GABON – Industrie sucrière : SFM Africa va concurrencer Sucaf dans cinq ans

L’industrie sucrière va enregistrer l’arrivée d’un nouvel opérateur dans cinq ans. Sustainable Forestry Management Africa (SFM Africa) va investir 112,6 milliards de francs dans un projet sucrier d’une superficie de 23 000 hectares.

 

SFM Africa va développer un projet sucrier au Gabon, d’ici à cinq ans. © docplayer.fr

 

L’industrie sucrière va enregistrer l’arrivée d’un nouvel opérateur. La société Sustainable Forestry Management Africa (SFM Africa) prévoit de développer au Gabon, d’ici à cinq ans, un projet sucrier à hauteur de 112,6 milliards de francs CFA.

Selon le Président directeur général (P-DG) de SFM Africa, le projet sera développé sur une plantation d’environ 23 000 hectares, pour une production estimée à 250 000 tonnes par an. «La société s’attend à être partenaire d’institutions de financement du développement et de groupes sucriers africains établis. Le développement forestier sera également pris en compte», a affirmé Alan Bernstein, relayé par bloombergquint.com.

Société sud-africaine basée à Johannesburg, SFM Africa est connu au Gabon pour être en charge du développement du futur port de Mayumba, dans la province de la Nyanga. Le projet sucrier s’inscrit dans le cadre de la diversification de ses activités. L’arrivée de SFM Africa devrait ainsi revitaliser l’industrie sucrière, en perte de vitesse.

Actuellement, la Sucrerie africaine du Gabon (Sucaf-Gabon) est l’unique opérateur du pays dans l’industrie sucrière. En 2018, la société spécialisée dans la culture de la canne à sucre pour produire et commercialiser le sucre sous diverses formes a réalisé de mauvaises performances avec une production en forte baisse. Plombée par un outil de production vieillissant, la société croule sous le poids des dettes.

 

Par 

 

 

Source: gabonreview.com

 

Gabonreview.com (Gabon)

 

 

A lire aussi:

 

RDC : Félix Tshisekedi pour la mise en place d’un fonds d’appui aux jeunes congolais de la diaspora

 

AFRIQUE: La corruption, la raison du surendettement des pays africains

 

La BM prévoit une croissance moyenne à 3,3 % au Maroc en 2020 et 2021

Commentaires