DEVELOPPEMENT : le Sénégal a droit au protectionnisme comme la Chine, les USA ou la Grande-Bretagne

Avec leurs diverses campagnes, les membres du Front pour une révolution anti impérialiste populaire et panafricaine (FRAPP) ont réussi à imposer un certain nombre de problématiques dans le débat politique et qui vont, sans doute, peser dans le cadre de la prochaine présidentielle. C’est le cas notamment la question du franc CFA. Dans cet entretien, Guy Marius Sagna, membre actif du FRAPP appelle les dirigeants africains à travailler à sortir leurs peuples de la pauvreté et du sous-développement en recourant au protectionnisme. Il n’y a pas de péché en cela. Puisque ce fut le chemin emprunté par les grandes nations qui aujourd’hui, attendent abusivement, de l’Afrique qu’elle leur ouvre grandement son marché. Cela est absurde.

 

 

L’Angleterre, il y a des siècles a eu sa période de protectionnisme qui lui a permis de se développer les Etats Unis, la Chine… Il est temps que le Sénégal voire l’Afrique fassent exactement autant sans se prêter attention à ce que disent les partenaires étrangers qui ont déjà des économies solides et développées. C’est lavis de Guy Marius Sagna Front pour une révolution anti impérialiste populaire et panafricaine (FRAPP). Selon lui, il y a un risque d’ouverture de la filière avicole sénégalaise à l’importation des USA et du Brésil qui font pression sur le Sénégal, alors qu’au plus fort de la grippe aviaire, l’embargo sur le poulet de cher avait permis de doper la filière au Sénégal.

 

«Les relations entre le Sénégal, l’Afrique et la Chine sont les relations que nous volons avoir entre l’Afrique le reste du mondeSi nous voulons sortir nos peuples de la pauvreté, nous ne devons pas faire ce que les Chinois disent, nous ne devons pas faire ce que la France dit, nous ne devons pas faire ce que la Grande les Etats Unis ou la Grande-Bretagne disent. Nous devons faire ce qu’ils ont fait. Qu’est-ce que la Chine a fait ? La chine a appliqué le protectionnisme pendant plus d’un demi siècle au moins. Et à partir du moment où s’est sentie suffisamment forte, elle a commencé à adhérer aux institutions que sont le FM, la Banque mondiale, et l’OMC. Elle a commencé à commercer avec le reste du monde ».

 

L’Afrique, pour Guy Marius Sagna, n’a pas d’autres choix. Elle doit absolument emprunter le même chemin si elle veut changer positivement et qualitativement  la vie de ses peuples. Le protectionnisme en ce sens est la voix royale. «Pour moi, s’il y a une chose à faire c’est de tirer cette leçon de l’exemple chinois, c’est de tirer cette leçon de l’exemple de des Etats-Unis, c’est de tirer cette leçon de l’exemple de la Grande Bretagne. Il n’y a pas d’‘autres possibilité de sortir nos peuples de cette tragédie qui s’appelle le sous-développement, de ce drame qui s’appelle la pauvreté ».

 

 

Source : http://www.senenews.com

 

Senenews (Sénégal)

 

 

A lire aussi:

 

CONGO – Pétrole : La République du Congo devient officiellement membre de l’OPEP.

 

GABON – GOC : Les chantiers de Patrichi Christian Tanasa

 

AFRIQUE – Les banques marocaines en force dans l’African Banker Awards 2018

 

Commentaires