MALI – Dans la perspective du second tour de la présidentielle du 29 juillet : Deux faiseurs de rois, Cheick Modibo Diarra et Aliou Diallo et une déception nommée Modibo Sidibé

Il s’est sérieusement et longtemps investi dans le travail de terrain à travers ses initiatives « dialogue avec les jeunes » et a mené une campagne engagée, mais il ne semble pas en récolter un score qui en soit proportionnel. L’Ex-premier ministre Modibo Sidibé semble avoir mordu la poussière. Contrairement aux deux faiseurs de roi que vont être Dr Cheick Modibo Diarra et Aliou Diallo.

 

Modibo Sidibé a voté dans le calme à Faladié

 

Décidément, les électeurs maliens en ont cure des programmes pour des projets de société des candidats à la présidence de la République. A travers son « Programme Mali horizon 2030 », Modibo Sidibé des FARE Anka Wuli et de la plateforme politique Nouveau pôle de la gauche républicaine et démocratique (NPP) aura tout mis dans la bataille pour conquérir le palais de Koulouba. Et dire que son programme comporte des projets ambitieux et des idées assez novatrices pour le renouveau du Mali ! Mais, au final, à l’issue du 1er tour du scrutin du dimanche 29 juillet, l’ex-premier ministre d’ATT doit être très déçu. Surtout quand on sait qu’en 2013, il était parvenu à se hisser comme 4 ème après le candidat Dramane Dembélé de l’ADEMA-PASJ. Selon les premières tendances, le candidat du NPP devrait venir après Cheick Modibo Diarra et Aliou Diallo, probablement 3 ème et 4ème de la course.

 

En clair, Modibo Sidibé pourrait se contenter d’une cinquième voire d’une sixième place, si Housseini Amion Guindo dit Poulo parvenait à la supplanter dans plusieurs circonscriptions. Modibo paie-t-il là le prix de son individualisme ou de son autonomie trop prononcée au sein de l’opposition malienne ? Nul ne saurait le dire pour le moment. Mais, il est établi que le leader des FARE s’est toujours voulu le défenseur de la théorie de l’opposition plurielle et a catégoriquement rejeté toute idée de candidature unique de l’opposition au 1er tour du scrutin, malgré les insistances de Tiébilé Dramé du PARENA.

 

En plus, Modibo Sidibé s’est souvent démarqué de certaines initiatives unitaires de l’opposition sous un certain leadership du chef de file Soumaïla Cissé. L’on avait même pensé que le leader des FARE était visiblement gêné du leadership du président de l’URD. La preuve, il avait refusé de siéger à travers un cadre de son parti au sein du cabinet du chef de file de l’opposition… Des comportements qui conduisaient les médias à soupçonner qu’en cas de second tour, Modibo Sidibé pourraient rallier le camp d’IBK. Le pourra-t-il, malgré la proximité de ses lieutenants comme le 1er vice-président de son parti Souleymane Koné et son secrétaire général Mahamadou Kéita d’avec Soumaïla Cissé ?

 

Par ailleurs, les surprises de ce 1er tour concernent certainement Dr Cheick Modibo Diarra et Aliou Diallo qui titille Soumaïla Cissé dans sa marche vers le second tour. Ces deux leaders deviennent ainsi de véritables faiseurs de roi pour la suite des opérations. Si la brouille est certaine et consommée entre Aliou Diallo et IBK, en revanche, il est fort possible que Cheick Modibo Diarra, l’ancien Premier ministre de la transition après le coup d’Etat de 2012 puisse se rallier à IBK. D’ores et déjà, il semble que les tractations ont commencé et ces deux personnalités seront âprement démarchées pour bénéficier de leurs éventuelles consignes de vote. Des positions non négligeables que pourront avoir d’autres candidats comme Housséini Amion Guindo, Me Mountaga Tall, Dr Choguel Kokalla Maïga, Mamadou Igor Diarra, Dr Hamadoun Touré et autres. Et, dans cette perspective, il n’est pas sûr que la formule « tous contre IBK », longtemps murmurée dans certains états-majors politiques, soit nécessairement opérationnelle !

 

Boubou SIDIBE

 

 

Maliweb.net (Mali)

 

 

A lire aussi:

 

MALI – Présidentielle de 2018 : L’association Karoual Renouveau International promet 1million de voix à Soumaïla Cissé

 

MALI – Présidentielle du 29 juillet : Qui a intérêt à la crispation de l’atmosphère politique ?

 

MALI – Alternance 2018: 98 associations et partis politiques signent le Manifeste pour le changement

Commentaires