La chronique du blédard : Aux « décideurs » : le changement est la seule issue souhaitable

 

Akram Belkaïd

 

Les moments où l’Histoire s’accélère sont rares. C’est ce que vivent aujourd’hui l’Algérie et son peuple. Voilà l’instant que l’on attendait depuis si longtemps, celui qui brave nos peurs, nos réticences et nos scrupules. Depuis l’indépendance, les aspirations à l’État de droit et à l’accès aux libertés fondamentales ont toujours été balayées par les dirigeants et les événements. Ni Ahmed Ben Bella ni Houari Boumediene n’ont accepté l’idée d’une émancipation de la population par le biais d’une ouverture politique. Chadli Bendjedid n’a entériné la fin du règne du parti unique que parce que le sang des victimes d’Octobre l’exigeait. Mais la transition née du premier printemps démocratique était viciée dès le départ.  Il aurait fallu que Chadli et ses pairs s’en aillent tout de suite mais l’on ne refait pas l’histoire. Pour ce qui est de la suite, il est inutile ici de rappeler ce qu’a représenté la décennie noire comme forces d’empêchements et comme corset de violences infligées à la population.

A bien y regarder, si l’on analyse les vingt années qui viennent de passer, on se dit qu’il fallait peut-être du temps pour que la société algérienne se reprenne, pour qu’elle se remette (un peu) sur pied et qu’elle dise enfin haut et clair au système ce qu’elle a toujours pensé de lui. Un ami marocain, en exil précoce pour échapper aux tracasseries permanentes de la part des autorités de son pays et des nervis qui les servent, m’a dit un jour qu’il a longtemps pensé que la seule manière pour lui de survivre était d’éviter de trop souvent croiser les yeux du Makhzen. Ce n’est que récemment, avec les événements du Rif dont il est originaire, qu’il a jugé qu’il avait eu tort. Effectivement, il faut soutenir le regard de l’oppresseur, c’est la seule manière de lui faire comprendre que c’en est assez. La vie, ses contingences, ses exigences, ont fait que des centaines de milliers d’Algériens ont évité de croiser le regard du pouvoir algérien. Les bonnes raisons ne manquaient pas. La SM, le DRS, la DGSN, le parti… Il fallait attendre. Attendre de bâtir le pays, attendre de lui donner des institutions, attendre le congrès du FLN, attendre la démocratisation, attendre le retour à la paix civile, attendre le pardon, attendre le développement, attendre le énième mandat…

En marchant dans les rues, de manière pacifique et civile, les Algériennes et les Algériens ont clairement regardé le pouvoir dans les yeux. Leur message est clair et dénué de toute ambiguïté : C’est non à un cinquième mandat d’Abdelaziz Bouteflika. Mais ce n’est pas que ça. C’est aussi un non au système, à la manière dont l’Algérie a été dirigée et gérée depuis des décennies. Un des slogans repéré dans les cortèges est « khams 3achriyat barakat ». Cinq décennies, ça suffit. Et il y a autre chose : tous ces drapeaux sortis pour une occasion autre qu’une victoire après un match de football, c’est l’amour clamé, assumé, pour un pays tant de fois malmené. C’est l’esquisse d’une capacité à vivre ensemble un instant de communion lié à des enjeux politiques graves et non pas à une quelconque occasion festive.

Les foules disciplinées, civiques et gaies qui marchent, qui continueront de marcher, ne sont pas « égarées ». Elles ne sont ni crétines ni naïves.  Elles ne sont pas le jouet de « parties » qui conspireraient matin, midi, soir et after à déstabiliser l’Algérie. Il y a chez elles de la maturité et la volonté de préserver intacts les murs même s’il s’agit d’en chasser les propriétaires autoproclamés. Bien sûr, les choses risquent de mal tourner, mais il n’y aura alors aucun maquillage possible. Les responsables seront ceux qui ordonneront d’ouvrir le feu pas celles et ceux qui marchent.

En Octobre 1988, l’Armée nationale populaire (ANP) a fait le sale boulot en tirant à balles réelles sur la jeunesse. Effrayée par le désordre et le saut dans l’inconnu, une grande partie de la société a tacitement passé l’éponge sur ce séisme et cela d’autant plus facilement que l’ouverture démocratique, du moins supposée telle, a immédiatement suivi. En janvier 1992, l’intervention de l’armée pour interrompre le processus électoral et annuler la victoire annoncée du Front islamique du salut (FIS) a bénéficié de l’appui d’une importante partie de l’intelligentsia mais aussi de la société algérienne effrayée à l’idée de voir les « barbus » prendre le pouvoir. Durant les années 1990, l’armée, au premier plan des affrontements armés, a, là aussi, pu compter sur le soutien de nombreux Algériens.

Mais aujourd’hui ? Qui défend un cinquième mandat d’Abdelaziz Bouteflika ? Personne, exception faite de ses obligés et autres mangeurs de cachir. Qui veut le statu quo ? Personne si ce n’est celles et ceux qui en tirent profit. En clair, recourir à la violence contre les protestataires ne pourra se fonder sur aucune justification politique, stratégique, éthique ou morale. Le monde entier observe l’Algérie et sait que la population veut que les choses changent vite (et pas après une « conférence inclusive ») et qu’elle s’exprime de manière pacifique. Toute violence exercée de manière directe ou indirecte contre les marcheurs ne pourra être ni camouflée ni justifiée. Et, même si elle ne joue qu’un rôle modeste dans ces grands bouleversements annoncés, la diaspora veillera à ce que cela l’affaire prenne l’importance qu’elle mérite.

 

Les « décideurs » comme les appelait feu Mohamed Boudiaf doivent écouter le peuple et son exigence de changement immédiat. C’est la seule issue acceptable. C’est celle qu’il faut espérer pour l’Algérie.

 

Akram Belkaïd, Paris

 

 

Source: http://www.lequotidien-oran.com

 

Le Quotidien d’Oran (Algérie)

 

 

A lire aussi:

 

La chronique du blédard : Face au cinquième mandat

 

La chronique du blédard : De la frontière

 

RDC – Félix Tshisekedi confirmé président : Union africaine divisée

 

RDC – Élection de Félix Tshisekedi : changement de leadership et de mentalité

Commentaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *