GABON: LES EDITIONS AMAYA : Une décennie au service du livre et de la culture gabonaise

Les Editions Amaya ont célébré leur décennie ce mercredi 12décembre 2018 à Libreville. Cette manifestation du livre et de la culture gabonaise était aussi l’occasion pour la Directrice des Editions de présenter le nouveau-né de la littérature gabonaise. Une œuvre autobiographique qui a, selon son auteure, une valeur historique, sociologique, anthropologique et politique.

 

 

« Philibert Bongo Ayouma : Le dernier combat » est le titre du nouveau-né de la littérature gabonaise chez les Editions Amaya. La présentation de cette œuvre posthume coïncide non seulement avec la rentrée littéraire 2018-2019, mais surtout à la célébration des dix ans des Editions.

 

 

Une décennie au service du livre et de la culture gabonaise que bon nombre d’autres hommes de cultures ont tenu à saluer. Aussi, faut-il le souligner, cette œuvre autobiographique a été remise officiellement au chef de famille, en présence des invités venus nombreux.

 

Les Editions AMAYA, dix ans déjà

 

Médecin de formation et passionnée de littérature, Dr Solange Andangui Bongo Ayouma se satisfait de cette décennie pour les Editions Amaya dont elle est la Directrice. « Les Editions Amaya ont beaucoup grandi. Nous avons trois départements éditoriaux : les ouvrages de littérature générale ; des ouvrages pédagogiques et littérature pour enfants. La bataille des Editions Amaya, c’est de valoriser notre propre culture pour que nos enfants puissent se l’approprier. Il faudra nous décoloniser dans nos esprits. Nous devons nous battre pour redorer l’image de notre continent. Cette Afrique qui nous est chère. Cette Afrique, berceau de l’humanité » dira-t-elle.

 


Selon la Pédiatre et femme de Lettres, Les Editions Amaya publient à compte d’éditeur(La publication à compte d’éditeur est un mode de publication de livre qui consiste, pour un éditeur, à publier un ouvrage sélectionné éventuellement par un comité de lecture.). Aussi, aux dires de Solange Andangui Bongo Ayouma, les Editions, dont elle est la première responsable, s’arriment aux nouvelles technologies de l’information et de la communication. « Nous sommes au fait des NTIC et tout va très vite » affirme la Directrice des Amaya.

 

« … Le dernier combat … »

 

 

C’est un passionnant et authentique témoignage de l’un des acteurs clés de l’histoire du Gabon postcolonial, qui revêt une valeur testamentaire. C’est un recueil de mémoires posthumes de Philibert Bongo Ayouma. Son auteure n’est autre que sa fille, Solange Andangui Bongo Ayouma. A la question de savoir pourquoi le dernier combat, la directrice des Amaya répond : «  Le dernier combat parce que c’est le combat de la vérité. Cette dernière a été occultée. A travers ce combat, cette autobiographie, je ne fais que recueillir et rétablir une page occultée de l’histoire du Gabon. Ce qui fait la particularité de ce livre, c’est son aspect historique, sociologique, anthropologique et politique  » affirme l’écrivaine.

Philibert Bongo Ayouma…

Homme politique, diplomate, haut fonctionnaire et humaniste gabonais. Il est né en 1934 et décédé en 2014. Il fut l’un des piliers de l’histoire du Haut-Ogooué et du Gabon moderne. Pionnier dans de nombreux domaines, il œuvra activement toute sa vie durant, dans les secteurs clés de l’éducation, de l’enseignement et de la culture. Ces actions sont poursuivies de nos jours par la fondation qui porte son nom.

 


Il y avait aussi de l’animation culturelle pour promouvoir le raphia. Solange Andangui Bongo Ayouma a rappelé à des fins utiles que le mot « AMAYA » signifie « viens si tu es capable ou bienvenue  ». C’est aussi le siège spirituel du pouvoir Téké, tiré de leur mythologie. Aussi, faut-il le rappeler que la Directrice des Editions Amaya est aussi l’auteure de La tentation d’Adam, qui est un roman qui peint la quête de l’existence de l’Homme sur terre.

 

MTM

 

Sources: http://www.gabonews.com

 

Gabon News (Gabon)

 

 

A lire aussi:

 

CULTURE ET TRADITION : KING FABRICE ZOMBI KAVABIOKO l’unificateur des tribus Ne Kongo

 

SESAME – Une plante extraordinaire qui cache encore son origine

 

Notre culture

Commentaires