BURKINA – Situation de la nation: le chef du gouvernement répond aux préoccupations des députés

Le Premier ministre Christophe Joseph Marie Dabiré, après son exposé sur la situation de la Nation ce jeudi 16 mai 2019, a répondu aux préoccupations des députés des différents groupes parlementaires de l’Assemblée nationale. Les questions des élus nationaux ont concerné tous les domaines de la vie nationale. Voici en substance le résumé des réponses du chef du gouvernement sur les sujets majeurs.

 

 

Défit sécuritaire

Le Premier ministre a dit que les actions menées sont globales et que toutes les forces de défenses et de sécurité sont impliquées dans la lutte. Il a par ailleurs indiqué que le « plan de bataille » établi par le Burkina est en fonction des pays frontaliers concernés par la question du terrorisme. Pour ce qui est du retard d’intervention de l’armée à Dablo où une attaque terroriste a visé l’Eglise paroissiale tuant six personnes dont un prêtre, il a dit qu’une enquête est en cours pour situer les responsabilités et que des sanctions seront prises par les autorités militaires. L’un des problèmes est le déficit d’effectifs. C’est pour cela que l’un des bataillons de la Minusma a été rapatrié en appui. Il rassure les populations sur le fait que tous les moyens sont mis en œuvre pour ramener la quiétude d’antan.

La fronde sociale

Le chef du gouvernement s’est indigné contre ceux qui disent que le gouvernement prend des engagements et ne les respecte pas. Il a assuré que des mesures sont prises pour apurer le passif sur les lois qui ont été prises, avant de passer à la remise à plat des rémunérations des agents publics. Ce qui retarde le processus, à l’en croire, c’est le fait de répondre lorsque des revendications sont faites par rapport à ces lois.

Sur la question de la réduction du train de vie de l’Etat, le Premier ministre a laissé entendre que les textes qui sont prêts ont été reversés dans le dossier de la remise à plat des salaires de la fonction publique et seront validés ensemble.

La justice

Le Premier ministre a dit qu’il y a beaucoup d’appréhensions sur les questions de justice, mais que nous ne pouvons qu’attendre parce que la justice est indépendante. Il convient que le temps de la justice n’est pas le temps des hommes, ni celui des hommes politiques. Pour lui, tout ce qu’on peut demander au gouvernement, c’est de renforcer les capacités de la justice pour qu’elle travaille mieux.

Le problème des réseaux sociaux

Le locataire de la primature a indiqué que tout est mis en œuvre pour encadrer les publications sur les réseaux sociaux pour qu’il ne circule plus de fausses nouvelles. De ce fait, un projet de loi est en cours pour améliorer et canaliser les réseaux sociaux pour le bien des populations. Il promet toute fois que ce projet de loi ne touchera pas aux libertés d’expressions.

 

PAR ANHITAGA NATHANAËL KALGUIÉ (STAGIAIRE)

 

 

Source: http://www.fasozine.com

 

Fasozine (Burkina Faso)

 

 

A lire aussi:

 

BURKINA: six morts dans l’attaque d’une église à Dablo (nord)

 

LUTTE CONTRE LE TERRORISME: Angela Merkel annonce un soutien financier de plus de 31 milliards de francs CFA

 

BURKINA – Koulpelogo: cinq enseignants assassinés à Comin-Yanga

 

BURKINA – Centenaire de la Haute-Volta : «Les manuels au niveau de l’éducation doivent être revus» (Alkassoum Maiga)

Commentaires