BENIN: « Un dialogue ne changera pas la donne », Nourou Dine Saka Saley

Le juriste politique, Nourou Dine Saka Saley s’insurge contre l’idée d’un dialogue national. Pour lui, ce sera une hypocrisie de plus que d’organiser un dialogue national qui n’aura aucun effet, selon lui. Un dialogue au lendemain de l’installation des députés ne servira à rien, prédit-il.

 

 

« A quoi servirait un dialogue si les 73% seront toujours tenus à l’écart ? », s’interroge le juriste qui se surnomme « l’opposant tchigan ». Nourou Dine Saka Saley ne partage pas l’avis de ceux qui pensent qu’il faut aller à un dialogue du moment où les députés sont déjà élus et installés sans l’opposition. Le dialogue aurait de sens si, à en croire le juriste, les cris de coeur des uns et des autres avaient été pris en compte pour permettre à toute la classe politique de prendre part aux élections législatives. Aller à un dialogue alors que la source du malaise existe n’est rien d’autre qu’une hypocrisie supplémentaire. « La source, une volonté d’exclure une partie de la population chiffrée officiellement à 73% des électeurs, de la participation aux choix de ses représentants », écrit-il sur sa page Facebook.

 

Il élabore son raisonnement sur les faits qui ont précédé le dialogue souhaité par d’aucuns. « Pourquoi le camp, auteur dudit plan irait à un dialogue national puisque son objectif est atteint et constitue sûrement un projet de développement ? », se demande-t-il. Le plan ici, explique le juriste, est qu’un « camp a dressé un projet politique et l’a accompli : celui de ne pas laisser exister l’opposition. » Aller à un dialogue dans ces conditions ne changera rien. Au-delà des intérêts personnels, d’une hypocrisie politique et d’une perte du temps, le dialogue n’apportera rien à la nation, croit savoir Nourou Dine Saka Saley. Il souhaite que chacun se plie à ce qui est honorable plutôt que de s’asseoir autour d’une table pour ne rien obtenir in fine. « Ou nous avons le courage de réaliser ce qui est une évidence, ou alors nous décidons de perdre le temps dans des bavardages stériles comme pour les pseudos dialogues de sortie de crise à l’Assemblée pendant que sournoisement le processus suivait son cours », préconise-t-il.

 

 

Source: http://beninwebtv.com

 

Benin Web TV (Bénin)

 

 

A lire aussi:

 

BENIN – Incarcération de Bertin Koovi: Ladislas Agbési exige sa libération et menace

Commentaires