BENIN – Parrainage de candidat à la présidentielle : les inquiétudes de Prince Agbodjan

Le Juriste Serge-Prince Agbodjan prend avec pincettes l’une des recommandations issues du dialogue politique tenu les 10, 10 et 12 octobre 2019 au palais des congrès notamment le parrainage des candidats à l’élection présidentielle.

 

Serge-Prince Agbodjan

 

Le système de parrainage des candidats à l’élection présidentielle présente des risques dans un Etat démocratique. Le Juriste Serge-Prince Agbodjan a donné l’alerte dans la soirée de ce vendredi 18 octobre sur sa page facebook. « Bénin, mon pays….Pendant que d’autres pays après usage veulent en sortir, nous voulons y rentrer avec cette affaire de parrainage des candidats. De grâce, pardon,  faites bien les recherches et les  débats pour ne pas nous dire à la fin que la loi est inapplicable ». Pour renforcer sa position et ses inquiétudes, il s’est appuyé sur un article publié le 09 mai 2012 sur le site www.duelamical.eu dans la période de la présidentielle française.

Dans le développement de l’article, l’auteur a révélé que le problème, c’est que les noms des signataires sont rendus publics. Il est donc facile pour les partis majoritaires de faire pression sur leurs élus afin que ceux-ci n’accordent pas leurs parrainages. Ces élus, dans la majorité des maires, peuvent également craindre une sanction de leurs électeurs pour avoir soutenu un candidat. Ils peuvent également se voir privés de subventions au terme d’un chantage politique. C’est donc un système qui favorise les gros partis et une atteinte à la démocratie.

En plus, selon la production, des candidats valant plusieurs millions de voix lors des élections peuvent, à défaut de parrainages, ne pas pouvoir se présenter. C’est ce qui a failli arriver à Marine Le Pen. Ce système peut être paradoxal : en voulant limiter le nombre de candidats, il empêche potentiellement des partis importants en nombre de voix d’être représentés, tout en permettant à des candidats moins connus et moins populaires, mais peut-être plus politiquement corrects ou inoffensifs sur le plan électoral, d’être candidats.

 

Pourtant, une simple mesure, découlant du principe républicain du secret du vote, pourrait résoudre ce problème. Instaurer l’anonymat des parrainages permettrait aux élus hésitants de soutenir des partis comme le FN sans en subir les conséquences. En conclusion, le journaliste dira que le système de parrainage est un obstacle à la démocratie. C’est pourquoi, le juriste béninois tire d’ores et déjà l’attention des autorités sur les effets et les implications de cette option.

 

 

 

Source: http://beninwebtv.com

 

Benin Web TV (Bénin)

 

 

A lire aussi:

 

BENIN – Rencontre de Patrice Talon avec des députés: Saka Fikara apprécie

 

BENIN: Voici les 21 résolutions des assises de l’opposition

 

BENIN – Dialogue politique: Soglo déplore le sort réservé au clergé catholique

Commentaires