BENIN – Révision de la constitution: l’ultime appel de Boni Yayi à la CEDEAO

Depuis le 20 Août 2019, la République Fédérale du Nigéria a fermé plusieurs de ses frontières terrestres à plusieurs pays dont le Bénin. Une décision unilatérale du grand géant de l’Est qui suscite la polémique sur la libre circulation des personnes et des biens dans l’espace CEDEAO. Mais pour le président Boni Yayi, la non libération des échanges n’est pas la seule source de malaise au sein de la communauté.

 

Photo: Loic Venance Associated Press L’ex-président du Bénin, Boni Yayi, à Paris lors de la COP21 en 2015

 

« La Communauté Économique des Etats de l’Afrique de l’Ouest (CEDEAO) et la Crise des échanges commerciaux »; tel est le thème de réflexion de l’ancien président béninois Yayi Boni certainement pour apporter sa contribution sur le débat actuel de la libre circulation des personnes et des biens dans l’espace CEDEAO. En effet, le 20 Août 2019, les autorités d’Abuja ont fermé unilatéralement certaines de leurs frontières terrestres. Le lundi 4 Novembre dernier, une délégation de la communauté économique des Etats de l’Afrique de l’Ouest est venue au Bénin pour mesurer l’impact des décisions des autorités d’Abuja. Garante de la libre circulation des biens et des personnes dans la sous-région, la CEDEAO compte mener des actions pour l’ouverture des frontières nigérianes.

 

Dans cette perspective, le président d’honneur du parti des Forces cauris pour un Bénin émergent (FCBE) dans une démarche d’analyse des prérogatives de la CEDEAO tire l’attention de l’organisation sous régionale sur la nécessité non seulement de veiller sur la circulation des personnes et des biens mais et également sur la prise en compte « du Mécanisme Ouest Africain Evaluations par les Pairs en matière de Gouvernance Politique, Démocratique, Électorale ainsi que la Convergence Constitutionnelle» 

Au delà du mécanisme de la libre échange commerciale, l’ancien chef d’Etat béninois, le président Thomas Boni Yayi s’interroge: «  les pères Fondateurs de cette Communauté, au-delà de l’idéal commercial, pourraient-ils se réjouir que cette Communauté continue d’accepter en son sein des Parlements Nationaux sans Opposition Politique ? Des Exclusions de l’Opposition Politique des processus électoraux non consensuels où nos peuples sont privés du suffrage universel et ne peuvent pas choisir librement leurs représentants au 21ème siècle ? »

Pour lui, la cedeao des peuples va au-delà des marchés. A son avis, nos peuples aspirent d’abord à la démocratie, au respect des libertés fondamentales et des droits de l’homme. Son pays le Bénin, indique-t-il nourrit les mêmes aspirations. « Le peuple Béninois membre de cette communauté est conscient de sa responsabilité première pour bâtir un Bénin de Paix. Le Bénin s’est associé aux autres États pour éteindre les foyers de tension dans des pays, hier, aujourd’hui et le fera encore demain. » précise-t-il.

 

Le Bénin cherche l’assistance de la  CEDEAO: 

 

Dans sa réflexion, l’ancien président béninois semble reprocher à l’organisation sous régionale de rester indifférente à la crise politique qui secoue le pays depuis plusieurs mois et est beaucoup plus préoccupée de la libre échange commerciale. « Le Bénin souhaite aussi aujourd’hui l’assistance de la CEDEAO qui jusqu’ici lui a manqué pour consolider son édifice démocratique actuellement en panne car il demeure le seul pays où le Parlement est sans Opposition Politique en matière de vote des lois démocratiques, du contrôle de l’action gouvernementale et de gouvernance consensuelle. »

 

Selon le président Boni Yayi Boni, la CEDEAO est la gouvernance de nos Peuples par nos Peuples et pour nos Peuples. « C’est à nos Peuples, unis, de se doter librement d’une Constitution Consensuelle, Démocratique. Personne ne peut le faire seule même avec les chars, à leur place pour garantir la Paix durable et partagée au sein de notre Communauté. » lance-t-il à l’endroit de la cedeao tout en rappelant la préambule de la constitution béninoise: « Nos Peuples expriment surtout leur opposition fondamentale à tout régime fondé sur l’arbitraire, la dictature, l’injustice, la corruption, la concussion, le régionalisme, le népotisme, la confiscation du pouvoir et le pouvoir personnel. »

 

Pour le président Boni Yayi, le Calme qui règne dans le Pays actuellement traduit l’attachement traditionnel du béninois à la Paix. « Mais le Peuple Béninois tient à sa Démocratie et la CEDEAO doit l’y aider, à l’instar de la mobilisation aujourd’hui au profit de la Guinée Bissau même si les problèmes sont différents. » indique-t-il avant de conclure qu’il faut mettre fin aux élections sanglantes au sein de notre communauté qui se veut démocratique en ce 21ème siècle.

 

 

 

Source: http://beninwebtv.com

 

Benin Web TV (Bénin)

 

 

A lire aussi:

 

NOUROU DINE SAKA SALEY: « Le Bénin ne connaîtra plus d’élections ouvertes »

 

BENIN – Dialogue politique: très critiqué, Victor Topanou sort de son mutisme

 

Candide Azannaï: le Bénin n’est pas un « désert constitutionnel»

 

BENIN/Postures d’ »experts » et rôles d’intellectuels sous la Rupture …Quand tout devient possible

Commentaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *