BURKINA – Lutte contre le terrorisme: l’Algérie prête à mettre son expérience à la disposition du Burkina

Le 1 er novembre 1954, le peuple algérien recouvrait son indépendance. A l'occasion du 65e anniversaire du déclenchement de la guerre de libération nationale d'Algérie, une célébration a réuni les ressortissants algériens vivant au Burkina Faso ainsi que des autorités du Burkina Faso ce mardi 12 novembre 2019 à Ouagadougou.

 

 

« Le 1er novembre 1954 est une date déterminante de notre histoire contemporaine dans la mesure où elle a permis au peuple algérien de recouvrer sa souveraineté et son indépendance après sept années de lutte contre le colonialisme marquées par de lourds sacrifices humains » a déclaré Mohamed Ainseur , ambassadeur d’Algérie au Burkina Faso. Il a exprimé  sa «  Compassion émue » tout en s’inclinant devant la mémoire des victimes du terrorisme qui endeuille le peuple burkinabè. Dans la même veine, il rendu un vibrant hommage aux « valeureux » martyrs tombés sur le champ d’honneur pour que le peuple algérien puisse vivre libre et indépendant.

Tout comme le peuple burkinabè, l’ambassadeur a expliqué que le peuple algérien a été confronté au fléau du terrorisme qui avait fait des milliers de victimes et détruit des centaines d’infrastructures socioéconomiques et, les institutions de l’État étaient menacées d’effondrement. Il a donc fallu un combat « acharné » contre les hordes terroristes pour que l’Algérie sorte « victorieuse ».  Mohamed Ainseur  a par ailleurs  dit être  persuadé  que le peuple burkinabè aussi peut vaincre le terrorisme grâce à son courage, sa détermination et le soutien de la communauté internationale. De ce fait, il a réitéré la disponibilité de l’Algérie à mettre à la disposition du Burkina Faso son expérience dans ce domaine.

S’agissant de l’évolution de la situation algérienne, il a indiqué qu’autre défi a été relevé depuis le 22 février 2019. « Voilà plusieurs mois  que le valeureux peuple algérien a décidé de forcer la marche de l’histoire et de revendiquer haut et fort, de façon pacifique qui a fait l’admiration du monde entier, appelée également la révolution du sourire, revendiquer disais-je, un changement du mode de gouvernance et l’avènement d’une nouvelle ère fondée sur le respect des principes démocratiques, de l’État de droit et de la justice sociale. Cette aspiration légitime au changement a été pleinement entendue et se trouve désormais au cœur des préoccupations des pouvoirs publics » a laissé entendre l’ambassadeur algérien.

Au plan bilatéral, les relations entre l’Algérie et le Burkina Faso sont marquées par une « amitié traditionnelle, une solidarité et une communauté de destin ». A chaque occasion, les deux pays renouvellent leur engagement. Par exemple, cette solidarité s’est manifestée à l’occasion de la célébration du cinquantième anniversaire  du Fespaco  en février 2019. L’Algérie avait apporté un soutien matériel à travers la mise à la disposition du matériel son et lumière de « plusieurs tonnes » ainsi que 13 techniciens algériens chargés de son installation et fonctionnement.

« En tout état de cause, l’Algérie et le Burkina sont déterminés à impulser un dynamisme nouveau à leur coopération avec l’ambition d’en faire un exemple de coopération Sud-Sud » a fait savoir Mohamed Ainseur.

Les relations de coopération entre l’Algérie et le Burkina Faso sont multi sectorielles. Elles sont régies par une commission mixte de coopération dont la dernière réunion d’évaluation s’est tenue à Ouagadougou les 11 et 12 février 2014.

Cette réunion  a permis de faire une évaluation exhaustive de la coopération bilatérale en identifiant des actions de coopération dans 29 domaines dont la concrétisation  impulsera un élan nouveau aux relations bilatérales.

 

PAR DANIELLE KABORÉ

 

 

Source: http://www.fasozine.com

 

Fasozine (Burkina Faso)

 

 

A lire aussi:

 

BURKINA: An 5 de l’insurrection populaire: le président du Faso appelle les burkinabè à l’unisson, au courage et à la solidarité

 

RUSSIE-AFRIQUE: «On ne peut pas nous denier le droit de pouvoir diversifier nos partenaires… » (Roch Kaboré)

 

BURKINA: 32e anniversaire de l’assassinat de Thomas Sankara: le message de Mariam Sankara

Commentaires