COOPERATION IINDE/BURKINA FASO : un nouvel ambassadeur pour renforcer l’axe Ouaga-New Dehli

L’ambassadeur extraordinaire et plénipotentiaire de la République de l’Inde au Burkina Faso, Vijah Singh Chauhan, a présenté ce mardi dans la matinée, ses lettres de créance au président du Faso, Roch Marc Christian Kaboré. Le diplomate indien qui a pour résidence Ouagadougou, a pour mission de travailler à renforcer la coopération entre les deux pays.

 

 

Titulaire d’un diplôme universitaire en littérature anglaise de l’Université de New Dehli, le nouvel ambassadeur était consul général de son pays à Sao Paulo au Brésil, avant sa nomination. Vijah Singh Chauhan est entré au ministère indien des Affaires étrangères en 1982, et a occupé plusieurs postes au sein des missions diplomatiques de l’Inde à Bagdad en Irak, à Washington aux USA, au Caire en Egypte, à Rome en Italie, à Dakar au Sénégal et à Paris en France.

Le nouveau diplomate indien a la charge de travailler à renforcer la coopération entre son pays et le Burkina Faso pour le bien-être des deux peuples. La dernière session de la commission mixte de coopération entre les deux pays, en date du 12 février 2018 à Ouagadougou, a permis de réitérer la volonté des deux parties de renforcer leur coopération technique et financière dans les domaines comme l’énergie, le transport, le logement et l’éducation.

Les accords de coopération ont permis d’identifier des grands projets à réaliser. Il s’agit de la réalisation d’un centre d’appel multimédia, et d’un centre de formation professionnelle à vocation régionale, de la construction de logements sociaux, et de la formation de plus de 12 500 jeunes.

L’Inde soutient également le Burkina Faso et les autres pays du C4 (Bénin, Mali, Tchad) co-auteurs de l’initiative sectorielle en faveur du coton, pour un commerce international plus équitable et une amélioration de la situation des producteurs de coton.

 

Direction de la communication de la présidence du Faso

 

 

Source: http://www.fasozine.com

 

Fasozine (Burkina Faso)

 

 

A lire aussi:

 

BURKINA – Koulpelogo: cinq enseignants assassinés à Comin-Yanga

 

BURKINA – Centenaire de la Haute-Volta : «Les manuels au niveau de l’éducation doivent être revus» (Alkassoum Maiga)

 

BURKINA – Statue de Thomas Sankara: «Nous demandons pardon !» (Comité du mémorial)

Commentaires