu’il n’y aura pas de regrets.

 

ALDIO

 

 

Source : http://www.senenews.com

 

Senenews (Sénégal)

 

 

A lire aussi:

 

RUSSIE 2018/SENEGAL vs POLOGNE – Kalidou Koulbaly : «C’est une victoire pour l’Afrique…»

 

FOOTBALL -CAN 2018 Dames : Le Mali tient la Côte d’Ivoire en échec et prend une option sur la qualification

 

Tour cycliste du Bénin : le Burkina sur la plus haute marche du podium

Commentaires