GUINEE – Goyo Zoumanigui veut la tête du président de la Ceni : ‘’à cause de lui, c’est la France qui reporte nos législatives’’

 

 

Le vice-président de l’Union des forces républicaines (UFR) Bakary Goyo Zoumanigui est très remonté contre le président de la Commission électorale nationale indépendante (CENI) pour dit-il avoir trahi la Guinée. Il l’a fait savoir samedi lors de l’assemblée générale de son parti à Matam. Pour lui, à cause de Me Amadou Salif Kébé, la France, à travers l’OIF, a décidé du report des élections législatives en Guinée.

 

 

« Ma douleur à moi, c’est que c’est une institution, l’OIF (Organisation Internationale de la Francophonie), une émanation française et nous savons tous ce que les Guinéens ont sur le cœur quand on pense au 28 septembre 1958, nous avons rejeté le référendum gaulliste. Quand je vois que c’est une organisation émanant de la France qui vient pour nous mettre d’accord en Guinée, cela me choque et je retiens l’histoire » 

 

« Le président de la CENI en choisissant la date du 20 décembre 2019 comme date des élections législatives a posé un acte dangereux qui constitue une haute trahison parce qu’il n’a pas écouté ses pairs. Il savait intimement que cette date ne pouvait pas être maintenue. Ma douleur à moi, c’est que c’est une institution, l’OIF, l’Organisation Internationale de la Francophonie, une émanation française et nous savons tous ce que les Guinéens ont sur le cœur quand on pense au 28 septembre 1958, nous avons rejeté le référendum gaulliste. Quand je vois que c’est une organisation émanant de la France qui vient pour nous mettre d’accord en Guinée cela me choque et je retiens l’histoire. C’est vrai l’OIF est une organisation internationale, mais je voudrais très bien que ce soit la CEDEAO qui vienne dire ou qui vient pour prétendre la CENI, ‘’Monsieur le président vous vous êtes trompé’’, malheureusement ça n’a pas été le cas. Et je vous le dis, il faut tout faire pour que ce monsieur soit jugé parce qu’il a trahi le peuple de Guinée, il a trahi son serment. Donc il ne suffit pas de le reposer simplement, il doit être poursuivi par la justice. Malheureusement, la haute cour de justice qui est habilitée à juger les cas comme ça, n’existe pas, parce que la mal gouvernance qui nous dirige, elle a tout fait pour que cette cour ne soit pas instituée. Notre combat aujourd’hui, si cette cour existait, je crois que la plainte aurait déjà été déposée devant cette cour pour dire que non seulement le président de la CENI mais beaucoup d’autres cadres du gouvernement devaient être jugés par cette cour pour les actes qu’ils posent, pour détournement de fonds. Aujourd’hui, quand le président de la République parle de référendum, changer la Constitution, c’est parce qu’il sait que cette cour n’existe pas, sinon les juristes auraient déjà saisi cette haute cour pour dire que la démarche que le président de la République veut entamer est contraire à l’esprit de la loi » affirme-t-il.

En début de semaine, la CENI avait annoncé à l’occasion de la conférence de presse conjointe avec l’OIF le report des élections législatives initialement prévues pour le 28 décembre 2019 prochain.

 

Maciré Camara

 

 

Source :http://www.senenews.com

 

Senenews (Sénégal)

 

 

A lire aussi:

 

GUINEE – Cellou Dalein Diallo sur son confinement : ‘’c’est sûr que c’est une décision qui est venue d’Alpha Condé’’

 

GUINEE – Abdourahamane Sano à la barre : ‘’j’ai été kidnappé à mon domicile par des hommes cagoulés’’

 

GUINEE – 3e mandat de Condé : La société civile appelle à la mobilisation !

Commentaires