MODE – AFRIQUE DU SUD/TETE D’AFFICHE : Brice MENSAH, habilleur de luxe

‘’Brice Exclusive Wear’’, un prêt à porter en habillements pour femme et homme modernes, spécialisé dans les marques françaises, dans le très éclectique centre commercial ‘’Nelson Mandela’’ de Sandton City à Johannesburg, force l’admiration. A cause du savoir-faire et du professionnalisme de son promoteur Brice Mensah, migrant béninois d’origine Ghanéenne installé en Afrique du Sud comme habilleur de luxe. Qui en impose par sa classe et son talent dans un secteur où il n’est pas donné au premier venu de s’en sortir. Explication

 

‘’Brice Exclusive Wear’’, est aujourd’hui le passage obligé de la jet set sud-africaine et des étrangers de passage dans le très élitiste et éclectique ’’Mandela Square’’, le centre commercial ‘’Nelson Mandela’’ de Sandton City à Johannesburg en Afrique du Sud. L’habillement, pardon, la sape, Brice Mensah l’a dans le sang comme on le dit vulgairement. C’est une passion pour lui. Dès son jeune âge, il aimait voir les gens bien habillés, bien ‘’sapés’’ autour de lui, et pour cause. Il a grandi à Missèbo, un quartier de Cotonou abritant le plus grand marché de friperie de la l’Afrique de l’Ouest. A l’époque, déjà dans les années 80, les jeunes branchés, les sapeurs de cette agglomération portaient déjà de grandes griffes, en triant dans ce que les initiés appelaient ‘’les premiers choix de la friperie’’…

 

C’est ainsi qu’à la fin de ses études dans les années 1992, il va commencer par travailler à Elf qui deviendra plus tard Total Ghana comme assistant en marketing. Bien que résidant à Accra au Ghana, il effectuera de fréquents déplacements sur Cotonou au Bénin pour acheter des tissus et les faire coudre chez ‘’Radar Confection’’ en y apposant sa griffe. Avant de les ramener pour les vendre à ses collègues de services au bureau à Accra. « Au passage, je rends un hommage mérité à ‘’Radar Confection qui a cru en moi et m’a permis de réaliser mon rêve d’enfance… », dixit Brice Mensah.

 

Réaliser mon rêve d’enfance…

 

Enfant, Brice rêvait déjà d’ouvrir une boutique de prêt à porter… « J’ai commencé avec cinq chemises. De cinq je suis passé à dix, quinze… Puis mes revenus augmentant, j’ai pu acheter ma propre voiture dans les années 93-94 pour me concentrer sur la vente des chemises. Après une année d’activité, je commençais par vendre jusqu’à cent cinquante chemises par mois pour me stabiliser autour de sept cent à mille chemises par mois. Ce qui va me permettre d’ajouter à cette première activité, la commercialisation d’autres accessoires comme les cravates, les costumes et autres…

En 1997, il ouvre sa première boutique à Accra au Ghana. Elle sera suivie d’une deuxième en 2001.

 

Pour diversifier ses activités et explorer d’autres horizons

 

Pour diversifier ses activités et explorer de nouveaux horizons, il arrivera à Johannesburg en Afrique du Sud en 2008 sur l’invitation d’un ami et compatriote, Ladislas Prosper Agbessi. Tout de suite, il constatera que le pays arc- en-ciel constitue un marché ce qui va l’amener à y implanter une boutique de prêt à porter en 2009. Laquelle sera suivie d’une autre boutique en 2013.

A la question de savoir s’il est un homme satisfait aujourd’hui, Brice répondra avec l’humilité qui le caractérise, avec simplicité, « je ne suis pas un homme satisfait parce que mon objectif n’est pas encore atteint. J’aurai voulu avoir des boutiques de prêt à porter un peu partout en Afrique. Ce qui n’est pas encore le cas aujourd’hui ».

 

Perspectives d’avenir

 

J’ai l’ambition d’ouvrir au moins une dizaine de magasins dans les provinces sud- africaines comme le Cap, Durban avant de m’installer dans une dizaine de pays africains.

« L’accès au financement constitue ma difficulté majeure. Entendue que, à ce jour, j’ai toujours évolué sur fonds propres… ».

En bon père de famille, Brice Mensah a ouvert récemment au Mall of Africa à Johannesburg, un magasin spécialisé dans les vêtements pour enfants à travers la représentation d’une marque française en Afrique du Sud, dans le cadre d’une franchise. Une expérience après laquelle l’habilleur en est à réfléchir aujourd’hui à la création de son propre concept pour mieux satisfaire les besoins en habillement de nos chers p’tits bouts de choux.

 

A en croire Brice Mensah, la concurrence est très rude. Il y a plus d’une centaine de magasins de luxe se côtoyant dans le centre commercial de Sandton city à Johannesburg. Mais l’homme arrive à tirer son épingle du jeu grâce à sa stratégie marketing lui permettant de s’occuper de ses clients en leur vendant de grandes marques françaises. Dans les magasins de Brice le client est roi, il est chaleureusement accueilli par un homme passionné par son métier et qui n’hésite pas à prodiguer de précieux conseils en habillement à ses clients dans le respect des règles basiques, des normes en vigueur et des tendances… Car, comme le dit si bien David Frost, «ne recherchez pas le succès si vous le voulez. Faites ce que vous aimez et ce en quoi vous croyez et le succès viendra naturellement ».

 

Serge Babylas de SOUZA

babylas25@yahoo.fr

 

 

A lire aussi:

 

GABON: LES EDITIONS AMAYA : Une décennie au service du livre et de la culture gabonaise

 

CULTURE ET TRADITION : KING FABRICE ZOMBI KAVABIOKO l’unificateur des tribus Ne Kongo

 

SESAME – Une plante extraordinaire qui cache encore son origine

 

Notre culture

Commentaires