FOOTBALL – CAN 2019: Pluie de bonheur sur Dakar, ambiance carnavalesque sur la VDN

Ambiance carnavalesque, électrique et voire électrisante en cette après-midi de dimanche sur la Voie de dégagement nord (VDN). Émotion et passions s’entrelacent. Aux coups de klaxons frénétiques et de sillet perçants, se mêlent les cris stridents de joie. Les automobilistes s’autorisent tous les écarts répréhensibles en temps normal sur la voie publique. Les drapeaux du Sénégal brandi ici et là. La cause ? Les Lions du Sénégal viennent de se qualifier pour la finale de la Coupe d’Afrique des Nations (CAN 2019). C’est une première depuis 2002 que Les Lions du Sénégal accèdent, de nouveau, à la finale. Une raison suffisante pour jubiler. Une fois que cette étape est franchie, de toute évidence, le titre est à portée de main.

 

 

La ferveur à Dakar, en cette fin de soirée dominicale, est manifeste. La magie du football a encore opéré. La joie et le bonheur se sont répandus sur Dakar telle une trainée de poudre. Sur la spacieuse VDN, c’est le comble. Une fois que le coup de sillet final donné, de manière prompte, les populations de Sacré-Cœur se massées sur le long des trottoirs pour manifester leur joie : les voitures personnelles comme les taxis roulent à tombeau ouvert et tous les voyageurs manifestent leurs joies. Des vitres des voitures descendues, on sort légèrement le torse ou les deux bras et montre un signe de victoire et de triomphe. Des inconnues qui s’échangent des émotions.  C’est emballant et entrainant.  Certains filment en même temps spectacle dont ils font partie intégrante.

Chaque voiture ou chaque moto qui qui passe, des personnes préposées le long des trottoirs poussent des cris de plus belle. Tout comme si chaque voiture ou moto qui arrive transportait cette victoire pour la répandre sur la ville. On se congratule réciproquement, on échange des signes de joie et on se communique le bonheur

Les automobilistes explosent de joie et s’exposent au danger en à s’donnant à quelques comportements à risque comme le fait de zigzaguer et pour les motocyclistes de mettre un pied sur le siège, le second en l’air et roulant, soit les deux pieds sur le siège. D’autres encore, en levant le pneu avant et poussant leurs moteurs à bout avant de revenir brusquement sur le goudron. C’est frissonnant.

 

Un dimanche atypique

 

Je n’ai pas souvenance d’un tel niveau d’ambiance même lors des combats de lutte qui, aussi, ont la magie de susciter des émotions et de déchainer des passions. D’ailleurs, les dimanches soir n’ont pas la réputation d’être aussi fastes et animés et embouteillés. Il était 18h, je devais être en chemin pour la messe. Mais mal m’en appris. Je suis en retard du fait d’une sieste prolongée. Réveillé en catastrophe, le bain est pris en 2 minute chrono. Je me hâte à l’arrête bus proche de Forever sur la VDN. J’attends une bonne demi-heure les bus qui ne s’emmènent pas et des taxis libres qui se font rares. Un taxi enfin trouvé, on doit composer avec cette ambiance le long du trajet qui doit m’emmener à la paroisse Saint Joseph de Medina.

En descendant l’échangeur de Keur Gorgui, un groupe de jeune gens font irruption de ce grand quartier d’affaire, ils envahissent allègrement la chaussée, puis se mettent dans la même direction que notre taxi. En petite foulée et occupant anarchiquement la chaussée, ils imposent leur rythme aux voitures, obligées de se soumettre.  Le moment est unique. Cri de joie, agitant les drapeaux du Sénégal, certains en habillé en maillot des Lions du Sénégal, ils courent en direction de l’université cheikh Anta Diop et provoquent, du coup, des embouteillages.  Ils agrémentent leur procession des «Owé, owé, owé, owé, owé, owé, owé». Ou alors ils scandent des «On a gagné, on a gagné, on a gagné !»

 

Une procession inattendue

 

Toujours en petite foulée, ils continuent leur longue procession. Descendu de l’échangeur de Fann, le taximan a dû bifurquer au point E pour échapper à ces embouteillages. Il est en quête d’un raccourci. Mais avant qu’il n’arrive à l’université pour reprendre l’avenue Cheikh Anta Diop, la procession est déjà là. Elle a rejoint des milliers d’étudiants qui sont aussi sortis jubiler au rond-point de l’institution. Rien ne semblait plus bouger.  Quelques minutes jubilation, puis une bonne partie des jeunes se sont engouffrés par milliers, en liesse, dans l’institution universitaire. Quelques centaines poursuivent dans le quartier point E dans la direction de Fass. Le taxi réussi à se frayer le passage. La suite du trajet, fois dégagée, mais des automobiles eux continue le ballet.  Les voitures et les motos, elles vraisemblablement ont rallié la mythique place de l’indépendance pour communier avec les autres citoyens. Depuis les bus, les passagers, qui sont plus sobre que dans les cars rapides manifestent leur joie sans faire du vacarme. Certains filment avec leurs téléphones portable cette ambiance de joie et de bonheur, en sortant leur téléphone des vitres du bus.

Aux environs de 19h, la messe à la paroisse était rythmée par cette ambiance. Pour sûr, aucun bruit ne pouvait être intolérable en pareille circonstances. Des tambours se sont invités dans l’euphorie dans le décor.

Le boulevard du centenaire a été pris lui aussi pris d’assaut par les milliers de jeunes qui ont suivi le match sur la Fan zone installé sur la place de la Nation (Ex-place de l’obélisque), explique TV5. Interrogé certains raconte qu’ils attendent ce moment depuis plusieurs années. «On attendait ça depuis 2002». Ils félicitent Les Lions et attendent qu’ils leur ramènent la coupe.  La Place de l’Indépendance a été un autre point de ralliement des Dakarois pour célébrer cette victoire. Le Sénégal est sur le chemin vers sa première coupe d’Afrique des Nations. Il affrontera vendredi l’Algérie à la finale vendredi.

Allez Les Lions ! Tout le Sénégal vous porte et vous supporte.

 

 

Source : http://www.senenews.com

 

Senenews (Sénégal)

 

 

 

A lire aussi:

 

MALI – Qualification à la Finale de la Coupe du Monde U19 de Basket-ball: Message de félicitations adressé à l’équipe du Mali

 

FOOTBALL – CAN 2019 : Une société espagnole pour superviser la VAR

 

FFOOTBALL : La Guinée et la Tanzanie sautent la Côte d’Ivoire et la Libye en coupes africaine 2020.

Commentaires