TCHAD: Hommage à Bebnoné Palou

 

Enoch Djondang

Qui est cet écrivain tchadien, inconnu de la nouvelle génération, que l’on célèbre au pays de Toumaï ? Bebnoné est fils de Palou, du sous-clan Mundang Guelo et sa mère est notre tante paternelle, princesse fille du Gong Labé de Guegou (9e Gong). Bebnoné a été élevé par son oncle feu DJONDANG, notre père.
En plus de ses œuvres littéraires célèbres, il a été connu par les Lamyfortains comme étant le dynamique directeur du Centre Culturel Tchadien (actuel Centre Baba Moustapha). En son temps, la ville connut son âge d’or culturel.
Dans ce lieu mythique, il y avait tour à tour les représentations théâtrales, les danses populaires et les groupes de danses qui venaient de l’étranger tels que les célèbres Béninois. Il y avait les gladiateurs avec alias Dan Vadis, Hercule et autres, les jeux de pétanque, les séances de cinéma, le volley-ball où des personnalités comme feu Général Kamougué, Ali Pamdégué s’entraînaient, la boxe, l’orchestre Chari Jazz avec feu Chiquito, etc.

La ville avait une âme vivante et les communautés se respectaient et faisaient découvrir les unes aux autres ce qu’elles avaient de meilleurs culturellement. Cette époque disparaîtra avec la guerre civile de 1979, ce que j’appelle « l’abomination de la désolation ». Ce sera aussi le déclin pour notre cousin Bebnoné Palou, abandonné à lui-même jusqu’à sa mort dans l’anonymat total, comme nombre de cadres méritants quasiment oubliés du pays de cette époque !

A titre d’anecdote, sous Hissène Habré, Bebnoné Palou s’inscrira à la nouvelle Ecole Normale Supérieure d’Ardepdjoumal. Un jour, son professeur, un expatrié français, donna un cours sur l’œuvre de Bebnoné Palou : rires dans la classe ! Le professeur demanda le pourquoi de cette animation subite, Ses étudiants répondirent : « Bebnoné Palou est ici devant vous ! ». D’abord étonné, puis choqué, le Blanc lui aurait tancer : « Mais que faites-vous ici ? » Question banale pour le mérite au Tchad, n’est-ce pas ? Bebnoné Palou, mort dans la misère et l’oubli, repose à Léré à côté de son oncle DJONDANG. Voilà pour ce pan d’histoire que l’on tente de faire revivre pour la nouvelle génération…

 

Par Enoch Djondang

 

Enoch Djondang est ancien président-fondateur de la Ligue tchadienne des droits de l’homme (LTDH), ancien ministre, écrivain et essayiste.

 

 

A lire aussi:

 

Pleure, o peuple sans mémoire !

 

La marche vers l’Occident des pauvres du tiers-monde: l’invasion est inévitable.

 

BENIN – Législatives 2019: Et si on rafalait la racaille politique ?

 

Roger Gbégnonvi ou les dérapages d’un personnage clivant

Commentaires