BENIN – Législatives 2019: les dispositions de l’Anlc pour réduire la fraude électorale

L’organisation d’une élection juste, transparente et équitable est gage de paix sociale. C’est fort de cette conviction que l’autorité nationale de lutte contre la corruption (Anlc) entend s’impliquer dans le déroulement de l’élection législative d’Avril 2019 afin de réduire autant que faire se peut, des tentatives de fraudes.

 

Jean-Baptiste Elias, président de l’Anlc à la conférence de presse ce 15 mars

 

L’Autorité nationale de lutte contre la corruption (Anlc) sera présente dans tous les bureaux de vote pour superviser le déroulement de l’élection législative de 2019. C’est l’assurance donnée par le président de l’organe national de lutte contre la corruption, Elias Jean-Baptiste. Dans un entretien téléphonique accordé aux confères de la radio nationale, le président du Front des organisations nationales contre la corruption (Fonac) a affirmé que l’Anlc a déjà pris toutes les dispositions pour avoir des représentants dans tous les bureaux de votes sur toute l’étendue du territoire.

 

La corruption passe également par les élections

 

Cette implication de l’organe de lutte contre la corruption dans l’organisation des élections législatives de 2019  vise, précise-t-il, à réduire les tentatives de fraudes et à contribuer à envoyer à l’Assemblée nationale, des représentants qui seraient effectivement désignés par les électeurs. Pour Jean-Baptiste Elias, un mauvais déroulement du scrutin est souvent source de perturbation et de trouble social. Aussi, souligne-t-il, l’organe de lutte contre la corruption doit également s’intéresser à l’organisation des élections, car la corruption passe également par là.

 

Soulignons que les propos de la première personnalité de l’autorité nationale de lutte contre la corruption viennent à un moment où les forces de l’opposition au régime en place soupçonnent des manœuvres visant à tripatouiller le scrutin. Des dénonciations de manipulation de cartes d’électeurs sur le terrain par des partis de l’opposition couplées aux différentes démarches vers des institutions en charge de l’organisation sont déjà symptomatiques des craintes de corruption au sein des acteurs politiques.

Il va donc s’en dire que la partition de l’Anlc constitue un gage supplémentaire pour assurer la transparence dans le déroulement du scrutin en vue dont l’enjeu est connu de tous.

 

 

 

Source: http://beninwebtv.com

 

Benin Web TV (Bénin)

 

 

A lire aussi:

 

BENIN: Même dans la diversité, l’opposition reste toujours unie selon l’USL

 

BENIN – Législatives de 2019: Candide Azannaï met au défi la mouvance présidentielle

 

BENIN – Législatives 2019: Emmanuel Tiando promet une élection transparente

Commentaires