BURKINA – Armée de terre: le Colonel Gilles Bationo « à la manœuvre »

Nommé le 7 février 2019 par décret présidentiel, le Colonel Gilles Bationo a pris officiellement les rênes du commandement de l’armée de terre burkinabè (Cemat) ce mardi 12 février 2019. Il prend la tête de l’armée de terre dans un contexte sécuritaire délétère.

 

Photo: EMGA

 

Instructeur commando et spécialiste de la lutte antiterroriste, le nouveau Chef d’Etat major de l’armée de terre connait déjà sa priorité et a refusé de se présenter comme « un messie ». « La priorité est de ramener la quiétude à nos populations. Des gens ont commencé le travail avant nous et nous allons venir apporter notre pierre à l’édification de la paix dans notre pays. Je ne suis pas un messie, le travail ne se fera pas seul, cela sera avec mes hommes et j’ai d’ailleurs une pensée pour ceux qui sont déjà déployés et je sais de quoi ils sont capables (…) Je vais leur demander de consolider les acquis » a fait savoir le Colonel Bationo.

Son prédécesseur, le Colonel major Léon Traoré, après 22 mois passés à la tête de l’armée de terre ne doute point des compétences de « son jeune frère » qu’il dit « bien connaitre ». « C’est un jeune frère et il a travaillé sous mes ordres. Je le connais et je connais ses capacités et son potentiel (…) Je sais qu’il  en est capable et il va réussir ». Ayant pour sa part le sentiment du devoir accompli, le Colonel-major Traoré a indiqué que « la défense de notre patrie exigera toujours la loyauté, la persévérance et le dévouement ».

Avant sa nomination au poste de Cemat, Gilles Bationo était depuis le 29 août 2017, le commandant de la première région militaire basée à Kaya. Ladite région militaire comprend trois régions administratives : le Sahel, le Centre-Nord et le Nord.

En rappel, le 7 février dernier, via un décret, le président du Faso avait procédé à un remaniement au sein du commandement des forces armées nationales. Les principaux responsables avaient été changés. C’est dans ce cadre que le Colonel Bationo avait été choisi pour conduire les rênes de l’armée de terre.

Bien avant ces nominations, le 10 janvier, le chef de l’Etat avait nommé le Général Moise Miningou au poste de Chef d’Etat major général des armées en remplacement du Général Sadou. Au cours de la constitution du nouveau gouvernement, il avait également procédé au changement des ministres en charge de la sécurité et de la Défense nationale.

 

PAR DIMITRI KABORÉ 

 

 

Source: http://www.fasozine.com

 

Fasozine (Burkina Faso)

 

 

A lire aussi:

 

BURKINA: 146 présumés terroristes neutralisés par les FDS

 

BURKINA – Fiscalité applicable aux médias: les patrons de presse plaident pour un allègement

 

BURKINA – Gouvernement Dabiré 1: les premières leçons à tirer

Commentaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *