BENIN – Rupture en Marche: Issa Salifou et Atao Hinnouho désormais dans la “sauce”

Le projet de révision de la constitution du 11 décembre 1990 semble être l’épine dans le pied de la “rupture”. Après une première tentative en force ratée, la seconde aussi vient de connaitre le même sort. Cette fois, elle a passé le premier pallier, tout de même avec étonnement: le vote favorable des députés Atao Hinnouho et Issa Salifou ayant surpris plus d’un.

 

A gauche, le député Atao Hinnouho et à droite, le député Issa Salifou Saley

 

Deux cadors du bloc de ma minorité parlementaire ont dit « oui » à la révision de la constitution. On peut se référer à l’appartenance des députés Atao et Saley qui correspondait à ceux-là qui sont foncièrement opposés au mode de gouvernance du guide « rupturien » Patrice Talon, et prédire qu’ils voteraient, logiquement, contre le projet d’amendement de la constitution. Mais, coup de théâtre ou presque, ils ont donné procuration à leur collègues Corneille Padonou et Affo Djobo respectivement pour voter à leur place, sachant que ces derniers faisaient partie du bloc de la majorité parlementaire. Il va sans dire que Saley et Atao ont conscience du fait qu’avec leur procuration, ils rejoignaient, du moins pour ce vote, le pouvoir.

 

Dans un premier temps on peut déduire que le député Issa Salifou a officiellement lâché ses alliés de l’opposition pour rallier le BMP. Il avait déclaré son opposition à un régime qu’il a pourtant œuvré pour amener au pouvoir, sur un coup de colère, lorsque les fidèles musulmans avait été déguerpis par le préfet du littoral. Il a dû, depuis lors, revenir sur sa décision et rejoindre au grand jour le président Talon. En tout cas son vote jeudi à l’AN ne dit pas le contraire. Pour les confrères du quotidien l’Événement Précis, Issa Salifou, dans l’intérêt du renouvellement de son mandat, et après des échanges qu’il entreprend avec sa base, va soutenir officiellement le président Patrice Talon. A cet effet, souligne la même source, “il intègre l’un des trois blocs compacts formés autour du Président de la république. Il s’apprêterait même, selon les mêmes sources, à faire une déclaration officielle pour éclairer l’opinion publique sur sa nouvelle position politique”.

 

Ensuite il y a l’autre, le « célébrissime » prisonnier du régime Talon : Atao Hinnouho. Fervant partisan de l’opposition depuis l’installation de Patrice Talon sur le fauteuil présidentiel, il n’a jamais fléchi, du moins, jusqu’à il y a quelques heures. En effet, en accordant son vote au projet de révision de la constitution, un projet que, même s’il a été amélioré, le député avait rejeté dans la première tentative du gouvernement, Atao Hinnouho vient de montrer que quelques jours en prison peut ramener un homme à la raison fut-il avec des troubles psychiatrique. Après ses démêlés avec la justice pour des affaires de trafic de faux médicaments, l’homme, selon certains observateurs  pourrait tenter de négocier sa liberté sur cette nouvelle tentative de révision de la constitution en promettant voter pour le « oui ». Une possibilité qui est à prendre au sérieux vu la tournure des derniers événements et le vote favorable accordé au projet.

 

Au vu de tout ceci, il est possible de déduire sans se tromper qu’Issa Salifou et Atao Hinnouho, même s’ils ne l’ont pas encore affirmé de façon claire et officielle, penchent désormais leur politique du côté de la mouvance présidentielle. Jusqu’à preuve du contraire et de sérieux arguments à l’appui, les deux députés ont affiché clairement leur position jeudi lors des différents votes dans le cadre de la révision de la loi fondamentale du Bénin. Patrice Talon les tient-il par les « couilles » ? Une question dont les réponses sont multiples et les analyses convergent toutes vers une réponse plutôt positive.

 

 

 

Source: http://beninwebtv.com

 

Benin Web TV (Bénin)

 

 

 

A lire aussi:

 

BENIN: Une fois encore, Candide Azannai aurait-il eu raison?

 

BENIN – Catastrophe environnementale : une pétition pour empêcher le “déluge” à Logozohè

 

BENIN: Nourou-Dine Saka Saley : « le Code électoral ne favorise pas l’engagement politique des jeunes »

Commentaires