BENIN: Les forces de l’opposition passent au crible la gestion de Patrice Talon et menacent

Réunis ce samedi 23 novembre 2019 à Paris, les Béninois de tous horizons ont critiqué vertement la gouvernance de Patrice Talon depuis son accession au pouvoir. Tous les secteurs vitaux ont été passés en revue par les participants aux assises de Paris.

 

Participants aux assises de Paris Photo: Facebook

 

Au cours des assises qui a drainé du monde à Saint-Ouen à Paris en France, plusieurs citoyens béninois qui ne se retrouvent pas dans la gouvernance du pouvoir de la rupture ont craché sur la gestion du président Patrice Talon. Ils ont d’abord dénoncé l’exclusion des partis politiques de l’opposition des dernières élections législatives. Un fait qui s’explique, diront-ils, par la délivrance de façon ciblée du quitus fiscal et de l’invention du certificat de conformité par la cour constitutionnelle à la veille du dépôt des candidatures. En autorisant seuls les deux partis du chef de l’Etat à prendre part aux élections, le régime, selon les participants aux assises, a mis embargo sur la démocratie béninoise acquise au prix de lourds sacrifices.

 

L’autre fait que dénoncent les assises de Paris est que les quelques maires qui étaient encore du côté de l’opposition ont été soit destitués ou révoqués afin d’installer ceux qui peuvent « fléchir facilement les genoux ». Désormais et ce jusqu’à nouvel ordre, tous les 77 maires sont des soutiens inconditionnels du pouvoir. En outre, au plan judiciaire, constatent les participants aux assises, trois magistrats ont été suspendus. Les médias sont, disent-ils, bastillonnés. Pour preuve, la fermeture de la Nouvelle Tribune, l’interdiction d’émission de Sikka Tv, la piraterie des fréquences de Soleil Fm et bien d’autres.

 

Les prisonniers politiques

 

Une liste non exhaustive de prisonniers politiques a été dressée par les participants aux assises de Paris. Pour eux, ces compatriotes qui se trouvent derrière les barreaux le sont pour leur opinion et non pour des infractions constituées. Même ceux libérés sous le couvert de la loi d’amnistie n’étaient que « des otages politiques libérés ». Plusieurs autres sont dans la clandestinité et n’oseraient sortir la tête de leur lieu de cachette. A tout ceci s’ajoute les exilés politiques dont le nombre gonfle au jour le jour. La séquestration de Boni Yayi 52 jours durant, le vote des lois anti-sociales et anti-démocratiques par les députés ont été dénoncés dans leur manifeste rendu public à l’occasion des assises. Ils n’ont pas manqué de constater que le tissu social s’amenuise au quotidien.

 

La révision de la constitution

 

Les assises de Paris considèrent la loi modificative de la constitution du 11 décembre 1990 comme une arme d’exclusion de la présidentielle de 2021. Le retrait de ratification des accords de prêts aux députés, l’institutionnalisation d’un poste de vice-présidence, le parrainage des candidats à la présidentielle et bien d’autres dispositions contenues dans la loi fondamentale sont, selon eux, source de crise. La conséquence directe de la loi fondamentale se traduit clairement dans le code électoral adopté et promulgué à la vitesse de la lumière. Plusieurs autres lois réduisant le droit de grève, la loi sur l’embauche, le numérique et bien d’autres ne sont pas de nature à garantir les libertés individuelles et collectives, soutiennent-ils.

 

Résolutions…

 

Au regard de tout ce qui précède, les assises de Paris ont pris des décisions fermes en vue d’inverser la vapeur.

La mauvaise situation actuelle de notre pays sur tous les plans crée de nouvelles responsabilités qui interpellent les Béninois, les forces politiques de l’opposition, toutes les organisations citoyennes du monde, les panafricains, les démocrates, les associations de défense des droits de l’homme… Il nous revient d’aller au chevet du peuple béninois affligé et désespéré, et de l’aider à sortir de la maltraitance du pouvoir autocratique ultralibéral, à travers des actions citoyennes et politiques fortes, afin de restaurer la démocratie et l’Etat de droit et proposer une alternance responsable et crédible pour une gouvernance de probité centrée sur le bien-être du peuple, respectueuse de la démocratie, des libertés, des Droits de l’Homme tels qu’ils sont inscrits dans la Constitution du 11 décembre 1990.

Nous avons un devoir incontournable de mutualiser nos forces, de réaliser notre unité d’actions, en vue d’atteindre nos objectifs.

Lorsque l’injustice devient la loi, la Résistance est un devoir ! Face au chaos qui règne actuellement au Bénin, il y a une seule réponse appropriée : la Résistance structurée menée par des patriotes, des hommes intègres, désintéressés, loyaux envers la République. Cette Résistance va de soi, et les énormes mobilisations des mois passés au Bénin et dans la diaspora pourraient le confirmer, mais il ne faut pas se faire d’illusions : c’est une bataille difficile qui est engagée, dont l’issue dépendra en grande partie de la capacité des forces véritablement et sincèrement engagées au sein de l’opposition béninoise et dans la diaspora à offrir des perspectives crédibles à la population partagée entre combativité de masse et risque de découragement devant l’ampleur des obstacles.

La mise en œuvre de cette volonté agissante appelle l’expression forte d’une part, de l’adhésion consciente et déterminée de notre peuple à rejeter définitivement toute gestion mafieuse du pouvoir d’Etat et d’autre part, de la capacité des Béninois à s’unir et à lutter pour le triomphe des intérêts supérieurs de la Nation, la patrie de Béhanzin, Bio Guerra, Kaba… pour que le Bénin retrouve sa place de pionnier dans le concert des nations démocratiques d’Afrique et du monde entier.

L’appel est ainsi lancé à tous les fils et filles du Bénin, au Peuple du Bénin, à la jeunesse, aux femmes, aux travailleurs de toutes catégories, aux Béninois de la diaspora, aux amis du Bénin, aux panafricains dans la diaspora, aux patriotes et aux démocrates pour s’engager résolument dans la Résistance agissante et organisée conduite par des hommes et des femmes crédibles.

 

 

 

 

Source: http://beninwebtv.com

 

Benin Web TV (Bénin)

 

 

A lire aussi:

 

BENIN: « Le parrainage tel qu’il a été conçu est crisogène, c’est une technique d’exclusion », Joel Aïvo

 

BENIN – POLITIQUE: la Constitution du Bénin n’est pas le statut d’un parti politique, selon Joël Aïvo

 

BENIN: Olusegun Obasanjo au domicile de Nicéphore Soglo

 

BENIN : La « parodie » des acteurs politiques

 

BENIN – Révision de la constitution: l’ultime appel de Boni Yayi à la CEDEAO

Commentaires