MALI: rentrée littéraire N°10.

Le slogan ou la devise - c'est selon - est fort ambitieux: "l'Afrique se raconte à elle-même et se raconte au monde".

 

Pour la dixième année consécutive, le rendez-vous se tiendra à Bamako, mais avec extension dans les villes de l’intérieur, Cikasso, Djenné, Tombouctou, villes de mémoires et sanctuaire, villes d’une Afrique où le moindre grain de sable peut raconter les hommes et leurs gestes, les civilisations et leurs heurts. Le livre, porte-flambeau de l’écriture de la mémoire, offrira encore au public l’occasion de découvrir les territoires de tous les imaginaires, qu’ils proviennent du lointain, du voisinage ou même de la terre qui vibre sous soi. Sami Tchak sera présent pour nous raconter comment les paroles de son père, forgeron comme le premier de la lignée, savent creuser la terre et fertiliser la vie (Ainsi parlait mon père); Kidi Bebey nous replongera dans les instants magiques de la famille quand le père, Francis, la guitare sur l’épaule, rêvait d’embraser l’Afrique de ses compositions musicales (Mon royaume pour une guitare); Mohamed Mbougar Sarr évoquera l’intolérance autour des sexualités marginales dans la société sénégalaise (De purs hommes). Monique Ibouldo fera les mêmes traversées des jeunes dans le désert, sur la mer, pour rallier l’improbable El Dorado européen (Si loin de ma vie) Et moi, j’offrirai au public les incursions de Nafissatou Diallo alias Kalamity Djane dans les bars et les arrières-cours de Natingou City pour son projet de vengeance contre les trois affreux qui ont provoqué sa…mort (Western tchoukoutou).

 

Florent Couao-Zotti, écrivain.

Bref, des écrivains et des histoires, la rentrée littéraire de Bamako en aura plein la besace et les racontera à travers cafés, débats, conférences publiques, lectures… Que ce soient dans les établissements scolaires, dans les campus d’universités ou sur la scène de l’Institut français, les auteurs donneront aux mots et aux phrases cette force et ces couleurs qui provoquent chez le public les émotions premières dont les oeuvres sont le théâtre de production.

Rentrée littéraire de Bamako du 18 au 23 février…

 

Florent COUAO-ZOTTI

 

 

A lire aussi:

 

LIVRE : Le récital des adieux de Joseph Séka E.

 

LIVRE – Thomas Sankara parle : la révolution au Burkina Faso 1983-1987

 

LIVRE – THEOLOGIE AFRICAINE : Les grands courants de pensée de l’Antiquité au 21ème siècle du Professeur Kalamba Nsapo

 

Commentaires