BURKINA – Région de l’Est: la circulation routière interdite de 19 h à 5 h aux usagers des engins à deux roues et aux tricycles

Dans un communiqué rendu public ce mardi 18 septembre 2018, le gouverneur de la région de l’Est a annoncé une série de mesure pour contrer la menace terroriste qui sévit depuis plusieurs mois dans sa région. Il s’agit de l’interdiction de la circulation routière aux engins à deux roues et aux tricycles de 19 h à 5 h du matin et l’évacuation sans délai des orpailleurs installés anarchiquement dans les zones de chasses.

 

 

Le gouverneur a informé le « public que la circulation routière entre les villes et les villages de la région est formellement interdite aux usagers se déplaçant en engin à deux roues ou en tricycle de 19 heures à 5 heures du matin pour compter du mardi 18 septembre 2018 jusqu’à nouvel ordre ».

Outre cela, le communiqué indique que les véhicules automobiles de transports et de marchandises qui sont autorisés à circuler à n’importe quelle heure de la journée et de la nuit seront néanmoins « soumis à des contrôles stricts et rigoureux ».

 

L’autre grande mesure dont a fait mention le Colonel Ousmane Traoré est l’invite aux orpailleurs, installés clandestinement dans les zones de chasses, dans les zones pastorales, dans les parcs et forêts classés, à quitter sans délai les sites occupés. « Les orpailleurs sont invités à cesser toute activité sans délai et à libérer lesdits sites dans un délai de 24 heures pour compter de la diffusion du présent communiqué. Tout individu qui enfreindrait à ces prescriptions portera l’entière responsabilité des conséquences qu’il pourrait subir » a-t-il précisé.

En début septembre, le gouverneur avait  invité les populations à observer une plus grande prudence lors de leurs déplacements et à surtout signaler toute activité suspecte aux forces de sécurité.

 

 

En rappel, la région de l’Est est en proie depuis quelques mois à des attaques armées visant essentiellement les positions militaires et paramilitaires. Le mercredi 5 septembre, un véhicule des Forces armées nationales a sauté sur un engin explosif « commandé » dans la localité Bombontangou causant la mort de deux militaires. Dans la nuit du vendredi 14 au  samedi 15 septembre 2018, huit civils ont été tués dans deux attaques armés perpétrées dans les villages de Diabiga (60 kilomètres de Pama) et Kompienbiga (15 kilomètres de Pama).

 

Le président du Faso avait annoncé que l’Etat reprendra l’initiative dans la région de l’Est à l’issue d’unes session spéciale du Conseil supérieur de la défense nationale. L’acte à la parole, l’armée a annoncé avoir pilonné des bases terroristes à Pama et à Gayeri.   Selon un décompte fait par l’Agence d’information du Burkina (AIB), les attaques dans la région ont fait près de 20 morts depuis le début de l’année.

 

PAR LA RÉDACTION

 

 

Source: http://www.fasozine.com

 

Fasozine (Burkina Faso)

 

 

A lire aussi:

 

BURKINA: Situation sécuritaire délétère: «La lutte sera peut-être longue, farouche et coûteuse mais notre victoire est inéluctable»

 

BURKINA – Me Sankara : « Ceux qui sont truffés dans l’Opposition sont des putschistes et des revanchards »

 

BURKINA – Roch Kaboré sur la situation sécuritaire: « Nous allons neutraliser définitivement ceux qui tuent des Burkinabè…»

Commentaires