UA Niger 2019: Le sommet de la fierté et de l’espoir

 

 

A l’échelle nationale, continentale ou mondiale, il y a des contextes et des événements qui peuvent convaincre de la nécessité d’une unité dans la diversité. Ils peuvent être tristes ou heureux, éphémères ou durables. En tout état de cause, pour les surmonter ou les utiliser, des hommes et des femmes se retrouvent pour échanger et solidariser.

 

Ce sont surtout des moments de communion, de compassion et de cohésion. Des personnes venant d’horizons différents s’entendent pour transcender leurs subjectivités et leurs différences en vue de converger ensemble vers un objectif commun. Cet objectif est celui de créer les conditions pour le commencement, l’avancement ou l’aboutissement de causes nobles  pour le plus grand bien du plus grand nombre.

 

Le 12ème Sommet extraordinaire de l’Union Africaine a été l’occasion pour le Niger d’accueillir l’Afrique à Niamey la ville coquette. Les Nigériens ont eu le temps de confirmer l’une des choses que les Africains ont en commun, leur légendaire hospitalité. Des hommes et des femmes ont contribué à rendre le séjour agréable à toutes les personnes venues d’ailleurs. Ce qui a eu une conséquence positive sur la qualité des débats et des décisions. Nos forces de défense et de sécurité sont particulièrement à féliciter, car rien de bon ne peut se faire sans sécurité.

 

Au Niger, comme partout ailleurs dans le monde, les gens sont unanimes que c’est grâce à Issoufou Mahamadou, Président du Niger que le sommet a été une réussite éclatante. Sa prouesse  dans la conduite et l’aboutissement du processus de la ratification et du lancement de la Zone de Libre Echange Continentale(ZLECA) est à immortaliser. Il a rendu les Nigériens fiers et confiants. Ils lui sont d’ailleurs reconnaissants.

 

Au delà des Nigériens,  les Africains ont aussi de quoi être fiers. Leurs leaders venus de leurs pays respectifs se sont retrouvés au Niger pour poser un acte historique qui marque le point de départ de l’intégration économique du continent. Cet acte, une fois renforcé et pérennisé fera de l’Afrique la maîtresse de son destin. Avec la ZLECAF, l’Afrique doit être au centre de la mondialisation et non à sa périphérie. Ce qui permettra aux Africains d’avoir de l’influence, ils doivent sortir de la position de toujours subir pour agir. Le moment est venu de sortir du pessimisme et de l’immobilisme pour passer à l’optimisme et au progressisme.

 

Les Africains se sont  retrouvés au Niger pour semer les graines du développement économique et social du continent. Ils se sont séparés avec beaucoup de fierté et d’espoir. A présent, il faut se mettre au travail pour consolider les acquis et capitaliser sur les atouts, car dans un monde de concurrence féroce, seuls les plus entreprenants et les plus compétitifs s’en sortent.

 

Zakaria Abdourahaman

 

 

A lire aussi:

 

AFRIQUE – Le Sahel au cœur de la tourmente

 

BENIN: À quoi servent les journalistes à la HAAC?

 

BENIN – La main tendue de Talon à l’opposition : une main à prendre ou à couper?

 

BENIN: Incendie, affrontements, morts: le jour d’après…

 

LEGISLATIVES 2019 AU BENIN : la honte du lézard est aussi celle du caïman.

Commentaires