Imbéciles heureux

 

Les Africains réclament, avec leurs mauvaises fois habituelles, la victoire de l’équipe française. Sous prétexte que le groupe est composé à soixante-dix pour cent de joueurs d’origine africaine, ils estiment que cette consécration est essentiellement due à l’Afrique. On voit encore une fois s’articuler, sous nos yeux, la reproduction, même en sport, de ce que nous sommes par rapport à la France et aux pays occidentaux: des attentistes ou opportunistes toujours en train de s’extasier devant les épis de maïs dans le champ du voisin alors le sien propre est en friche.

 

Immigrés ou fils d’immigrés, ces jeunes n’ont pas été incorporés dans l’équipe française du jour au lendemain. Ils ont, comme la plupart de millions de jeunes africains sur le continent, du talent, rien que le talent. Mais vous avez beau avoir du potentiel, tant que vous ne le travaillez pas dans la rigueur selon une méthodologie adaptée, il ne restera qu’un projet jamais abouti. La France, à ces joueurs, a apporté un environnement et un savoir-faire permettant leur révélation et leur accomplissement. Ils seraient restés en Afrique que leurs niveaux seraient faibles ou médiocres. Le football a tellement progressé que les bricolages et les approximations du siècle dernier ne peuvent plus prospérer.

 

Florent Couao-Zotti, écrivain.

Cette situation me renvoie à la douloureuse image de ce noir habillé de chiffons, la peau perlée de boutons, la sébile tendue vers les passants, mais assis sur une montagne d’or. N’ayant pas les moyens et la technicité pour l’exploiter et en tirer profit, il demeurera tel tandis que les autres, avec leurs capitaux et leur savoir-faire, viendraient piller ce patrimoine pour s’enrichir davantage. On ne s’étonne pas que la France qui n’a pas un seul gobelet de pétrole et dont le sous-sol est tout aussi ingrat, dispose des plus grandes raffineries du monde et la compagnie pétrolière la plus implantée en Afrique. C’est cette France-là qui a offert à ces jeunes africains la chance de grandir et d’éclore. Mais, ne le dites à personne, ils sont aussi français.

 

Florent COUAO-ZOTTI

 

 

A lire aussi:

 

Macron et la culture africaine

 

DJIBOUTI: L’inévitable processus d’un changement à venir !

 

Centre Culturel Du Patrimoine Arabe: La France honore LE FEMINISME ÉGYPTIEN

 

Commentaires