LIVRE : Les rêves de mon père de Barack Obama

L’ancien président américain, Barack Obama, a en effet su faire de sa saga familiale un livre qu’on lirait sous n’importe quelle latitude sans pour autant se sentir éloigné de son contexte, d’un bord tout comme de l’autre.

 

Barack Obama au milieu de sa grand-mère Sarah Obama et de sa demi-soeur, Docteur Auma Obama.

 

Tout le monde le sait, Barack Obama, c’est l’histoire d’un métis de père noir africain et Kenyan et de mère américaine blanche qui a finalement écrit sa propre histoire. Non seulement en réussissant ses études et sa carrière professionnelle, mais aussi en accédant à la Maison Blanche. Suprême fonction de l’Etat. Et pourtant rien ne paraissait si évident que ça d’emblée. Surtout dans ce pays que sont les Etats-Unis où les préjugés de couleur ont la vie dure pour tous les enfants issus de ce genre d’union et où, il faut bien le dire, la vie est encore plus dure pour ceux qui doivent naviguer entre les deux…Face au racisme ambiant.

 

Il en sait quelque chose, lui, qui écrit : « Tout le monde riait et secouait la tête, et mon esprit passait en revue une série de vexations : le premier garçon en cinquième, qui me traita de nègre ; ses larmes de surprise – « Qu’est-ce qui te prend ? » – quand je lui envoyai mon poing dans la figure ; le joueur de tennis pro qui me dit pendant un tournoi de ne pas toucher le programme des matches fixé sur le tableau d’affichage parce que ma couleur risquait de déteindre ; son sourire pincé, le fard qu’il avait piqué – T’es pas capable de comprendre la plaisanterie ? » -, quand je le menaçai de signaler ses paroles ; la femme d’un certain âge dans l’immeuble de mes grands-parents qui se mit à s’agiter nerveusement quand je montai dans l’ascenseur derrière elle et courut chez le gardien pour lui dire que je la suivais, puis son refus de présenter des excuses quand il lui dit que j’habitais l’immeuble ; notre assistant-entraîneur de basket, un jeune homme sec venant de New York et portant un très joli sweat-shirt, qui, après un match contre des Noirs très volubiles, avait bougonné assez fort pour que je l’entende que ce n’était pas normal que nous ayons perdu face à une bande de nègres, et qui, quand je lui demandai – sur un ton furieux qui me surprit moi-même – de la boucler, avait calmement énoncé, comme une évidence : « il y a les Noirs et il y a les nègres. Ces mecs-là, c’étaient des nègres. »

 

Ce que réussit Barack Obama, c’est un cheminement intérieur et personnel qui lui permet d’éviter beaucoup d’écueils. Et de ne point tomber dans les pièges des préjugés des deux camps qui semblent se regarder en chiens de faïence dans la vie de tous les jours. Et là se trouve aussi l’un des points forts de ce livre. On comprend d’autant mieux le Barack Obama, président des Etats-Unis, lorsqu’on lit Les rêves de mon père et la saga familiale qui est la sienne.

 

Barack Obama est comme un homme à la recherche du père très tôt perdu et qu’il n’a pas bien connu. Ce père surdoué qui fit tout comme lui ses études à l’Université Harvard aux Etats-Unis avant de rentrer pour servir son pays mais qui se retrouva face aussi à la volonté de musellement du régime de Jomo Kenyatta, le premier président du Kenya indépendant (ndlr: père de l’actuel président Uhuru Kenyatta). Le père de Barack Obama est un Ja’Luo, une branche de ces Luo disséminés autour du Nil – fondateurs des premières civilisations de la Vallée du Nil – et sa rivalité avec les Kikuyu au pouvoir ne va pas arranger les choses. Et si les recherches de Barack Obama sur ses racines africaines et en particulier Luo l’ont laissé sur sa faim, il n’en demeure pas moins vrai que son voyage au Kenya profond est une plongée dans les traditions africaines qui, elles aussi, ont la vie dure.

 

De son enfance à sa découverte de l’Afrique et de sa famille africaine, Barack Obama transporte le lecteur de pays en pays, avec talent, à travers ses différentes pérégrinations et expériences de la vie. Pour ne jamais cesser de faire sienne cette devise de Marcus Garvey selon laquelle : « Si tu n’as aucune foi en toi-même, tu es doublement vaincu dans la course de la vie. Avec la foi, tu as gagné avant même d’avoir commencé ». Le livre de Barack Obama ne manque pas d’anecdotes croustillantes sur ses deux familles, ce qui le rend encore plus intéressant et attachant pour le lecteur. Un livre sincère et introspectif qui n’est pas dénué d’un regard qu’on pourrait presque qualifier de très sociologique sur son environnement social, culturel et politique. Un livre que, en tout cas, plus d’un métis devrait chercher à lire. Parce qu’il est riche en enseignements, et qu’il peut servir de référence sur beaucoup d’interrogations pour les plus jeunes.

 

Titre : Les rêves de mon père

Auteur : Barack Obama

Broché: 456 pages

Editeur : Presses de la Cité (20 mars 2008)

Collection : Documents

Langue : Français

ISBN-10: 2258075971

ISBN-13: 978-2258075979

 

Par Serge Félix N’Piénikoua

 

 

A lire aussi:

 

LIVRE: Le Souffle du Mort  de Dominique Sewane

 

LIVRE – L’EGYPTE ANTIQUE ET LA VALLEE DU NIL : L’histoire cachée de l’origine négro-africaine des Égyptiens anciens

 

LIVRE – VIENT DE PARAÎTRE : KOUTAMMAKOU Lieux sacrés

 

LIVRE A PARAÎTRE : Si le Noir n’est pas capable de tenir debout, laissez-le tomber

 

LIVRE – Pleine lune sur Bagdad

 

Commentaires