BENIN – Nourou-Dine Saka Saley : « J’ai parié sur la grandeur des députés…et j’ai perdu mon pari »

 

La levée de l’immunité des honorables députés Mohamed Atao Hinnouho, Idrissou Bao et Valentin Djènontin est une tâche boueuse sur l’image de l’assemblée nationale. C’est du moins le sentiment qu »éprouve le technicien converti en acteur politique.

 

Pour Nourou-Dine Saka Saley, puisque c’est de lui qu’il s’agit, le vote émis par les députés de la septième législature ce Mardi 24 Juillet 2018 et qui leur a permis de lever l’immunité parlementaire de leurs collègues Atao, Hinnouho, Idrissou Bako et Valentin Djènontin est un pari perdu pour lui.

A l’en croire, la légèreté du dossier l’avait convaincu que les députés n’allaient pas livrer leurs collègues; mais il a perdu le pari. Il se console tout de même de constater que certains parmi les élus du peuple ont réussi à se mettre au dessus de la mêlée par des votes neutres. Il estime en outre que celle qui a le plus besoin de laver son honneur est l’institution parlementaire et non les députés Idrissou Bako, Mohamed Atao Hinnouho et valentin Djènontion. Lire ci-dessous sa désolation qui a éveillé en lui sa qualité de poète.

 

Déclaration de Nourou Dine Sacca Saley:

 

J’ai eu tort de parier…..sur la vertu en politique.

J’ai parié sur la grandeur des députés…et j’ai perdu mon pari.

J’ai parié en présumant le « bon sens » (si cher à nos dirigeants) au sein de notre assemblée nationale…et j’ai perdu mon pari.

J’ai parié en étant convaincu que la légèreté du dossier dicterait à nos députés la prudence de ne pas « livrer » leurs camarades Idrissou BAKO et Djenontin.

Mais, j’avais sous-estimé l’importance pour la majorité parlementaire de devoir montrer pattes blanches.

J’ai egalement sous-estimé le paradoxe de la même majorité de dire à leurs deux collègues : « nous n’avons rien trouvé sur le plan technique dans les dossiers, mais vous devez quand même en boucs émissaires, laver votre honneur ».

J’ai sous estimé l’envie de la majorité de dire à l’opinion publique :  » regardez, nous, on est tellement propres et irréprochables que nous vous envoyons deux de nos collègues de la minorité sans avoir conclu à leur implication réelle, après avoir statué notamment sur la base d’un rapport d’audit non transmis à nous ».

J’ai sous-estimé l’envie de la majorité de montrer « loyauté à toute épreuve ».

Mais je me laisse consoler par le seul vote abstentionniste qui me paraît le seul de raison et de prudence face à une atmosphère fortement souillée par les conséquences d’un vote négatif à la proposition d’amendement constitutionnel, surtout que plusieurs auraient été prévenus que « la minorité sait ce qui s’était passé lors du premier rejet, et les mettant en garde contre un second rejet ».

Je me laisse consoler par la conviction que le rapport de la commission spéciale a déjà confirmé que l’honneur des députés idrissou Bako et Djènontin est identique à ceux de tous les autres membres de la fameuse commission interministérielle.. s’il est sale il l’est pour eux tous.

Je me laisse consoler par la conviction qu’un vote politique ne permet pas si je suis souillé, de me racheter une honorabilité ou de m’absoudre.

En attendant, députés Idrissou BAKO et Djenontin, vous devez aller « laver vos honneurs » même si vos collègues ont statué en commission spéciale que rien ne vous rend responsables des faits incriminés.

Soyez rassurés chers Honorables, vos honneurs ne sont pas plus à laver, que celui de notre assemblée nationale par contre. Oui.. à grande eau.. à partir de la prochaine législature….sinon le peuple sera éduqué à se contenter de boucs émissaires.

 

 

 

 

Source: http://beninwebtv.com

 

Benin Web TV (Bénin)

 

 

A lire aussi:

 

BENIN : Célestine Zanou se prononce sur les 04 points objets de référendum

Commentaires