La chronique du blédard : Une joie sur les Champs… _

 

 

Paris en fête. Rare. Très rare depuis quelques années… Bon, d’accord, ce n’est pas une finale qui a été gagnée mais « juste » une demi-finale (France 1 Belgique 0). Mais on parle ici d’une qualification des « Bleus » pour la finale de la Coupe du monde de football, pas pour le dernier match d’un banal tournoi de quartier. Les gens ne pouvaient que sortir de chez eux pour fêter l’événement et scander le fameux « On est en finale ! On est en finale, on est, on est, on est en finale ! ». Comme ce fut le cas en 1998 et en 2006, la foule a convergé vers l’avenue des Champs-Élysées. Obligé, à l’insu de son plein gré, de suivre deux jeunes gens à la voix très vite cassée, le présent chroniqueur s’est donc d’abord retrouvé dans une rame de métro bondée où ça criait, ça chantait, ça sautait (malgré les mises en garde du chauffeur), ça se tamponnait comme lors d’un concert de heavy-métal, ça brandissait des grands verres de bière avant d’en asperger tout le monde, touristes asiatiques compris.

 

Station de métro Champs-Élysées Clémenceau. L’avenue est totalement interdite à la circulation. Les paquets humains se dirigent vers l’étoile. La masse en mouvement est impressionnante. Des pétards éclatent. On se crispe mais on s’y habitue vite. Ou presque. Les ultras du Paris-Saint-Germain sont là, craquant des fumigènes rouges et, les deux bras levés en l’air, profitent de l’occasion pour rappeler qu’ils réservent au fondement des Marseillais des outrages que la décence interdit d’évoquer ici. Unité nationale peut-être, mais pas au point de faire ami-ami avec les gens du 13… Tiens, à peine deux minutes et voici le premier drapeau algérien qui passe. Et puis un autre. Il faudra un jour réfléchir sérieusement à tout cela, à cette omniprésence que d’autres pays essaient en vain d’imiter. En attendant, les mêmes qui brandissent l’étendard vert, blanc et rouge chantent « one, two, three, viva Umtiti ! ». Belle adaptation qui fera certainement grincer quelques dents wanetoutristes mais qu’importe. L’unique buteur du match le mérite.

 

Des bouteilles se brisent sur le pavé. La bière, toujours et encore. Dans de grands gobelets, dans des bouteilles en plastic, dans du verre. Ce qui frappe, c’est la jeunesse des fêtards. Au cœur de cette foule qui chante « il est nul mais on s’en fout, Giroud ! Giroud ! », il y a beaucoup de mineurs et très peu d’adultes y compris trentenaires. Ce soir, sur la dite plus belle avenue du monde, la majorité de celles et ceux qui gravissent le faux-plat en direction de l’Arc de triomphe n’ont certainement pas connu le sacre de Zinedine Zidane et de sa bande. Des gamins, donc. Mais qui picolent sec. Ce soir, l’interdiction de la vente d’alcool aux mineurs est visiblement suspendue… L’observation est empirique, limitée dans le temps mais l’œil attentif ne peut s’empêcher de noter que les jeunes filles consomment autant d’alcool que leurs camarades sinon plus. Et les quantités avalées ne se limitent pas à une simple canette. Osons aussi livrer cette remarque : il nous a semblé, mais peut-être n’était-ce qu’une impression trompeuse, que les jeunettes, cris aigus, propos décousus et pas chancelants, étaient les plus éméchées.

 

Revenons aux chants sur les champs. Dans l’une des chroniques rédigées au fil du mondial, je relevais que la France n’est pas vraiment un pays de football contrairement à certaines nations d’Amérique du sud ou aux quatre pays européens qui « vivent » le ballon rond (Allemagne, Italie, Espagne et, surtout, Angleterre ou de façon plus générale Grande-Bretagne) *. Cela se confirme à plusieurs niveaux comme, par exemple, la couverture journalistique du sport-roi ou bien le nombre modeste de titres internationaux pour les clubs de l’Hexagone. On retrouve cela aussi dans les chants de supporters, qu’il s’agisse des équipes de Ligue un ou de l’équipe nationale. Pour résumer, ces chants sont peu nombreux, souvent pauvres en paroles et très répétitifs. Bien sûr, il y a eu quelques innovations à l’image de celui dédié à la gloire de l’arrière droit français : « Benjamin Pavard, Benjamin Pavard, je crois pas que vous connaissez, il sort de nulle part, une frappe de bâtard, on a Benjamin Pavard ». Oui, je sais, riche est la rime…

 

Quand ils ont besoin d’un chant plus long, plus prenant que le très convenu « qui ne saute pas n’est pas français ! » (puisque c’est comme ça, manesotich comme dirait DZ Joker) ou l’ultra-rabâché « la, la-la, la-la ! » de Gloria Gaynor, les supporters français n’ont pas d’autre choix que de se rabattre sur La Marseillaise. Les Anglais, eux, ont le désormais célèbre « football is coming home » sans oublier les hymnes de leurs clubs, parfois repris quand jouent The Three Lions à l’image des incontournables « you’ll never walk alone » ou« don’t take me home ». Surtout, aucun chant entonné dans les stades de France et de Navarre n’a la force émotionnelle de « Fields of Athenry », que les supporters Irlandais peuvent chanter durant toute une rencontre sans jamais s’arrêter comme ce fut le cas le 14 juin 2012 à Gdansk lors du match de championnat d’Europe Espagne – Eire (4-0). Malgré la lourde défaite de leur équipe, les chœurs irlandais n’avaient cessé de résonner jusqu’au sifflet final.

 

Autour de l’Arc de triomphe, la densité humaine augmente. L’espace devient rare. C’est le moment où il faut s’éloigner car, petit à petit, l’ambiance bon enfant fait place à quelque chose de plus indécis, d’un peu plus inquiétant. Quelques bagarres vite calmées, des chutes, une agressivité qui monte, une, deux ou trois motos de coursiers qui se faufilent en prenant des risques inconsidérés pour les piétons, les CRS qui commencent à manœuvrer pour hâter la dispersion. L’heure de rentrer… C’était le mardi 10 juin au soir : une belle joie collective à Paris comme seul le football sait en procurer.

 

Akram Belkaïd, Paris

 

Source: http://www.lequotidien-oran.com

 

Le Quotidien d’Oran (Algérie)

 

 

A lire aussi:

 

La candidature de Louise Mushikiwabo passe mal auprès de principaux contributeurs de l’OIF

 

Le soutien d’Emmanuel MACRON à la candidature rwandaise au poste de Secrétaire général de l’OIF : La fin de la Francophonie

 

La chronique du blédard : Le temps des meuniers…

 

La chronique du blédard : Du Qatar, du football et du rôle attendu de l’investisseur du Golfe

 

Commentaires