La chronique du blédard : S’emparer de la question écologique

 

Akram Belkaïd

 

L’écologie sauvera-t-elle la planète ? Soyons plus précis quant à cette interrogation : l’écologie sauvera-t-elle notre civilisation ? Ce mois d’octobre 2018 est d’une inquiétante douceur pour qui vit au nord de la Méditerranée. On peut ne pas s’en plaindre mais il est impossible d’ignorer que parmi les nouvelles négatives, les dégâts infligés à la population par des phénomènes météorologiques extrêmes semblent incessants. Chaque jour ou presque, il est question d’inondations, de tornades, de typhons, d’ouragans avec, à chaque fois, des bilans macabres et les mêmes polémiques à propos de la lenteur des secours et des conséquences d’une urbanisation anarchique.

Les guerres, les crises géopolitiques comme celles qui affectent le Proche-Orient, la montée des populismes et de l’extrême-droite en Europe et ailleurs (le Brésil étant le dernier exemple en date) tendent à nous faire relativiser ce qui se passe sur le front de la nature. Les grandes questions liées au réchauffement climatique sont souvent vues comme des sujets où, finalement, il est impossible de faire quoi que ce soit. Mais ce qui tout autant préoccupant, c’est à quel point nos pays du Sud, l’Algérie en particulier, semblent se désintéresser du sujet. Bien sûr, il y a un nombre important de nos concitoyens qui travaillent sur ces thèmes, qui ont une expertise certaine. Mais ils ne sont guère audibles.

Certes, nous avons raison de jauger de l’évolution du monde sous l’angle de l’affrontement d’intérêts, sur la persistance d’ambitions hégémoniques et impérialistes. L’idée avancée dans les années 1990 par le politiste Francis Fukuyama pour qui l’Histoire était terminé du fait de la chute de l’ex-Union soviétique n’était qu’une aimable provocation. La bagarre est toujours là. Mais la nouveauté, c’est qu’elle se déroule désormais sur un terrain mouvant ou, si l’on préfère une autre image, à l’intérieur d’une maison qui brûle ou encore sur le pont d’un navire qui menace de couler.

La difficulté avec l’écologie, c’est que la psychologie de l’être humain le pousse à ne guère écouter les Cassandre. Et le problème avec les Cassandre, c’est qu’elles ne sont pas toujours précises dans leurs prédictions. Le 22 avril 1970, le « Jour de la Terre », fut l’occasion pour plusieurs spécialistes (économistes, géographes, climatologues) de faire connaître leurs prévisions apocalyptiques. A l’époque, déjà, alors que le concept de réchauffement climatique était peu connu, on avançait le message du « il ne reste pas beaucoup de temps pour faire quelque chose. » Près de cinq décennies plus tard, la Terre est toujours là et l’humanité avec elle. C’est ce qui donne du grain à moudre aux climato-sceptiques et à celles et ceux qui affirment qu’il n’y a pas lieu de s’inquiéter parce que la technologie saura toujours résoudre les problèmes.

En réalité, les prévisions alarmistes en matière d’environnement finissent toujours par se réaliser même si c’est avec un temps de décalage. Les phénomènes extrêmes violents prédits en 1970 sont désormais une réalité. Certes, on peut dire qu’ils ont toujours existé mais la différence c’est qu’ils font bien plus de dégâts. En novembre prochain, on se souviendra des inondations de 2001 qui firent plus de 300 morts et 100 disparus à Alger et plus particulièrement dans le quartier de Bab-el-Oued. Officiellement, les leçons de ce drame ont été tirées en termes de mise en place de schéma de prévention et d’organisation de secours. C’est très certainement vrai même si Alger continue régulièrement à être prise par les eaux. Les catastrophes climatiques restent appréhendées sous le sceau de la fatalité voire du caractère imprévisible des éléments. Or, nous savons que le Maghreb, et l’Algérie de manière plus particulière, fait partie de ces zones qui vont payer le prix fort en matière de conséquences du réchauffement climatique. Il est temps d’intégrer cela dans notre logiciel mental.

Autrement dit, et au-delà même des considérations habituelles, et justifiées, sur la politique, sur la nature du pouvoir algérien ou encore sur le plaidoyer pour une refondation du pays, il est important d’inclure dans notre réflexion tous les éléments liés à l’écologie et au développement durable. Il ne s’agit pas juste de repenser un mode de vie. Et il s’agit encore moins de « green washing », c’est-à-dire d’employer à tort et à travers ces mots pour se donner bonne conscience ou faire semblant d’être à la pointe des réflexions. C’est une question d’idées politiques et donc d’idéologie. Les courants politiques algériens, quelles que soient leur nature, ont su par le passé s’emparer de doctrines venues d’ailleurs. Il est étonnant de voir à quel point l’écologie continue à être considérée comme un élément exogène superflu, une chose réservée à d’autres tant les urgences et les immédiatetés algériennes seraient nombreuses et prioritaires.

L’écologie, la défense de l’environnement, la lutte contre l’anarchie urbaine, la promotion de mode de production moins intensifs, tout cela devrait faire partie de nos discussions et de nos échanges au quotidien au même titre que tel ou tel conflit ou encore telle ou telle péripétie de la « vie politique » algérienne. A défaut d’y arriver, lorsqu’il sera enfin possible de prendre des décisions pour le bien de l’Algérie, nous risquons fort de manquer de l’expertise mais aussi du bagage idéologique nécessaires pour le faire.

 

Akram Belkaïd, Paris

 

 

Source: http://www.lequotidien-oran.com

 

Le Quotidien d’Oran (Algérie)

 

 

A lire aussi:

 

Thomas Sankara, le symbole vivant

 

CÔTE D’IVOIRE – CONTRIBUTION : Arrêtons ceux qui veulent détruire le PDCI RDA (Théophile AHOUA N’DOLI)

 

Un mépris de dingue.

 

De la nécessité de s’indigner contre « la puanteur » de l’indignité ambiante au Sénégal. (Par Ciré Aw)

Commentaires