MALI: L’URD ne participera pas au Dialogue national inclusif

L’Union pour la République et la Démocratie (URD) ne participera au Dialogue national inclusif, en raison, dit-elle, de la non-prise en compte par les organisateurs des conditions de sa participation.

 

Soumaila Cissé

Le Dialogue national inclusif vient de prendre un véritable coup de canif. L’Union pour la République et la Démocratie (URD) ne participera au Dialogue politique inclusif que notre pays s’apprête à organiser. Le principal de l’opposition l’a fait savoir à travers en communiqué en date du vendredi 4 octobre.

Ce boycott, selon le parti de la poignée de main est lié à la  non-prise en compte par les organisateurs du Dialogue national inclusif  des conditions de sa participation. « Par conséquent aucun responsable, aucun militant et aucun sympathisant n’a mandat pour représenter le parti au dialogue à quelque niveau que ce soit », indique le communiqué du parti.

L’URD reproche au processus son manque d’inclusivité. Le parti de la poignée de main souhaite que le président de la République s’engage à mettre en œuvre les conclusions du Dialogue national inclusif. Aussi, le parti dirigé par Soumaïla Cissé veut au préalable connaitre les critères de choix des participants. Sur les cinq participants à l’atelier de validation des termes de référence du Dialogue national inclusif, l’opposition était représentée par une vingtaine de personnes dont cinq de l’URD.

Une situation que le parti et le regroupement dans lequel (le FSD) avaient dénoncé. « Nous voulons le dialogue mais un dialogue sincère qui discute de tous les problèmes du Mali », glisse un membre du parti.

La non-participation de l’URD est un gros camouflet pour le Triumvirat et le comité d’organisation du Dialogue national inclusif, qui n’ont pas réussi à arrondir les angles. Elle constitue une grosse épine dans les pieds et des autorités et met un plomb dans l’aile du Dialogue national inclusif, qui perd ainsi son caractère d’inclusivité.

L’annonce du boycott du principal parti de l’opposition intervient quelque jours après l’adoption par le conseil des ministres des  projets de décret  fixant les avantages accordés aux personnalités chargées de conduire le processus du Dialogue national inclusif et aux membres du Comité national d’Organisation dudit dialogue.

Après donc, la plateforme An ko Mali, composée de partis politiques et d’Associations dont l’ADEMA –Association, et des ex-rebelles de  la CMA (Coordination des mouvements de l’Azawad), c’est autour de l’URD de déclarer sa non-participation au Dialogue national inclusif.

 

Abdrahamane Sissoko

 

 

Maliweb.net (Mali)

 

 

A lire aussi:

 

MALI – Abrogation du décret du 13 mai 2019 : Les Etudiants de l’INFTS et l’INJS, remis dans leur droit

 

MALI – COUP DE GUEULE DE MAHAMADOU ISSOUFOU A PROPOS DU STATUT DE KIDAL: La légitime colère du président nigérien

 

𝐋𝐚 𝐧𝐚𝐮𝐬𝐞́𝐚𝐛𝐨𝐧𝐝𝐞 𝐣𝐞𝐮𝐧𝐞𝐬𝐬𝐞 𝐩𝐨𝐥𝐢𝐭𝐢𝐪𝐮𝐞 𝐦𝐚𝐥𝐢𝐞𝐧𝐧𝐞 !

 

MALI: Contribution du Pr. Ali Nouhoum DIALLO, ancien président de l’Assemblée nationale, ancien président du Parlement de la CEDEAO au dialogue national inclusif, adressée au Triumvirat.

Commentaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *