MALI – Réunion extraordinaire du FSD : « IBK tire le pays en arrière et alimente la crise politique », selon le FSD

A l’issue de sa réunion extraordinaire du mardi 9 juillet, le Front pour la sauvegarde de la démocratie (FSD) a publié un communiqué dans lequel il estime que le dialogue national inclusif sincère et fécond avec toutes les forces vives de la nation n’est pas le souci du président de la République.

 

Soumaila Cissé

 

Le dialogue national inclusif est-il déjà mort-né ? Cette question a tout son sens. Toujours est-il qu’après les Associations ADEMA et CNID, du parti Fare An Ka Willi, du CSTM et de CNAS Faso Hèrè, qui le rejettent dans sa forme actuelle, c’est autour du Front pour la sauvegarde de la démocratie (FSD) dirigé par Soumaïla Cissé, chef de file de l’opposition, de mettre en doute le processus.

 

Dans un communiqué au vitriol, en date du 10 juillet, publié sur les réseaux sociaux, les frontistes estiment que « l’interview de Ibrahim Boubacar Kéita, (NDLR, le président de la République avait accordé une interview à l’hebdomadaire « Jeune Afrique », du 30 juin au 6 juillet 2019) prouve à suffisance que le dialogue national inclusif sincère et fécond avec toutes les forces vives de la nation n’est pas son souci ». Selon Soumaïla Cissé et ses amis, le président de la République est convaincu d’avoir tout obtenu et croit n’avoir plus besoin de personne.

 

Cette sortie médiatique finit par convaincre le FSD qu’« IBK tire le pays en arrière et alimente la crise politique ».Les frontistes  restent, néanmoins, confiant que le peuple malien a pris la mesure de l’importance du dialogue national inclusif. Seul moyen, selon eux, de mettre un terme au processus avancé d’effondrement et de décomposition de l’Etat, et d’endiguer la menace qui pèse sur la survie de notre nation.

C’est pourquoi, le FSD réitère son appel à un large rassemblement pour défendre la tenue d’un dialogue national inclusif sincère et fécond avec toutes les forces vives de la nation. « Mais pas celui dont les couleurs, le contenu et les résultats ont été déjà insinués dans la scandaleuse interview de IBK dans le journal « Jeune Afrique », conclut la missive.

 

Abdrahamane Sissoko

 

 

Maliweb.net (Mali)

 

 

A lire aussi:

 

MALI: Des milliers manifestants dans la rue pour ‘’exiger la fin des massacres au centre du pays’’

 

MALI – Gouvernance politique : Les positionnements pour l’après IBK ont déjà commencé

 

MALI – Assemblée nationale du Mali : Plusieurs présidents de partis s’opposent à une seconde prorogation du mandat des députés

Commentaires