BURKINA: Convention de financement de la champagne cotonnière 2018/2019 entre la SOFITEX et un pool bancaire international

PARIS LE 18 JANVIER 2019

 

La Société burkinabè des Fibres textiles SOFITEX représentée par son Directeur Général, Wilfried YAMEOGO, va signer le jeudi 24 janvier 2019 à l’Ambassade du Burkina Faso à Paris, une convention de financement avec un pool de banques internationales constitué de la Société Générale, la Société Internationale de Financement et BNP Paribas.
Pour cette campagne cotonnière 2018/2019, c’est une importante somme de 65 millions d’euros, soit 42 637 000 000 de francs CFA que ces banques vont injecter dans le circuit de la production cotonnière au Burkina Faso, pour compléter le financement assuré par les banques nationales afin de boucler le tour de table du crédit de campagne.
La présente convention de financement dénommée ‘’SOFITEX 28’’ marque une fois de plus la confiance dont bénéficie la SOFITEX auprès de ce Pool Offshore.
Ce crédit de campagne levé auprès du pool bancaire international servira à l’achat du coton graine auprès des cotonculteurs, au transport du coton vers les 15 usines d’égrenage dont dispose la SOFITEX, à l’évacuation de la fibre vers les différents ports d’embarquement puis à l’achat et au dispatching des intrants.
Depuis mars 2016, le Burkina Faso a opté de renoncer à la culture du coton génétiquement modifié (CGM) pour renouer avec le coton conventionnel. Ce retournement stratégique redonne un regain d’intérêt au coton burkinabè dont la qualité de la fibre est bien appréciée sur le marché international.
La campagne cotonnière 2018/2019 s’est soldée par une production de 405 000 tonnes de coton graine.
Premier produit agricole d’exportation, le coton fait véritablement partie des principaux leviers du développement socio-économique du Burkina. Il contribue pour environ 4 % du PIB et 17,5 % aux recettes d’exportations du Burkina et mobilise en amont et en aval de nombreux autres secteurs d’activités qui bénéficient directement ou indirectement de ses effets induits, tels que les huileries, les filatures, les assurances, les transports, les impôts, les hydrocarbures, les finances, les fournisseurs d’intrants agricoles, etc…
Le flux d’argent injecté en milieu rural avec l’achat du coton graine, réduit considérablement la pauvreté. La SOFITEX constitue ainsi un acteur majeur en tant que vecteur de monétarisation de l’économie du Burkina Faso et un levier puissant d’amélioration des conditions de vie des populations en milieu rural. Le coton permet à plus de 4 000 000 de Burkinabè de disposer d’importants revenus cotonniers et d’améliorer ainsi leurs conditions de vie.

La Société Burkinabè des Fibres Textiles au capital de 19 528 000 000 de FCFA est le leader national du coton. Créée en 1979, elle assure 80 % de la production cotonnière du Burkina Faso.
Des stratégies ont été déployées pour assurer la pérennité et une compétitivité durables du secteur cotonnier secteur, entre autres :
– l’exhortation des cotonculteurs à souscrire à l’assurance-récolte sur les risques
climatiques pour mieux sécuriser leurs revenus ;
– l’accroissement de la résilience des exploitations au stress hydrique à travers
l’implantation de plusieurs bassins de retenues d’eau en saison pluvieuse, devant
permettre de faire de l’irrigation d’appoint en cas de poche de sécheresse et de
produire pendant la saison sèche.
Avec l’appui de l’État, le secteur coton, moteur de l’agriculture Burkinabè, continuera de jouer un rôle structurant pour l’économie nationale, ainsi que sa partition et sa contribution dans la lutte contre la pauvreté.

 

AMBASSADE DU BURKINA FASO À PARIS
– ATTACHÉ DE PRESSE : SOULEYMANE TRAORE – 06 18 16 38 17
– RELATIONS PUBLIQUES : APOLLINAIRE BAGHNYAN – 06 85 52 15 51

Le . Par La rédaction.

Commentaires