BENIN – Non délivrance du certificat de conformité: l’ultimatum de l’Opposition au gouvernement

Les forces politiques de l’Opposition ont animé un point de presse dans la soirée de ce jeudi 21 février 2019 à Cotonou. L’objectif de cette sortie médiatique était de dénoncer leur exclusion de la course aux prochaines législatives à travers la non délivrance du certificat de conformité par le Ministre de l’intérieur.

 

 

Notre démocratie est fortement en danger. Et pour cause, tous les partis politiques de l’opposition viennent d’être arbitrairement exclus de la course aux élections législatives d’avril 2019“, dénonce le Porte-parole de la Coalition des partis politiques de l’Opposition, l’honorable Atchadé Nourénou. A l’en croire, ils étaient tous informés dans la soirée du mercredi 20 février 2019 que tous les partis politiques ayant déposé leurs dossiers de mise en conformité sont tous éligibles et en instance d’obtenir le certificat de conformité et le récépissé provisoire.  Contre toute attente, déplore le conférencier principal, “il nous a été demandé de passer dans la matinée de ce jeudi 21 février 2019, pour retirer un courrier nous notifiant notre exclusion du processus électoral en cours à travers une décision politique basée sur des motifs infondés qui ne figurent pas parmi les multiples observations à nous notifiées et auxquelles nous avons donné entière satisfaction”.

 

Dénonçant le caractère illégal et illégitime de ce certificat parce que ne figurant dans aucune loi, les forces coalisées de l’Opposition pensent que le pouvoir veut ainsi empêcher le peuple de choisir librement ses représentants à l’Assemblée Nationale. Face à cette situation, les partis politiques de l’opposition notamment, USL, RE, FCBE, PCB, dénoncent avec fermeté, cet acte anti-démocratique qui relève d’une période révolue et appellent le peuple à la mobilisation afin de rétablir par tous les moyens légaux, la démocratie qui, selon eux, serait en danger.

 

Par ailleurs, ils donnent un ultimatum au gouvernement pour le rétablissement des partis de l’Opposition dans leurs droits. “En tout état de cause, le gouvernement TALON sera tenu pour responsable des déconvenues qui découleraient de cet acte odieux et anti-démocratique, si au plus tard demain vendredi 22 février 2019, à 12 heures, les partis politiques de l’opposition ne sont pas rétablis dans leurs droits”, a insisté le Porte-parole, l’honorable Atchadé Nourénou.

Il convient de noter que les représentants des Forces Cauris pour un Bénin Emergent (FCBE), de l’Union Sociale Libérale (USL), du Restaurer l’Espoir(RE) et du Parti Communiste du Bénin (PCB) étaient tous présents à cette sortie médiatique.

 

 

 

Source: http://beninwebtv.com

 

Benin Web TV (Bénin)

 

 

Commentaires