GABON – Houangni Ambouroue au Pétrole : «Je ne suis pas là pour voler !»

Reconduit à la tête du ministère du Pétrole et des Hydrocarbures, Pascal Houangni Ambouroue a réaffirmé devant ses collaborateurs, lundi, son intention de continuer à travailler conformément à sa probité pour le bien du Gabon et non pour ses propres intérêts.

 

Pascal Houangni Ambouroue, ministre du Pétrole, du Gaz et des Hydrocarbures. © D.R.

 

Deux ans après avoir été nommé presqu’au pied levé à la tête du ministère du Pétrole et des Hydrocarbures, Pascal Houangni Ambouroue, 43 ans, a été confirmé à son poste dans le gouvernement conduit par Julien Nkoghe Bekale. Lors de sa brève rencontre, lundi 14 janvier, avec ses collaborateurs, le patron du nouveau ministère du Pétrole, du Gaz et des Hydrocarbures a assuré qu’il continuera de travailler conformément à sa probité pour le bien du Gabon et non à ses fins propres.

«Ce que je voudrais vous demander, c’est de rester confiants dans le travail que nous faisons. Nous essayons de le faire dans l’éthique, dans la bonne gouvernance et dans les bonnes pratiques. J’ai toujours dit que je ne suis pas venu ici pour voler, je suis venu ici pour travailler. La responsabilité qui m’a été donnée, est une responsabilité d’espoir pour tous les Gabonais», s’est-il adressé à ses collaborateurs, disant prier tous les jours pour ses détracteurs. «Parce qu’ils me permettent de m’améliorer au sein du ministère», a-t-il justifié.

Se présentant comme «un soldat du président Ali Bongo», Pascal Houangni Ambouroue fait la promesse de «conduire jusqu’au bout toutes les missions pour lesquelles [il a] été assigné dans ce ministère»«La première, a-t-il annoncé, c’est de continuer à renforcer le dialogue social. La deuxième, c’est de former une équipe d’intégration», d’autant que, deux ans après son arrivée à la tête du ministère, il dit connaître les compétences de ses différents collaborateurs.

«Les Gabonais attendent beaucoup de nous, parce qu’il nous faut faire de nouvelles découvertes. Et faire de nouvelles découvertes, c’est pouvoir explorer notre bassin sédimentaire. Or, on ne peut explorer notre bassin sédimentaire sans une équipe d’intégration qui a la capacité et la volonté de travailler. Pour cela, je dois essayer d’améliorer vos conditions de travail», a-t-il déclaré à l’adresse de ses collaborateurs à qui il a également promis l’organisation de formations.

 

Par 

 

 

Source: gabonreview.com

 

Gabonreview.com (Gabon)

 

 

A lire aussi:

 

GABON: LES EDITIONS AMAYA : Une décennie au service du livre et de la culture gabonaise

 

GABON : Ali Bongo a quitté l’hôpital militaire de Rabat

 

GABON : Jean Ping ne fait-il plus recette ?

 

Commentaires