BENIN – Candide Azannai: “un homme qui ne peut pas partager n’est pas un homme”

C’est à un cours magistral sur l’éthique et la morale en politique que les militants du parti Restaurer l’Espoir ont eu droit de la part de l’ancien ministre Candide Azannaï ce samedi 30 Juin 2018 alors que le parti consacrait l’adhésion d’un mouvement politique de jeunes.

 

Candide Azannaï, Président du parti « Restaurer l’Espoir » – Bénin

 

Pour Candide Azannaï, deux valeurs guident les actions au sein du parti “Restaurer l’espoir’: il s’agit de l’éthique en politique et le courage qui conduit au sacrifice pour la patrie. A l’en croire, “on ne rentre pas en politique pour ses intérêts partisans” car, il n’y a pas de place pour l’intérêt particulier au sein de la politique. “Ce n’est pas possible”, martèle -t-il, puisque “la politique est tournée vers l’intérêt général”.

 

Pour lui, nul ne doit aller en politique en ne regardant que ses propres intérêts ou en ne cherchant qu’à privilégier les seuls intérêts de son clan ou de ses protégés parce que “le mandat public est un mandat tourné vers l’intérêt public”.  C’est pourquoi l’homme de Joncquet demande à ces militants d’“aller au secours de la Patrie parce que la patrie est sacrée”, parce que tous les moyens ne sont pas bons pour réussir en politique.  “Nous ne devons pas rentrer en politique et dire que  tous les moyens sont bons pour réussir…

 

Tous les moyens ne sont pas bons pour réussir en politique. Je ne peux pas parce que je veux réussir en politique tuer, assassiner les vies d’autrui, faire ce qui est mauvais. Je ne peux pas parce que je veux réussir en politique, violer les lois de la République… La politique ne doit pas être laissée seulement aux mafieux, à ceux qui n’ont pas une règle, aux sans foi, ni loi parce que si vous  excluez la morale et l’éthique de la politique, elle deviendra un jeu de la mafia”.

 

Or, la politique n’est pas la mafia. En politique, il doit avoir une place pour la morale. Si vous excluez l’éthique et la morale de la société humaine, elle sera pire que la société animale. Il n’y a pas de société humaine sans partage.  Un homme qui ne peut pas partager n’est pas un homme car, le partage est un principe fondamental. 

Candide Azannaï

 

Une tape “amicale” dans le dos de son ex-mentor

 

Comme il en a désormais pris l’habitude à chacune de ses sorties publiques, Candide Azannaï n’a pas manqué d’envoyer quelques piques à l’endroit de son ancien mentor aujourd’hui président de la République. Sans pour autant l’apostropher, Candide Azannaï pour la première fois évoque et critique le concept “serrer la ceinture” initié par le Chef de l’Etat en novembre 2016 alors qu”il était en tournée dans la partie septentrionale du pays. “Nous ne pouvons pas conduire une société où nous allons dire aux autres Serrez la ceinture pour deux ans. Restez à jeun et pendant deux ans, nous, avec un stylo et un papier, nous ramassons ce qui appartient aux pays. Nous nous mangeons, nous mangeons même avec les pieds, avec la tête, avec les cheveux et nous disons autres, restez à jeun, patientez, serrez la ceinture”. a d’abord fait observer Candide Azannaï avant de poursuivre:

 

Je suis devant vous. Je n’ai aucun dossier sale et je n’en aurai pas.

 

 

“Les autres finissent les deux ans et on dit: il reste un peu, c’est maintenant on a fini les dessins, restez encore à jeun. Et pendant que les autres sont à jeun, et pendant que vous, avec un stylo, vous réglez vos problèmes, vous cassez les lieux de travail des autres, vous cassez les baraques des autres, vous cassez les marchandises des autres. Ce n’est pas bon. Et comme vous voyez que tout le monde commence par vous haïr, tout le monde commence par vous mépriser, vous commencez par vous en prendre aux libertés des autres, vous vous attaquez aux libertés des autres. Çà ne dure pas. Aucune société n’accepte les choses de ce genre” va-t-il laisser entendre en guise de conclusion.

 

 

 

Source: http://beninwebtv.com

 

Benin Web TV (Bénin)

 

 

 

A lire aussi:

 

BENIN: Une fois encore, Candide Azannai aurait-il eu raison?

 

BENIN – Catastrophe environnementale : une pétition pour empêcher le “déluge” à Logozohè

 

BENIN: Nourou-Dine Saka Saley : « le Code électoral ne favorise pas l’engagement politique des jeunes »

 

Commentaires