MALI – Mise en œuvre de l’Accord de paix : « Tout laisse croire qu’un prochain CSA se tiendra bientôt, et aura à discuter des problèmes substantiels de l’accord »

Suspendues depuis plusieurs mois, les sessions du comité de suivi de l’accord (CSA) vont bientôt reprendre pour la mise en œuvre de l’accord pour la paix et la réconciliation issue du processus d’Alger.

 

Mahamat Saleh Annadif et Tiebilé Dramé

 

Les initiatives sont en cours  par le gouvernement malien et l’équipe de la médiation internationale pour la reprise des travaux du comité de suivi de l’accord.   La dernière en date est celle liée, lundi dernier,  entre le ministre des affaires étrangères du Mali et  la médiation internationale.  «  La mise en œuvre de l’accord de paix a rencontré une certaine impasse. C’est la première fois qu’on passe trois mois sans tenir la session du comité de suivi de l’accord », a  regretté le chef de la MINUSMA, Mohamat Saleh Annadif, qui était accompagné pour la circonstance par les ambassadeurs des cinq pays membres permanent du conseil de la sécurité des Nations Unies, les représentants de l’Union européenne, de l’Union africaine et de l’Algérie.  Cette démarche initiée par la médiation a permis de discuter avec la partie malienne des points de blocages et les possibilités de la tenue de la prochaine session du CSA. Les mêmes initiatives seront menées auprès des groupes armés signataires de l’accord de paix pour obtenir leurs adhésions.  « Tout laisse croire qu’une prochaine CSA se tiendra bientôt, et aura à discuter des problèmes substantiels de l’accord », a rapporté le chef de la MINUSMA.

Pour sa part, le Ministre des affaires étrangères et de la coopération internationale, Tiébilé Dramé dira que cette réunion visait à relancer  les sessions du CSA. « Jamais, le  dialogue inter-malien  n’a été intense pendant cette période-là.  Nous avons établi des canaux de communication avec nos frères de la CMA et nous continuons de parler avec nos frères de la plateforme. Aujourd’hui, nous sentons que la reprise des réunions du CSA est mieux… », a-t-il soutenu. Indiquant que le gouvernement a décidé d’avancer avec les échanges sur les questions de la restauration de l’autorité de l’Etat sur l’ensemble du territoire malien.  Pour lui, un sentiment de compréhension commune règne entre les différentes parties et  les divergences se réduisent. « Nous allons clore certaines parenthèses pour accélérer la mise en œuvre de l’accord pour la paix et la réconciliation. Nous pouvons vous rassurer aujourd’hui que le dialogue inter malien bat son plein », a annoncé Tiébilé Dramé.

 

Depuis un certain, la mise en œuvre de l’Accord pour la paix et la réconciliation au Mali est au point mort. La semaine dernière, le président de la République, Ibrahim Boubacar Keïta, a rencontré les responsables de la CMA  pour tenter à sa manière de  débloquer la situation. Officiellement,  rien n’a filtré  de cette rencontre entre le chef de l’État et la CMA. Elle fait suite  à la  déclaration des membres du Conseil de sécurité des Nations unies qui demandent  une accélération de la mise en œuvre de l’Accord pour la paix et la réconciliation au Mali.

C’est en septembre dernier que la 38è  réunion du Comité de suivi de l’accord (CSA) devait se tenir à Kidal  a été annulée au dernier moment par un communiqué du président du CSA  évoquant «  des raisons d’État impératives». La Coordination des mouvements de l’Azawad  avait dénoncé la décision d’annuler la tenue du CSA à Kidal sur la seule demande de la partie gouvernementale en annonçant la suspension de leur participation aux sessions du comité de suivi de l’accord.

 

Siaka DIAMOUTENE

 

 

Maliweb.net (Mali)

 

 

A lire aussi:

 

MALI – Avocats sans frontières : La loi d’Entente Nationale : une menace pour la paix, la réconciliation et les droits des victimes au Mali

 

MALI – Lutte antiterroriste: La COFOP favorable au commandement des FAMA mettant les forces étrangères en seconde ligne

 

MALI: L’URD ne participera pas au Dialogue national inclusif

 

MALI – Abrogation du décret du 13 mai 2019 : Les Etudiants de l’INFTS et l’INJS, remis dans leur droit

Commentaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *